Affamées

La dormeuse

La dormeuse blogue

La dormeuse blogue 2

La dormeuse blogue 3

La dormeuse, encore

Christine Belcikowski. Publications

Christine Belcikowski. Publications 2

La dormeuse tumble

Le style Adrien Goetz

Adrien Goetz, Intrigue à Versailles

Quand Sacha Guitry parle de La Fontaine

La Fontaine et les lapins

Adrien Goetz et Karen Knorr, Le soliloque de l'empailleur

D'une photo l'autre

Les Vaches de Rosa Bonheur

La fin de Leibniz

La forme du chemin

Philippe Batini, La sentinelle du Danube

Alain Lemosse, Constructions

Adrien Goetz, Le style Marie-Antoinette

Kenneth Grahame, Le Vent dans les Saules

Riverland

Elisée Reclus, Histoire d'un ruisseau

Orhan Pamuk, Istanbul Souvenirs d'une ville

Emili Rosales, La Ville Invisible

Kant, la nuit et la loi morale

Inventaires, Nerval, Spinoza

Adrien Goetz, Intrigue à l'anglaise

Gilbert Durand, Le retour du mythe (1)

Gilbert Durand, Le retour du mythe (2)

Gilbert Durand, Le retour du mythe (3)

Affamées : Séraphine Louis et Camille Claudel

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, Aya de Yopougon

Jean Bollack relit Parménide

Adrien Goetz, Ingres Collages

Véronique Burnod, La Dormeuse disparue

Michel Nuridsany, Le secret de Watteau

Dimitri Merejkovski, Léonard de Vinci et le visage du Christ

Orhan Pamuk, Le livre noir

L'appel du chemin

Naguib Mahfouz et la trilogie du Caire

Walter Benjamin, Le conteur

Philippe Batini, Images numériques

Robinson Crusoé

Joseph-Laurent Olive, Mirepoix An II

Heidegger et le principe de raison

Adrien Goetz, A bas la nuit !

Fureurs

Gérard de Nerval & la légende de Nicolas Flamel

Diogène Laërce, La vie des philosophes

Denis Guénoun, Hypothèses sur l'Europe

Quentin Meillassoux, Après la finitude

Israel Rosenfield, Image du corps et proprioception

Pierre Hadot, La philosophie comme manière de vivre

Alicia Dujovne Ortiz, Dora Maar photographe et peintre

François Jullien, Le Nu impossible

Michel Henry, Sur Kandinsky

Maria Zambrano, Graines dans mes poches

Les pierres de Venise

Hermann Broch, Remarques sur la psychanalyse

Hans Lipps, Logique et herméneutique

Adieu, vives clartés

Les modillons de Mirepoix

Gabriel Fauré, né à Pamiers

Frédéric Soulié, Les Mémoires du diable

Mon ruisseau

Pierre Bayle, enfant du Carla

Raymond et Marie-Louise Escholier

Hotaru

Hermann Broch : Poésie et pensée, deux voies de la connaissance

Maison du docteur Blanche vs rue de la Vieille-Lanterne

Jean-Luc Seigle, Un souvenir de Jacques-Louis David

Fleurs et légumes

Sebastiano Vassali, La bibliothèque de Virgile

Léo Strauss, Nihilisme et politique

Hans-Georg Gadamer, La méthode de l'herméneutique

Adrien Goetz, Une petite Légende dorée (1)

Une petite Légende dorée (2)

Adrien Goetz, La Dormeuse de Naples

Hans-Georg Gadamer, La parole est comme la lumière

La tâche de l'herméneutique dans le cas de l'art

Didier Franck, L'attente

Interprétations phénoménologiques d'Aristote

Le retournement de la sphère

Hella S. Haasse, Viser les cygnes

O Bilbao !

Le jour se lève

...

La Maison-Dieu

Silènes

...

Email

 

Groupe de femmes, petit format, jade

Camille Claudel, Les Causeuses, détail, 1896

 

Je lisais Les femmes artistes dans les avant-gardes, un ouvrage de Marie-Jo Bonnet, lorsque je suis tombée sur ces quelques lignes :

Madeleine Rousseau, simple attachée au musée du Luxembourg, organise en 1937 une grande exposition sur les Maîtres populaires de la Réalité qui révèle le Douanier Rousseau, Séraphine de Senlis et Bombois. A cette époque, Séraphine était internée dans un asile d'aliénés, près de Senlis, où elle mourra de faim sous l'occupation allemande.

Marie-Jo Bonnet, Les femmes artistes dans les avant-gardes, p. 66

Photo de S&eacuteraphine Louis

Séraphine Louis à l'asile de Clermont-de-l'Oise

Séraphine Louis, dite Séraphine de Senlis, est morte de faim en 1942, à l'hôpital psychiatrique de Clermont-de-l'Oise. Elle y était entrée en 1932.

Photo de Camille Claudel, assise sur une chaise, à l'asile de Montdevergues

William Elborne, Camille Claudel à l'asile de Montdevergues, 1929
Gelatin silver print. Private collection, United Kingdom

Camille Claudel est morte de faim en octobre 1943, à l'hôpital psychiatrique de Montdevergues, près d'Avignon. Elle avait été internée à Ville-Evrad en 1913, puis transférée à Montdevergues en 1914.

Deux artistes, deux femmes, deux vies, ont été ainsi abandonnées à l'institution, puis abandonnées par cette dernière. Le sort de ces deux femmes, celui des autres patients - comme on dit -, qui eux aussi sont morts de faim, et en grand nombre (entre 40 000 et 50 000), me crève le coeur. Les faits, dans leur sèche nudité, sont insupportables. Le dénuement, le froid, la faim ont tué au sein même des établissements que l'on osait qualifier d'asiles. On ne s'en est, à l'époque, pas soucié. On ne s'en, par la suite, pas soucié davantage. Il faut attendre les années 1990 pour que le drame enfin se découvre. Les historiens ont beau jeu dire que c'était l'occupation, que tout manquait et que les restrictions s'appliquaient à tout le monde. Mais on ne sache pas que, dans les asiles des années 40, aucun membre du personnel soignant soit mort de faim !

Camille Claudel, le 25 février 1917, depuis Montdevergues, adresse au docteur Michaux cette lettre poignante :

Monsieur le Docteur,

Vous ne vous souvenez peut-être pas de votre ex-cliente et voisine, Mlle Claudel, qui fut enlevée chez elle le 13 mars 1913 et transportée dans les asiles d'aliénés d'où elle ne sortira peut-être jamais. Cela fait cinq ans, bientôt six, que je subis cet affreux martyre, je fus d'abord transportée dans l'asile d'aliénés de Ville-Evrard puis, de là, dans celui de Montdevergues près de Montfavet (Vaucluse). Inutile de vous dépeindre quelles furent mes souffrances. J'ai écrit dernièrement à Monsieur Adam, avocat, à qui vous aviez bien voulu me recommander, et qui a plaidé autrefois pour moi avec tant de succès ; je le prie de vouloir bien s'occuper de moi. Mais, dans cette circonstance, vos bons conseils me seraient nécessaires car vous êtes un homme de grande expérience et, comme docteur en médecine, très au courant de la question. Je vous prie donc de bien vouloir causer de moi avec M. Adam et réfléchir à ce que vous pourriez faire pour moi. Du côté de ma famille, il n'y a rien à faire : sous l'influence de mauvaises personnes, ma mère, mon frère et ma sœur n'écoutent que les calomnies dont on m'a couverte. On me reproche (ô crime épouvantable) d'avoir vécu toute seule, de passer ma vie avec des chats, d'avoir la manie de la persécution ! C'est sur la foi de ces accusations que je suis incarcérée depuis cinq ans et demi comme une criminelle, privée de liberté, privée de nourriture, de feu, et des plus élémentaires commodités. J'ai expliqué à M. Adam dans une longue lettre les autres motifs qui ont contribué à mon incarcération, je vous prie de la lire attentivement pour vous rendre compte des tenants et des aboutissants de cette affaire.
Peut-être pourriez-vous, comme docteur en médecine, user de votre influence en ma faveur. Dans tous les cas, si on ne veut pas me rendre ma liberté tout de suite, je préférerais être transférée à la Salpêtrière ou à Sainte-Anne ou dans un hôpital ordinaire où vous puissiez venir me voir et vous rendre compte de ma santé. On donne ici pour moi 150 F par mois, et il faut voir comme je suis traitée, mes parents ne s'occupent pas de moi et ne répondent à mes plaintes que par le mutisme le plus complet, ainsi on fait de moi ce qu'on veut. C'est affreux d'être abandonnée de cette façon, je ne puis résister au chagrin qui m'accable. Enfin, j'espère que vous pourrez faire quelque chose pour moi, et il est bien entendu que si vous avez quelques frais à faire, vous voudrez bien en faire la note et je vous rembourserai intégralement.
J'espère que vous n'avez pas eu de malheur à déplorer par suite de cette maudite guerre, que M. votre fils n'a pas eu à souffrir dans les tranchées et que Madame Michaux et vos deux jeunes filles sont en bonne santé. Il y a une chose que je vous demande aussi, c'est quand vous irez dans la famille Merklen, de dire à tout le monde ce que je suis devenue.

Paul Claudel lui-même, qui a visité sa soeur cinq fois en 30 ans, - certes il voyageait, car il exerçait le métier de diplomate -, observe dans son journal, dès 1925, le délabrement physique de Camille :

Journal de Paul Claudel, 24 mars 1925 : Avignon, Montdevergues. Ma pauvre sœur Camille, édentée, délabrée, l'air d'une très vieille femme sous ses cheveux gris. Elle se jette sur ma poitrine en sanglotant...

Le 1er juin 1920, une lettre du Dr Brunet conseillait à la mère de Camille de tenter une réintégration de sa fille dans le milieu familial. Lettre restée morte. Madame Louis Prosper Claudel mourra en 1929 sans jamais avoir visité sa fille ni adressé à cette dernière la moindre missive.

Lors de sa dernière visite à Camille, en septembre 1943, Paul Claudel ne manque pas de constater le travail de la destruction :

Journal de Paul Claudel, 29 septembre 1943 : Je suis allé voir ma pauvre sœur à Montdevergues. Quelle émotion ! Elle m'a reconnu et nous nous sommes embrassés une dernière fois. Je regardais cette figure détruite, où l'âge et la maladie n'ont pu cependant miner ce front puissant et effacer la marque auguste du génie. Et je revoyais cette existence douloureuse, où chaque œuvre pétrie de glaise et de sang marque une étape vers la catastrophe : l'Abandon, La Valse, l'Âge mûr, la Cheminée, et la dernière, si tragique, Persée...

Persée brandissant la tête coupée de la Gorgone

Camille Claudel, Persée et la Gorgone, détail, 1910

Camille Claudel, qui s'est représentée elle-même sous les traits de la Gorgone, conclut ainsi son oeuvre vive par un taciturne autoportrait.

Tête de la Gorgone, gros plan

La Gorgone a, sous les serpents, un air d'enfant au bord des larmes.

Corps de vieille femme, très maigre

Camille Claudel, Clôtho, 1893-1897

En 1893, Camille Claudel, alors âgée de vingt-neuf ans, réalise en plâtre le buste de Clôtho, plus tard repris en marbre (1897), suite à une commande officielle, dédiée à la célébration de Puvis de Chavannes.

Plan rapproché, tête

Je regardais cette figure détruite, où l'âge et la maladie n'ont pu cependant miner ce front puissant et effacer la marque auguste du génie, note Paul Claudel le 29 septembre 1943, lors de sa dernière visite à Camille. Camille Claudel mourra le 19 octobre, soit 21 jours plus tard.

Camille Claudel sur sa chaise, à Montdevergues

Camille Claudel à Montdevergues

Photo de Camille Claudel, 20 ans, très belle, regard farouche

Camille Claudel à 20 ans

Photo de Camille Claudel adolescente

Camille Claudel à quatorze ans

Sculpture, femme suppliante

Camille Claudel, L'Age mûr, détail, entre 1898 et 1913

Et je revoyais cette existence douloureuse, note encore Paul Claudel le 29 septembre 1943, où chaque œuvre pétrie de glaise et de sang marque une étape vers la catastrophe : l'Abandon, La Valse, l'Âge mûr...

 

Née en 1864, Séraphine Louis, dite Séraphine de Senlis, est exactement contemporaine de Camille Claudel. Elle n'appartient pas toutefois au même monde. Louis Prosper Claudel, le père de Camille, était conservateur des hypothèques. Camille a bénéficié d'une formation générale solide, plus tard d'une formation artistique dispensée par les meilleurs maîtres : Alfred Boucher, Auguste Rodin. En 1892, Alfred Boucher la présente à Paul Dubois, directeur de l'École des beaux-arts. Suite à cette rencontre, Camille expose La Vieille Hélène à la Société des Artistes français (S.A.F.). Il s'agit d'un buste représentant une servante alsacienne, proche de la jeune femme car employée de longue date au service de la famille Claudel.

Buste de vieille servante, sculpté par Camille Claudel

Camille Claudel, La Vieille Hélène

La condition de Séraphine Louis est initialement semblable à celle de la Vieille Hélène représentée par Camille Claudel, ou encore à celle de la servante Félicité, douloureusement évoquée par Flaubert dans la nouvelle intitulée Un Coeur simple.

Photo de Séraphine Louis, prise à Clermont-de-l'Oise

Née à Arsy, dans l'Oise, Séraphine Louis est d'abord bergère, puis employée de maison à Senlis. Le soir, à la bougie, elle peint. Il s'agit, en la matière, d'une autodidacte.

Portrait de Wilhelm Uhde par Picasso, style cubiste

Picasso, Wilhelm Uhde, 1910

Un jour, de passage à Senlis, le galeriste allemand Wilhem Uhde, installé à Paris depuis 1904, ami de Picasso, remarque le travail de Séraphine Louis. Il présente l'oeuvre de cette dernière, ainsi que celle d'Henri Rousseau, André Bauchant, Camille Bombois, Louis Vivin, dans le cadre de l'exposition Art naïf, organisée par ses soins à Paris, en 1928.

Fleurs

Séraphine Louis, Les grandes marguerites
Musée de Senlis

Arbre de vie

Séraphine Louis, L'arbre du paradis 1920-1925
Museum of Modern Art, New-York

Internée depuis 1932, Séraphine Louis continue à peindre sans relâche. Aujourd'hui dispersée, son oeuvre est mal répertoriée, mal datée, et reste méconnue, voire peu considérée, faute de pouvoir apparaître dans sa cohérence et son cheminement propres.

Signature de Séraphine Louis

Signature de Séraphine Louis

Je suis intriguée par une toile signée r. u., reproduite sur le site Kueste.de. La toile s'intitule Séraphine Louis de Senlis. Elle est datée de 1939. La petite fille représentée sur la toile ouvre son livre à la page Pirates. Dommage qu'on ne voie pas le détail de la gravure accrochée au mur. On distingue vaguement des rochers, une crique peut-être...

Séraphine Louis de Senlis

r. u., Séraphine Louis de Senlis, 1939

Hormis la photo et le portrait, réel ou imaginaire, reproduits ci-dessus, nous ne disposons d'aucune autre image de Séraphine Louis.

L'affamée de 1942 rêvait-elle, dans les années profondes, d'autres horizons, d'autres soleils ?

Camille Claudel, sa soeur de famine, rêvait de devenir ce qu'elle était : libre, artiste, femme. La poursuite d'un tel rêve passa aux yeux de l'époque pour acte de piraterie. Quelque chose de grave qui menace l'ordre du monde ? questionne Marie-Jo Bonnet dans Les femmes artistes dans les avant-gardes.

Comment s'étonner, ajoute Marie-Jo Bonnet, qu'il faille visiter les réserves des musées, plonger dans les archives, explorer les asiles d'aliénés, retrouver oeuvres et lettres pour entendre les cris étouffés de l'appel à la liberté. "Ce n'est pas ma place au milieu de tout cela, il faut me retirer de ce milieu ; après quatorze ans d'une vie pareille, je réclame la liberté à grands cris", écrit Camille Claudel à sa mère le 2 février 1927.

Il faudra à Camille Claudel encore seize années de patience pour atteindre enfin, au prix de la faim la plus noire, le rivage de la liberté. On ne sait rien de la patience de Séraphine Louis. On sait toutefois que, continuant à peindre, elle fit, avant sa soeur de famine, preuve de la même liberté passionnée.

Le sort de ces deux artistes illustre celui de tant d'autres patients obscurs, porteurs comme nous tous d'une liberté passionnée, un jour avalés par le système asilaire, i. e. comme dit Antonin Artaud, suicidés de la société, - d'où morts de faim. Quand l'amour fait défaut, on meurt de faim. Le sort de ces morts-là me crève le coeur.

 

Bibliographie :

Marie-Jo Bonnet, Les femmes artistes dans les avant-gardes
Editions Odile Jacob, 2006

Alain Vircondelet, Séraphine de Senlis
Albin Michel, 2000

Wikipedia : Séraphine de Senlis

Association Camille Claudel

Artcyclopedia : Camille Claudel online

Reine-Marie Paris, Camille Claudel
Gallimard, 1984.

Docteur Pierre Bailly-Salin, Les malades mentaux en France sous l'occupation nazie (septembre 2005)

Les « années noires » des malades mentaux français

Max Lafont, L'Extermination douce. La mort de 40 000 malades mentaux dans les hôpitaux psychiatriques en France sous le régime de Vichy,
Editions Latresne, 1987

Isabelle von Bueltzingsloewen, L'Hécatombe des fous. La famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l'Occupation
Edition Aubier, 2007

Annick Perrin Niquet, cadre infirmier, et Anne Parriaud, psychiatre, Destins de fous : Le sort tragique des malades mentaux sous l'occupation (octobre 2003)

 

 

 

Mars 2007