Apokaradokia
L'attente tendue de la créature

 

La dormeuse

La dormeuse blogue

La dormeuse blogue 2

La dormeuse blogue 3

La dormeuse, encore

Christine Belcikowski. Publications

Christine Belcikowski. Publications 2

La dormeuse tumble

Le style Adrien Goetz

Adrien Goetz, Intrigue à Versailles

Quand Sacha Guitry parle de La Fontaine

La Fontaine et les lapins

Adrien Goetz et Karen Knorr, Le soliloque de l'empailleur

D'une photo l'autre

Les Vaches de Rosa Bonheur

La fin de Leibniz

La forme du chemin

Philippe Batini, La sentinelle du Danube

Alain Lemosse, Constructions

Adrien Goetz, Le style Marie-Antoinette

Kenneth Grahame, Le Vent dans les Saules

Riverland

Elisée Reclus, Histoire d'un ruisseau

Orhan Pamuk, Istanbul Souvenirs d'une ville

Emili Rosales, La Ville Invisible

Kant, la nuit et la loi morale

Inventaires, Nerval, Spinoza

Adrien Goetz, Intrigue à l'anglaise

Gilbert Durand, Le retour du mythe (1)

Gilbert Durand, Le retour du mythe (2)

Gilbert Durand, Le retour du mythe (3)

Affamées : Séraphine Louis et Camille Claudel

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, Aya de Yopougon

Jean Bollack relit Parménide

Adrien Goetz, Ingres Collages

Véronique Burnod, La Dormeuse disparue

Michel Nuridsany, Le secret de Watteau

Dimitri Merejkovski, Léonard de Vinci et le visage du Christ

Orhan Pamuk, Le livre noir

L'appel du chemin

Naguib Mahfouz et la trilogie du Caire

Walter Benjamin, Le conteur

Philippe Batini, Images numériques

Robinson Crusoé

Joseph-Laurent Olive, Mirepoix An II

Heidegger et le principe de raison

Adrien Goetz, A bas la nuit !

Fureurs

Gérard de Nerval & la légende de Nicolas Flamel

Diogène Laërce, La vie des philosophes

Denis Guénoun, Hypothèses sur l'Europe

Quentin Meillassoux, Après la finitude

Israel Rosenfield, Image du corps et proprioception

Pierre Hadot, La philosophie comme manière de vivre

Alicia Dujovne Ortiz, Dora Maar photographe et peintre

François Jullien, Le Nu impossible

Michel Henry, Sur Kandinsky

Maria Zambrano, Graines dans mes poches

Les pierres de Venise

Hermann Broch, Remarques sur la psychanalyse

Hans Lipps, Logique et herméneutique

Adieu, vives clartés

Les modillons de Mirepoix

Gabriel Fauré, né à Pamiers

Frédéric Soulié, Les Mémoires du diable

Mon ruisseau

Pierre Bayle, enfant du Carla

Raymond et Marie-Louise Escholier

Hotaru

Hermann Broch : Poésie et pensée, deux voies de la connaissance

Maison du docteur Blanche vs rue de la Vieille-Lanterne

Jean-Luc Seigle, Un souvenir de Jacques-Louis David

Fleurs et légumes

Sebastiano Vassali, La bibliothèque de Virgile

Léo Strauss, Nihilisme et politique

Hans-Georg Gadamer, La méthode de l'herméneutique

Adrien Goetz, Une petite Légende dorée (1)

Une petite Légende dorée (2)

Adrien Goetz, La Dormeuse de Naples

Hans-Georg Gadamer, La parole est comme la lumière

La tâche de l'herméneutique dans le cas de l'art

Didier Franck, L'attente

Interprétations phénoménologiques d'Aristote

Le retournement de la sphère

Hella S. Haasse, Viser les cygnes

O Bilbao !

Le jour se lève

...

La Maison-Dieu

Silènes

...

Email

 

Fermes, bidons, camionnette, crépuscule

Au crépuscule
Cliché personnel

 

Dans Heidegger et le christianisme - L'explication silencieuse, Didier Franck note que Heidegger n'invoque jamais l'autorité de l'Ecriture et que lorsqu'il lui arrive parfois, rarement, d'en rappeler telle ou telle parole, c'est toujours pour marquer une infranchissable distance.

Didier Franck signale toutefois une exception remarquable. Dans le cours de 1920-1921 intitulé Phänomenologie des Religiösen Lebens (GA, Bd. 60, p. 68), Heidegger fait sienne une formule de Saint Paul dans l'Epitre aux Romains.

Nuées

Dans le cadre du phénomène de la vie, Heidegger constate que, à la fois semblables et différents, l'animal et l'homme, ou animal rationale, éprouvent de deux façons complémentaires une seule et même souffrance et/ou privation, indissociable du fait d'être vivants.

L'animal reste, par défaut de raison, pauvre en monde, ou pauvre en horizon, - horizon de significativité dont il ne peut se réclamer et en direction duquel il ne saurait non plus faire signe.

Créateur de monde, i. e. adossé à un horizon de significativité relativement auquel son existence a destination ou sens, l'homme reste, par déni d'animalité, pauvre en terre, ou infidèle au sol dont il est issu et auquel, quoi qu'il en dise, il demeure enté. Conscient de ce que la vie le traverse sans qu'il puisse l'incarner autrement qu'au prix d'un arrachement radical, il exprime sa souffrance sur le mode de l'apokaradokia tês ktiseôs, l'attente tendue de la créature, terme emprunté à Saint Paul dans l'Epitre aux Romains.

Texte grec, apokaradokia
              tês
              ktiseôs

Saint Paul dit en VIII, 19, dans l'Epitre aux Romains :

J'estime que les souffrances du temps présent sont sans poids face à la gloire qui se révélera en nous. Car l'attente tendue de la créature aspire à la révélation des enfants de Dieu. Car la création a été soumise à la vanité, non de son gré, mais par égard pour celui qui l'y a soumise, et dans l'espérance, parce que la création sera libérée de la servitude de la corruption pour la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Car nous savons que la création, à l'unisson, gémit et souffre les douleurs de l'enfantement jusqu'à maintenant ; et non seulement elle, mais nous qui avons les prémices de l'Esprit, nous aussi nous gémissons en nous-mêmes, en attente de l'adoption, de la rédemption de notre corps.

New Testament, Romans, ed. Brooke Foss Westcott, Fenton John Anthony Hort. (Greek)
Voir le texte grec sur Perseus.
[Attention : votre machine doit être équipée de caractères grecs, de type Silver Mountain Software].

L'attente dont parle Saint Paul est celle de la rédemption, partant celle de la confusion des règnes, par où finalement créature et création s'abîmeront en Dieu.

Heidegger à Marburg, en 1924

Heidegger invoque sous l'autorité de Saint Paul une tout autre attente.

Seuls parmi les vivants les humains se vivent en tant que mortels. Seuls parmi les vivants ils se déterminent relativement au néant, terminus ab quo et/ou terminus ad quem ils déploient transitairement l'étrange pouvoir-être qui leur est propre, i. e. le pouvoir d'être, là présentement, ce par quoi il y a quelque chose plutôt que rien. C'est le déploiement d'un tel pouvoir-être que Heidegger nomme apokaradokia tês ktiseôs, attente tendue de la ou des créatures, au sens à la fois subjectif et objectif du génitif, - apokaradokia comme veille, ou guet, par où s'entretient la possibilité du il y a, partant - ô merveille ! - le possible d'un monde.

Neige
Cliché personnel

 

Bibliographie :

Didier Franck, Heidegger et le christianisme - L'explication silencieuse
PUF, collection Epiméthée, 2004

Décembre 2004