Christine Belcikowski

Publications 4

À propos de Jean Jacques Guillaume Bauzil, peintre en miniature, d'origine ariégeoise

Rédigé par Belcikowski Christine 2 commentaires

Fondée en 1726 dans le capitoulat de Toulouse par le peintre Antoine Rivalz, installée dans le logis de l'Écu, la première école gratuite de dessin du royaume de France devient en 1746 Société des Beaux-arts, puis le 13 janvier 1751, par lettres patentes royales, Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse.

toulouse_theatre.jpg

Ci-dessus : affiche du Théâtre de Toulouse en 1786. Collection de M. Paul Dupuy. Labouche éditeur.

toulouse_petit_versailles.jpg

Ci-dessus : vue du nº 30 de la rue d'Alsace-Lorraine.

En 1769, l'Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse déménage dans la maison dite du Petit-Versailles, du nom du théâtre que celle-ci hébergeait auparavant et dont elle accueillera encore quelques représentations avant 1789. Ladite maison s'élevait à l'angle de la rue Villeneuve et de la rue de la Porte-Nove. Son emplacement d'alors correspond aujourd'hui au nº 30 de la rue d'Alsace-Lorraine.

C'est là que, parmi d'autres professeurs, Gaubert Labeyrie, né le 27 décembre 1715 à Toulouse, mort le 25 janvier 1792 à Toulouse, « Peintre Professeur du Dessein », puis « Peintre à l'huile », établi rue du Taur, nommé peintre de la ville de Toulouse en 1735, a dispensé ses cours jusqu'à sa mort. Au nombre de ses élèves figure dans les années 1780 un certain Jean Jacques Guillaume Bauzil, qui signe en 1785 « Bauzil de Mirepoix ».

Lire la suite de À propos de Jean Jacques Guillaume Bauzil, peintre en miniature, d'origine ariégeoise

Pierre Sidoine. Rhinocéros, rhinocéros

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Pierre Sidoine sculpteur, expose en ce mois de juillet 2020 dans sa galerie de Montolieu (Aude) deux rhinocéros de sa façon, fruits du travail qu'il mène jour après jour pour obtenir du fer la forme, invue encore, qui soit, telle qu'en elle-même, à l'image de son désir initial. Il faut là, au sculpteur comme au poète, des membres de fer (1) aussi, un masque de protection, et l'œil aigu du vieux Caïn métallurgiste.

Lire la suite de Pierre Sidoine. Rhinocéros, rhinocéros

Classé dans : Art Mots clés : aucun

Dans la maison des Consuls, deux belles vues de Mirepoix, alias Ravenne d'Oc

Rédigé par Belcikowski Christine 3 commentaires

preteceille1.jpg

Ci-dessus : depuis la belle route bordée de platanes, vue de la cathédrale de Mirepoix, alias Ravenne d'Oc.

preteceille2.jpg

Ci-dessus : depuis la rive gauche de l'Hers, vue du grand pont de pierre construit sur l'Hers durant les dernières années de l'Ancien Régime, et vue de l'ancien château de Mirepoix, dit depuis le XVIIe siècle « château de Terride ».

Commandées par Bernard Garcia, propriétaire de l'hôtel des Consuls, et signées Chloé Préteceille, les deux vues reproduites ci-dessus ont été créées en mars-avril 2020, l'une d'après une vieille carte postale, l'autre d'après une gravure datant des années 1800. Elles ornent désormais le salon de l'hôtel des Consuls.

Alors que je photographiais ces deux vues, séduite par leur lumière d'or,je me suis souvenue d'une phrase du Seigneur inconnu, beau roman d'Antoine de Lévis Mirepoix (1884-1981), publié en 1922. « Le puissant soleil d’Oc poudrait l’air bleuté de son or impalpable », dit Antoine de Lévis, à propos de Ravenne d'Oc, la petite ville dans laquelle se déroule l'action du Seigneur inconnu et dans laquelle on reconnaît son cher Mirepoix, ce Mirepoix qui est aussi le nôtre, que nous aimons, et dont le puissant soleil d'Oc continue de poudrer l'air bleuté de son or impalpable. Cf. Antoine de Lévis Mirepoix (1884-1981) – Le Seigneur inconnu – Première partie ; Antoine de Lévis Mirepoix (1884-1981) – Le Seigneur inconnu – Deuxième partie.

preteceille3.jpg

« Cette Terre sur laquelle Nous sommes / et le Ciel sous lequel Nous sommes ». Inscription apposée au bas de la vue du pont et du château de Mirepoix.

Classé dans : Art Mots clés : aucun

À propos de François Tristan de Cambon, dernier évêque de Mirepoix. IV. Un prélat contre-révolutionnaire

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Partisan du progrès en matière d'agriculture, d'aménagement du territoire, de développement des transports, etc. ; partisan aussi d'un certain progrès de l'esprit critique en matière de pratique religieuse, Monseigneur de Cambon s'illustre cependant à partir de juillet 1789 par le caractère farouche de la résistance qu'il oppose aux idées de la Révolution. Il est et demeure un descendant de la vieille noblesse de robe, à ce titre nullement acquis aux chimères de l'égalité républicaine, car convaincu, comme Montesquieu, de la seule excellence du principe monarchique — « Un Dieu, Une Loi, un Roi ».

Lire la suite de À propos de François Tristan de Cambon, dernier évêque de Mirepoix. IV. Un prélat contre-révolutionnaire

Matthew Hilton. Un autre jardin

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

hilton0.jpg

hilton1.jpg

31 janvier 18h30. Matthiew Hilton tient, à sa façon, le petit discours qu'on attend de l'artiste avant son vernissage. Il s'agit d'un discours à deux voix. L'artiste remercie pour son accueil l'Association d'Art Contemporain qui gère l'Espace des Carmes et il détaille, non sans malice, tout le bien qu'il pense de la ville de Pamiers. À côté de lui, un comédien,comme au piquet, se retourne de temps en temps vers le public pour dire divers extraits de De La Franqui à Ramonville, texte autobiographique signé Matthiew Hilton..

Ci-dessous, quelques-unes des œuvres exposées...

hilton2.jpg

Estampes extraites de Comment j'ai débusqué les bêtes. Rencontres érotiques, livre d'artiste de Matthiew Hilton et de Philippe Parage, lithographe, publié en 2010. Cf. Matthiew Hilton. My way of loving beasts ; traduction française. Cf. Christine Belcikowski. Matt Hilton. Comment j'ai débusqué les bêtes ; Matt Hilton expose à la librairie Ombres Blanches. Comment j’ai débusqué les bêtes

hilton4.jpg

Extrait de Comment j'ai débusqué les bêtes. Rencontres érotiques.

hilton3.jpg

Matthiew Hilton.

hilton5.jpg

Matthiew Hilton.

hilton6.jpg

Matthiew Hilton.

hilton7.jpg

Matthiew Hilton. Banderolle, comme toutes les pièces photographiées ci-dessous.

hilton8.jpg

hilton9.jpg

hilton10.jpg

hilton11.jpg

Compliments aussi au comédien, qui, dans le jeu avec l'artiste, a fait montre de belles qualités de pongiste.

À lire aussi :
Estampes, et autres, de Matt Hilton à la Grange de Mercus
D’un coin l’autre – Matt Hilton expose à la galerie Inspiré
À la Galerie de la Porte d’Amont. Matt Hilton. Stick charts et autres objets
Une visite à l'atelier de Matt Hilton
L’atelier du lithographe
À propos de Matt Hilton printmaker

Classé dans : Art Mots clés : aucun
Fil RSS des articles de cette catégorie