Adrien Goetz
La Dormeuse de Naples

 

La dormeuse

La dormeuse blogue

La dormeuse blogue 2

La dormeuse blogue 3

La dormeuse, encore

Christine Belcikowski. Publications

Christine Belcikowski. Publications 2

La dormeuse tumble

Le style Adrien Goetz

Adrien Goetz, Intrigue à Versailles

Quand Sacha Guitry parle de La Fontaine

La Fontaine et les lapins

Adrien Goetz et Karen Knorr, Le soliloque de l'empailleur

D'une photo l'autre

Les Vaches de Rosa Bonheur

La fin de Leibniz

La forme du chemin

Philippe Batini, La sentinelle du Danube

Alain Lemosse, Constructions

Adrien Goetz, Le style Marie-Antoinette

Kenneth Grahame, Le Vent dans les Saules

Riverland

Elisée Reclus, Histoire d'un ruisseau

Orhan Pamuk, Istanbul Souvenirs d'une ville

Emili Rosales, La Ville Invisible

Kant, la nuit et la loi morale

Inventaires, Nerval, Spinoza

Adrien Goetz, Intrigue à l'anglaise

Gilbert Durand, Le retour du mythe (1)

Gilbert Durand, Le retour du mythe (2)

Gilbert Durand, Le retour du mythe (3)

Affamées : Séraphine Louis et Camille Claudel

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, Aya de Yopougon

Jean Bollack relit Parménide

Adrien Goetz, Ingres Collages

Véronique Burnod, La Dormeuse disparue

Michel Nuridsany, Le secret de Watteau

Dimitri Merejkovski, Léonard de Vinci et le visage du Christ

Orhan Pamuk, Le livre noir

L'appel du chemin

Naguib Mahfouz et la trilogie du Caire

Walter Benjamin, Le conteur

Philippe Batini, Images numériques

Robinson Crusoé

Joseph-Laurent Olive, Mirepoix An II

Heidegger et le principe de raison

Adrien Goetz, A bas la nuit !

Fureurs

Gérard de Nerval & la légende de Nicolas Flamel

Diogène Laërce, La vie des philosophes

Denis Guénoun, Hypothèses sur l'Europe

Quentin Meillassoux, Après la finitude

Israel Rosenfield, Image du corps et proprioception

Pierre Hadot, La philosophie comme manière de vivre

Alicia Dujovne Ortiz, Dora Maar photographe et peintre

François Jullien, Le Nu impossible

Michel Henry, Sur Kandinsky

Maria Zambrano, Graines dans mes poches

Les pierres de Venise

Hermann Broch, Remarques sur la psychanalyse

Hans Lipps, Logique et herméneutique

Adieu, vives clartés

Les modillons de Mirepoix

Gabriel Fauré, né à Pamiers

Frédéric Soulié, Les Mémoires du diable

Mon ruisseau

Pierre Bayle, enfant du Carla

Raymond et Marie-Louise Escholier

Hotaru

Hermann Broch : Poésie et pensée, deux voies de la connaissance

Maison du docteur Blanche vs rue de la Vieille-Lanterne

Jean-Luc Seigle, Un souvenir de Jacques-Louis David

Fleurs et légumes

Sebastiano Vassali, La bibliothèque de Virgile

Léo Strauss, Nihilisme et politique

Hans-Georg Gadamer, La méthode de l'herméneutique

Adrien Goetz, Une petite Légende dorée (1)

Une petite Légende dorée (2)

Adrien Goetz, La Dormeuse de Naples

Hans-Georg Gadamer, La parole est comme la lumière

La tâche de l'herméneutique dans le cas de l'art

Didier Franck, L'attente

Interprétations phénoménologiques d'Aristote

Le retournement de la sphère

Hella S. Haasse, Viser les cygnes

O Bilbao !

Le jour se lève

...

La Maison-Dieu

Silènes

...

Email

 

Etude, double visage de femme

Adrien Goetz, Ingres Collages
Dessins d'Ingres du musée de Montauban
Editions Le Passage, Le musée Ingres de Montauban, 2005

 

Tu vas voir, c'est tapé.

Ainsi parle Joseph, le colosse antillais, à l'attention de Camille Corot, nouvellement initié aux mystères de la Société antonine, cercle d'artistes sectateurs d'Epictète. Nous sommes à Rome, en 1825. Corot relate l'aventure dans son journal intime, daté de 1861.

Ingres, Rome, pont et château Saint-Ange

Mon cicerone écarta d'un coup le voile en tirant sur un cordon. Le tableau, sans cadre, apparut, posé sur le damas pourpre.

Ce fut la seule fois où je me suis trouvé devant La Dormeuse de Naples ; elle me parut prodigieuse. Elle était signée en petites lettres bleues ombrées de noir ;

J. A. D. INGRES FACIEBAT.

Peint par Ingres à Naples en 1814, le tableau dévoilé par Joseph est un nu. Le nu le plus nu qui se puisse : une femme réelle, avec une petite tache brune sur le mollet.

Elle vous fixait, comme si elle n'avait jamais été nue. Un visage d'adolescente qui se promène sous le soleil.

Médusé, Corot s'enquiert de l'identité et de la condition du modèle. S'agit-il, comme le prétend Joseph, de la reine de Naples, Caroline Murat, née Bonaparte ? Le tableau a-t-il changé de mains lors de la chute du royaume de Naples

Ingres, portrait de la reine Caroline, sur fond de volcan

Le rideau rouge retomba. On n'a plus jamais voulu que je la voie. On m'a dit ensuite, quand j'ai voulu, des années plus tard, retrouver trace du tableau, qu'il en existait une seconde version. On l'aurait vue dans l'atelier de Géricault, puis dans la maison de monsieur de Balzac, rue Fortunée.

Hanté par le souvenir de la Dormeuse, Corot mène, toute sa vie durant, une quête amoureuse, qui est à la fois celle du modèle et celle du tableau disparu.

Un jour, le peintre rencontre, dans un salon parisien, ce que l'on nomme très vulgairement "un vieux tableau", une dame énorme, plus en deuil qu'une gravure de la reine Amélie, madame C.-M***, ancienne cantatrice qui avait perdu voix et jambes et que l'on voiturait en chaise roulante.

Photo de la reine Amélie &acircgée

Madame C.-M*** révèle au peintre qu'elle est italienne et qu'elle a vécu à Naples, au temps de la Restauration.

On m'avait maintes fois raconté le retour des Bourbons, Murat fusillé, l'allégresse dans les rues, remarque Corot. Il questionne son interlocutrice sur le sort d'un tableau réprésentant une jolie femme.

- Une jolie femme, fit madame C.-M***, ne serait-ce pas, dites-moi, cette Dormeuse nue laissée par monsieur Ingres ? C'est un tableau qui a compté pour moi plus que je ne saurais dire. Je l'ai vu souvent, il était chez madame de Narbonne, qui l'avait sauvé, dans la tourmente révolutionnaire de 1815, en le faisant mettre à la résidence de France.

Renouant ainsi le fil des années et les mondes, madame C.-M*** raconte à Corot que, du temps où elle était splendide et divine et unique, elle a fréquenté à Naples, puis à Paris, un jeune peintre, dont elle préfère taire le nom.

Il avait exigé d'elle une preuve d'amour étonnante. Il avait voulu qu'elle lui procure une autre femme. Une femme en peinture, qu'il avait vue à une réception chez les Narbonne.

- Ce que le tableau est devenu ? Mais je n'en sais rien...

En partant, madame C.-M*** donne à Corot son portrait par Nadar.

Photo de Madame Nadar par Nadar

S'agit-il d'un portrait analogue à celui-ci ?

Chez moi, rapporte Corot, je regardai le portrait de tous mes yeux. Elle était assez belle et la lumière venait bien sur ce visage de vieille femme. Je nettoyais ses rides, je tirais sur la peau de cette face comme un embaumeur, je remodelais ses lèvres, je la réveillais et je me demandais sans fin : "Si c'était elle ?"

 

Elle, Ingres, dans son propre journal, dit l'avoir rencontrée à Naples, en 1814.

Je l'ai rencontrée dans la rue.

Ingres s'est rendu à Naples, à l'invitation de Murat, pour peindre des portraits de la famille royale. Acquéreur dès 1809 d'une premiere odalisque, Murat vient de commander au peintre un grand portrait de la famille, un portrait de la reine, et deux femmes endormies.

Je revenais de Caserta, le palais royal : la reine Caroline avait posé tout l'après-midi, et j'avais encore en tête les esquisses que je venais de dessiner, note Ingres dans son journal.

Il était tard, le soir allait tomber.

Elle marchait, seule comme une jeune femme pauvre, bien prise dans une de ces robes noires qui font l'honneur des Napolitaines. J'allais peindre leur reine comme cela, en noir.

Je lui expliquai que j'étais peintre et que je cherchais des modèles. Elle répondit comme si elle était la reine Caroline incognito.

Je la regardais. Elle m'intimidait plus que la belle Caroline Bonaparte. Elle lui ressemblait quelque peu, plus peut-être à l'autre soeur de Napoléon, la princesse Borghese, Pauline, avec les traits aussi fins et un profil plus pur.

Statue de Pauline Bonaparte par Canova

Je la menai à l'atelier, j'allumai le quinquet pour l'avoir en pleine lumière.

Je commençai cette nuit-là le grand tableau commandé par Murat, plus beau que l'Odalisque, déjà presque achevée. L'Odalisque était imaginaire, celle-ci serait réelle. J'avais trouvé enfin, sans la chercher, une femme.

Ingres, la grande Odalisque

Dans mes oeuvres antérieures - quand je revois aujourd'hui la Baigneuse achetée par Murat que j'avais peinte en 1808, Caroline Rivière posant devant une rivière, Thétis taquinant Jupiter, madame Duvançay si jolie - c'était déjà elle que je voulais voir, qui occupait mes songes.

Ingres, Baigneuse, portrait de Caroline Rivière, Jupiter et Thétis, portrait de Madame Duvançay

Amoureux de son modèle, Ingres demande à la jeune femme de le suivre à Rome.Celle-ci meurt, quelques mois plus tard, d'avoir bu de la mauvaise eau.

Je ne voulus pas la revoir. Je n'allais pas faire déclouer le cercueil.

J'ai embrassé de mes lèvres le coffre qui contenait ce corps que je n'avais jamais étreint.

Inconsolable de la perte de sa Dormeuse, Ingres l'est aussi de la perte du tableau homonyme.

Amaury-Duval, le plus consciencieux de mes élèves, m'a encore demandé l'autre jour si je savais qui avait cette Dormeuse de Naples, le pendant de l'Odalisque si célèbre.

J'ai été obligé de dire à Amaury que je n'en savais rien. Je destinais mon tableau à un roi, Murat ; on l'a fusillé. Son royaume n'est plus qu'un souvenir, et ma Dormeuse de Naples sommeille dans quelque grenier du vaste palais royal de Capo di Monte ou a été détruite dans la Révolution. On m'a dit qu'elle était à Venise. Je n'en sais rien.

De même, qu'est devenu le portrait de la reine Caroline, posant en noir devant la cime du Vésuve ?

Ingres indique également dans son journal qu'en témoignage de fidélité à la Dormeuse, dont il venait d'apprendre qu'elle le trompait avec François-Marius, son ami, le peintre Granet, il possède encore un autre tableau fait d'après elle, en quelques séances, puis de souvenir.

Ces dernières années, je l'ai maquillé afin de n'en garder l'image que pour moi seul. Mais je l'ai appelé La Source. Elle m'a servi de protectrice et de refuge - toute ma vie, cette toile ne m'a pas quitté. Sans me consoler d'avoir perdu La Dormeuse.

Ingres, La Source,visage féminin

Elle posait droite comme une colonne, tordant ses cheveux entre ses mains...

Le photographe italien Teodorico rapporte en 1861 que Monsieur Théodore Géricault, dont il a été autrefois l'élève, possédait un tableau d'Ingres, qui n'était pas une copie. C'était cette Dormeuse de Naples que l'on a si longtemps cherchée, que l'on cherchait déjà en ce temps - mais qui l'aurait trouvée dans l'atelier du peintre de la Méduse ? On l'a crue détruite dans les bouleversements de la chute de Murat, c'est une erreur, c'est une autre odalisque, achetée par Murat à Ingres quelques années plus tôt, qui a péri. La Dormeuse a survécu à Naples, elle est venue à Paris. Je l'y ai vue. Il ne la montrait à personne. J'ai dû soulever le drap en cachette.

Teodorico formule une hypothèse triviale :

Je crois bien qu'on la cherchera encore. Il se peut pourtant qu'elle soit au musée, à ce que l'on dit. Il l'aurait découpée, un jour où il n'avait rien pour peindre et aurait refait par-dessus son tableau des courses d'Epsom en Angleterre.

Géricault, Le champ de course à Epsom

Teodorico toutefois ne croit pas la découpure possible. Géricault lui a parlé des heures entières de la toile d'Ingres.

- Tu en as déjà vu des "violons" comme cela toi, regarde ces lignes, ce vernis ; Ingres, n'est-ce pas le Dieu de la lutherie ?

Le même Géricault finit pas raconter à Teodorico le souvenir galant auquel il doit, en ce temps-là, de posséder La Dormeuse.

L'aventure se déroule à Naples, en 1817. Géricault rencontre chez madame de Narbonne une cantatrice, nommée Céleste Coltellini-Meuricoffre. On la croyait italienne, elle était corse. Elle prétendait qu'elle ressemblait à la ci-devant reine Caroline.

C'est quelque mois plus tard que La Dormeuse de Naples fit son apparition à l'atelier, remarque Teodorico. Géricault restait des heures à la contempler.

La Dormeuse de Naples, au dire de Teodorico, ressemblait un peu à Céleste Coltellini-Meuricoffre, une sorte de beauté corse un peu hâlée, et j'ai toujours pensé, ajoute-t-il, qu'Ingres, pour le visage du moins, je ne peux juger du reste, avait fait poser la cantatrice. Je crois la chose assez vraisemblable puisqu'elle vint pour la première fois à Naples du temps où Murat y régnait encore. Ingres y était. A l'atelier, nous nous moquions entre nous de cette femme-là, avec sa mouche sous la bouche comme une soubrette de Goldoni. Elle avait un corps bien étrange, et ce nom ridicule de "Dormeuse de Naples" qui sonnait comme une contrepèterie.

Géricault entreprend le portrait de Céleste Coltellini-Meuricoffre.

Il lui mit une cuirasse d'officier de la vieille garde qui traînait dans un placard avec la ferraille qui avait servi pour le Cuirassier blessé quittant le feu et il décréta qu'elle posait dans le rôle de Tancrède.

Céleste Coltellini-Meuricoffre, durant les séances de pose, évoque fielleusement la Dormeuse.

Je me souviens que cette femme vêtue d'acier se moqua un jour de la femme nue peinte par Ingres - comme si elle ne voulait pas reconnaître, devant nous, les élèves, que c'était elle : "Quand je pense que l'on a fait croire à ce cornichon de Ingres que son modèle était mort. C'est Granet qui avait monté le coup. De quoi rire". Et elle détaillait, en le critiquant à haute voix de soprano, ce corps qui était peut-être le sien. Nous n'étions pas dupes.

Bientôt Géricault rompt avec Céleste Coltellini-Meuricoffre.

Quant au portrait de la Meuricoffre en Tancrède, note Teodorico, il existe toujours.

Un jour de rage, au moment de la rupture, Géricault lui ajouta des moustaches, replâtra le visage. C'est l'officier de cuirassiers du musée de Rouen.

Géricault, Le cuirassier blessé

Concernant La Dormeuse, le vieux Lefèvre, ex-élève d'Ingres, dit en 1861 savoir de source sûre que Joseph, le modèle noir, familier de l'atelier de Géricault, avait, quelques jours avant la mort de ce dernier, roulé la toile et disparu avec elle. Il aurait voulu la monnayer en Italie ou en Angleterre. Lefèvre observe toutefois que Joseph avait peut-être été payé par Ingres pour récupérer La Dormeuse.

 

De rapin sans avenir, Teodorico est devenu en 1861 un photographe installé. Il fournit aux peintres des clichés de paysages, des photos de modèles, qui dispensent ces messieurs d'aller au motif.

En art, tout est faux, déclare-t-il.

En souvenir de Géricault, raconte Teodorico, j'ai fait poser devant l'objectif une lorette vulgaire, qui n'avait même pas voulu enlever son ruban noir autour du cou, les mains dans les cheveux, comme sa Napolitaine. Je me demande bien qui l'achètera et quel tableau cela deviendra au Salon.

 

Ingres, en 1861, note dans son journal qu'un portrait de femme, c'est infaisable.

Beaucoup se sont imaginé le monde grâce à mes images. Pour moi, ce n'étaient que figures coloriées. On admire mes portraits, on me couvre d'or ; je sais bien, vieux prestidigitateur près de la retraite, quand je les vois, que ce n'est pas cela. Je n'y arrive pas. Quand on ne me regarde pas, je pleure même pour de bon.

 

Corot, en 1866, veut retourner en Italie, revoir La Dormeuse, et peindre un chef-d'oeuvre.

J'ai encore bien des idées, le vieux père Corot prépare sa prochaine manière. Je vois tout autrement. C'est comme si je n'avais jamais su faire un ciel, car ce que je vois est bien plus rose, plus profond, plus transparent et plein d'odeurs.

Je ne veux pas mourir sans l'avoir revue. Il faut que je trouve la force de partir.

 

Corot, Rome, vue des jardins Farnese

 

Bibliographie :

Adrien Goetz, La Dormeuse de Naples, roman
Prix des deux Magots 2004
Prix Roger Nimier 2004
Editions Le Passage Paris-New York 2004

 

Crédits iconographiques :

Corot : Rome, Pont et Château Saint-Ange

Corot : Portrait de la reine Caroline

E. Dubuffe, G. Thomson : La reine Marie-Amélie en exil

Nadar : L'épouse du photographe

Canova : Pauline Borghese

Ingres : Odalisque

Ingres : Baigneuse

Ingres : Portrait de Caroline Rivière

Ingres : Thétis et Jupiter

Ingres : Portrait de madame Duvançay

Géricault : Course à Epsom

Géricault : Le cuirassier blessé

Corot : Rome, vue des jardins Farnese

 

 

 

 

2005