Hotaru

La dormeuse

La dormeuse blogue

La dormeuse blogue 2

La dormeuse blogue 3

La dormeuse, encore

Christine Belcikowski. Publications

Christine Belcikowski. Publications 2

La dormeuse tumble

Le style Adrien Goetz

Adrien Goetz, Intrigue à Versailles

Quand Sacha Guitry parle de La Fontaine

La Fontaine et les lapins

Adrien Goetz et Karen Knorr, Le soliloque de l'empailleur

D'une photo l'autre

Les Vaches de Rosa Bonheur

La fin de Leibniz

La forme du chemin

Philippe Batini, La sentinelle du Danube

Alain Lemosse, Constructions

Adrien Goetz, Le style Marie-Antoinette

Kenneth Grahame, Le Vent dans les Saules

Riverland

Elisée Reclus, Histoire d'un ruisseau

Orhan Pamuk, Istanbul Souvenirs d'une ville

Emili Rosales, La Ville Invisible

Kant, la nuit et la loi morale

Inventaires, Nerval, Spinoza

Adrien Goetz, Intrigue à l'anglaise

Gilbert Durand, Le retour du mythe (1)

Gilbert Durand, Le retour du mythe (2)

Gilbert Durand, Le retour du mythe (3)

Affamées : Séraphine Louis et Camille Claudel

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, Aya de Yopougon

Jean Bollack relit Parménide

Adrien Goetz, Ingres Collages

Véronique Burnod, La Dormeuse disparue

Michel Nuridsany, Le secret de Watteau

Dimitri Merejkovski, Léonard de Vinci et le visage du Christ

Orhan Pamuk, Le livre noir

L'appel du chemin

Naguib Mahfouz et la trilogie du Caire

Walter Benjamin, Le conteur

Philippe Batini, Images numériques

Robinson Crusoé

Joseph-Laurent Olive, Mirepoix An II

Heidegger et le principe de raison

Adrien Goetz, A bas la nuit !

Fureurs

Gérard de Nerval & la légende de Nicolas Flamel

Diogène Laërce, La vie des philosophes

Denis Guénoun, Hypothèses sur l'Europe

Quentin Meillassoux, Après la finitude

Israel Rosenfield, Image du corps et proprioception

Pierre Hadot, La philosophie comme manière de vivre

Alicia Dujovne Ortiz, Dora Maar photographe et peintre

François Jullien, Le Nu impossible

Michel Henry, Sur Kandinsky

Maria Zambrano, Graines dans mes poches

Les pierres de Venise

Hermann Broch, Remarques sur la psychanalyse

Hans Lipps, Logique et herméneutique

Adieu, vives clartés

Les modillons de Mirepoix

Gabriel Fauré, né à Pamiers

Frédéric Soulié, Les Mémoires du diable

Mon ruisseau

Pierre Bayle, enfant du Carla

Raymond et Marie-Louise Escholier

Hotaru

Hermann Broch : Poésie et pensée, deux voies de la connaissance

Maison du docteur Blanche vs rue de la Vieille-Lanterne

Jean-Luc Seigle, Un souvenir de Jacques-Louis David

Fleurs et légumes

Sebastiano Vassali, La bibliothèque de Virgile

Léo Strauss, Nihilisme et politique

Hans-Georg Gadamer, La méthode de l'herméneutique

Adrien Goetz, Une petite Légende dorée (1)

Une petite Légende dorée (2)

Adrien Goetz, La Dormeuse de Naples

Hans-Georg Gadamer, La parole est comme la lumière

La tâche de l'herméneutique dans le cas de l'art

Didier Franck, L'attente

Interprétations phénoménologiques d'Aristote

Le retournement de la sphère

Hella S. Haasse, Viser les cygnes

O Bilbao !

Le jour se lève

...

La Maison-Dieu

Silènes

...

Email

 

 

Hotaru en japonais veut dire luciole. J'ai trouvé dernièrement un petit programme intitulé HotaruBL et dédié aux machines Palm OS.

J'étais en ville, i. e. moralement à mille milles des lucioles. Même à la campagne, de toute façon, les lucioles se font rares. Du coup, les nuits d'été se désenchantent.

L'année dernière, il y avait une luciole au bord de l'allée de galets qui borde la maison, sous la treille. Elle se tenait dans la plate-bande de muguet, au pied d'un rosier. Le cabaret de la rose arbore ainsi, de temps à autre, une minuscule lanterne vivante.

A la campagne, la nuit est plus noire qu'en ville. Il faut lever la tête pour bénéficier de la clarté des étoiles. Le petit monde de l'herbe, quant à lui, baigne dans les ténèbres. Lorsque vient le temps des lucioles, c'est le 14 juillet chez les invisibles.

Myriades de fusées dans la plate-bande, nuées de grains d'or dans les herbes folles. La fête aux lampistes !

, petit programme créé par Shigeyuki Seko et conçu à destination des machines Palm OS, restitue quelque chose du charme des nuits d'été. Fruit d'une intention poétique, il ne sert à rien, sinon à la rêverie. D'où sa vertu essentielle. La grâce de l'effet, alliée à celle du nom, fait merveille. Les lucioles sont en ville.

On règle les propriétés - style, tempo - du clignotement. On clique sur Start.

La fête commence.

Le soleil ni la mort, dit La Rochefoucaud, ne sauraient être regardés fixement. La féerie électronique non plus. Ni la minuscule pyrotechnie du vivant. Toute clarté décèle un comment obscur. La rampante noirceur du lampyre noctilucque, au grand jour, crève les yeux.

Luciole, plus communément ver luisant.

Ordre des Coléoptères, famille des Lampyridae.

Insecte allongé ; élytres mous et velus ; organes luminescents chez le mâle, la femelle, ou les deux ; tête recouverte par le pronotum.

Le soleil ni la mort ne sauraient être regardés fixement.

Je retarde le moment de parler du Tombeau des Lucioles. Du coléoptère pyrotechnicien au flash atomique, on imagine que la distance se compte en années-lumière. Et pourtant... Il y a des lucioles, le 6 août 1945, lorsque une bombe atomique s'abat sur Hiroshima.

Akiyuki Nosaka, en 1968, a obtenu le prix Naoki, dédié à la littérature populaire, pour la nouvelle intitulée Le Tombeau des Lucioles. Dans cette nouvelle, il évoque l'odyssée de deux enfants : Seita, quatorze ans, et sa petite soeur Setsuko, agée de quatre ans. En août 1945, la ville où résidait leur mère, a été rasée par les Américains. Restés orphelins, ils tentent de survivre dans un monde dévasté. Bientôt ils crèvent de faim. Seita, qui cherche désespérément à sauver sa petite soeur, ne trouve plus de quoi la nourrir.

Perdus dans la campagne, au pied d'un bunker, deux enfants qui s'aiment contemplent la féerie de la nuit. Myriades de fusées dans la plate-bande, nuées de grains d'or dans les herbes folles.

Deux enfants, dans le Japon de 1945, sont eux aussi lucioles dans la nuit. La guerre est le tombeau des lucioles.

Isao Takahata, l'associé de Hayao Miyazaki, a porté au cinéma , Le Tombeau des lucioles, dans le cadre des studios Ghibli. Le film est d'une poésie bouleversante.

 

Crédits iconographiques :

Kanji Hotaru

Une minuscule lanterne vivante

Myriades de fusées dans la plate-bande

Shigeyuki Seko, HotaruBL (freeware dédié aux machines Palm OS)

Les lucioles sont en ville

Luciole

Isao Takahata, Le tombeau des lucioles

 

Pour en savoir plus sur Shigeyuki Seko :

Le petit monde de Pamu

 

 

Juillet 2005