Christine Belcikowski

Publications 4

À propos de Jean Antoine Cairol, dit Bailladet, de Mirepoix. Premier épisode

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

cairol_maison1.jpg

À Mirepoix, façade Nord, à colombages apparents, de l'ancienne maison Cairol, maison aujourd'hui occupée par la boulangerie-pâtisserie Diant.

cairol_maison2.jpg

Façade Est de l'ancienne maison Cairol. Les colombages se trouvent masqués ici par le crépi.

cairol_jean_antoine_1739.jpg

17 août 1739. Naissance et baptême de Jean Antoine Cairol. AD9. Mirepoix. Paroisse Saint Maurice. Baptêmes, mariages, sépultures. 1736-1741. Document 1NUM1/5MI664. Vue 124.

cairol_jean_antoine_1820.jpg

9 juillet 1820. Décès de Jean Antoine Cairol. AD09. Mirepoix. Décès. 1813-1824. Document 1NUM/4E2361. Vue 316.

cairol_A166.jpg

Ancienne maison Cairol à Mirepoix. Section A nº 166.

cairol_compoix1.jpg

Vue de la maison d'Antoine Cairol et de Jean Antoine Cairol sur le plan du compoix de 1766.

cairol_compoix2.jpg

Vue du lot nº 148, appartenant à Antoine Cairol, sur le compoix de 1766.

Dernier-né, semble-t-il, des onze enfants d'Antoine Cairol, docteur en médecine, et de Magdeleine Bernard, Jean Antoine Cairol a vu le jour le 17 août 1739 dans la maison sise au n° 148 du moulon 3 de Mirepoix, ou au n° 166 de la section A d'après le nouveau plan urbain mis en œuvre à partir de 1789 par la municipalité de Mirepoix. Il y mourra le 9 juillet 1820.

Lire la suite de À propos de Jean Antoine Cairol, dit Bailladet, de Mirepoix. Premier épisode

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

À propos de l'ancienne église de Labastide d'En Richard ou de Cazaux (Aude)

Rédigé par Belcikowski Christine 4 commentaires

labastide_cazaux.jpg

Vue de Labastide d'En Richard ou de Cazaux sur la carte de Cassini.

Le site de Labastide d'En Richard ou de Cazaux se situe dans le Val d'Ambronne, au dessus de l'ancien village de Gueittes. Il se trouve compris dans le territoire de l'actelle commune de Gueytes-et-Labastide.

Le site de Labastide d'En Richard ou de Cazaux abrite encore un château, une ancienne église, située à proximité immédiate du château, aujourd'hui utilisée comme hangar ou grange, et une métairie. L'ensemble a appartenu à la famille Isard, bourgeois de Limoux, de 1425 à 1462 ; à Jean de Saint-Gassian à partir de 1462 ; à la famille de Richard (1) à une date qu'on ne sait pas ; à la famille de Castéras à une date qu'on ne sait pas ; à la famille de Béon Cazaux après 1558, puisque, le 25 janvier 1558, Françoise de Castéras, dite « Dame de Cazaux », fille unique et héritière de Guillaume Arnaud de Castéras, seigneur de Cazaux (en Armagnac), et d’Iphigénie Elix de la Cassaque, fait entrer la dite seigneurie dans la maison de Béon par son mariage avec Jean de Béon de Massès ; aux familles de Hautpoul et de Mauléon Narbonne immédiatement après la Révolution ; à Jean Louis Gaston de Saint-George peut-être dans les années 1820 (2) ; à partir de 1850 à Jean Baptiste Albin Douays, fils d'un négociant de Chalabre (3).

labastide1.jpg

Vue du clocher de l'ancienne église de Labastide de Cazaux.

labastide2.jpg

Autre vue du même clocher.

labastide3.jpg

Autre vue du même clocher.

labastide4.jpg

Porte d'entrée de l'ancienne église de Labastide de Cazaux.

labastide5.jpg

Autre vue de la même porte.

labastide6.jpg

À l'intérieur de l'église...

labastide7.jpg

labastide8.jpg

labastide9.jpg

Vue de la façade avant du château de Labastide de Cazaux.

labastide10.jpg

Depuis la la D626, vue de la façade arrière du château et du clocher de l'église, à gauche dudit château.

Le village de Gueytes-d'en-Haut possède lui aussi son église, dont l'implantation est, selon Dominique Baudreu et Jean-Paul Cazes, typique des anciens villages ecclésiaux de l'Aude médiévale.

« Le cas de Saint-Just [de BellengardÛ] doit être rapproché d'un autre chef-lieu communal dans un terroir limitrophe à l'habitat dispersé, Gueytes-et-Labastide. Bien que faisant partie de l'ancien diocèse de Toulouse et du bassin de l'Hers, Gueytes-d'en-Haut peut être cité pour son exemplarité. Au sommet d'une éminence, l'église de Gueytes avait conservé à sa périphérie jusqu'au XIXe siècle une limite parcellaire de forme circulaire, complète et très régulière (fig. 10). Le cimetière apparaît en dehors du cercle mais correspond sans doute à un transfert.

gueytes_eglise.jpg

Dominique Baudreu et Jean-Paul Cazes, « Les villages ecclésiaux dans le bassin de l'Aude », in Actes des congrès de la Société d’Archéologie Médiévale, année 1994/3, pp. 80-97.

gueytes_sesa2.jpg

gueytes_sesa1.jpg

Le Midi Libre, 28 novembre 1960. Article cité sur le site de la Société d'études scientifiques de l'Aude, à la rubrique Gueytes-et-Labastide.

gueytes_voute_muree.jpg

« Ce qu'on croyait une grande porte romane n'est qu'une voûte murée... »

gueytes_eglise5.jpg

gueytes_eglise3.jpg

L'église de Gueytes-d'en-Haut aujourd'hui a été restaurée.

-----

1. Cf. P. Louis Lainé. Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France. Tome 2. Paris. Chez l'auteur. 1879.

2.Cf. Christine Belcikowski. Jean Louis Gaston de Saint-George, du château de Sibra au château de Cazaux.

3. Cf. Christine Belcikowski. Après la Révolution, à Gueytes-et-Labastide et au château de Cazaux…

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Oh, Tourniquet !

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Mickey ! Oh, Tourniquet !
Le coucou s’est envolé.
Il n’y a plus d’heure qui sonne à l’horloge.
Il faut le rattraper, l’oiseau,
et faire en sorte d’arriver à temps,
avec le cadeau,
à l’anniversaire de Daisy.
Daisy ! Oh, Daisy !
la belle de nos rêves !
Elle est dans le Rhinocéros de Ionesco.
Après tout, les rhinocéros sont des créatures comme nous.
Aujourd’hui, je suis allée à la porte d’un restaurant
pour prendre livraison des plats d’un dimanche
ressurgi du fond de l’eau
des jours qui passent
sans passer.
Oh ! la fête
quand le soleil tombe sur la table de l’automne
quand les mots sont d’ailleurs,
de souvenirs de voyages,
d’enfances partagées !
La mémoire me revient alors de cette odelette de Nerval...
Et souvent, le dimanche... on va se promener...
Et l’on sent en rentrant, avec grand appétit,
Du bas de l’escalier, – le dindon qui rôtit.

Choses volantes

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Choses volantes
balayées par l’autan,
s’agit-il de mains coupées
de feuilles mortes
ou de gants dont les coutures ont lâché ?
Mais qui porte encore des gants aujourd’hui ?
Quel rapport entre ces choses volantes
et le marchand de hamburgers qui déclare
FRITES À VOLONTÉ
au coin de la rue ?
Mais il faudrait changer l’huile plus souvent.
Choses qui s’emportent dans le tourbillon
de la vie…
Mais ne s’agit-il pas plutôt du tourbillon
de la mort ?
Mais, bouteille vide, bouteille pleine,
l’un dans l’autre,
c’est pareil ! pareil !
Mon pas sonne sec sur le pavé de la rue,
clic ! clac ! un cheval !
Suis-je, sans le savoir, un cheval ?
Mais, d’un cheval l’autre,
y a-t-il autre chose que la différence du même,
que le simple tourniquet du vif et du mort ?

À propos d'Antoine Joseph Cior, un inconnu de l'histoire

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

cior_antoine_joseph1.jpg

bonn_rhin.jpg

Cior, Antoine Joseph ; 55 ans ; employé ; demeurant quai de la Mégisserie (Ier arrondissement) ; précédemment rue Béthisy (IVe arrondissement), disparus lors de la création des rues de Rivoli et du Pont-Neuf ; date d'arrivée à Paris : depuis 1738 ; ville de naissance : Bonne sur le rien [sic !] ; Section du Muséum, 2e compagnie. Archives nat. Police générale. Cote : F/7/4801.

Les vues reproduites ci-dessus datent de l'an II (6 octobre 1793-21 septembre 1794) de la République. Elles sont extraites de deux pages de la liste des passeports, ou cartes de sûreté, établis à Paris sous la Terreur, entre 1792 et 1795, dans la section du Muséum (1), précédemment appelée section du Louvre (IVe arrondissement). Sur le document original, ces vues se lisent horizontalement, de façon continue, de la page gauche à la page droite. C'est par souci de lisibilité dans le cadre d'un champ éditable étroit qu'on a choisi de donner à lire lesdites vues l'une en dessous de l'autre ici.

Les cartes de sûreté instaurées sous la Terreur constituent à peu près l'équivalent de nos actuelles cartes d'identité. ont été établies à Paris entre 1792 et 1795. Elles autorisent ceux qui en sont porteurs — hommes de plus quinze ans seulement — à circuler librement. Le demandeur d'une carte de sûreté doit se présenter, accompagné de deux témoins, à son Comité de surveillance, ou d'arrondissement après 1795, et satisfaire aux réquisits de l'enquête menée par les membres du Comité. La carte de sûreté indique l'âge, la profession, l'adresse actuelle, l'adresse précédente, et le lieu d'origine du porteur.

megisserie.jpg

Vue du quai de la Mégisserie sur le plan de Paris de Brion de la Tour (1787). Encadrés, en haut à droite sur l'image, la rue Béthisy ; plus bas, le quai de la Mégisserie.

L'inconnu qui nous intéresse ici, Antoine Joseph Cior, employé, demeure à Paris, quai de la Mégisserie, après avoir demeuré rue de Béthisy, dans la section du Muséum chaque fois. « Cette section, dit Wikipedia, était une des plus riches et des plus populeuses de Paris. Elle comprenait 22690 habitants, dont 1095 ouvriers et 522 économiquement faibles ». Âgé de 55 ans, Antoine Joseph Cior dit être arivé à Paris en 1738. Il était donc tout bébé lors de cette arrivée. Sa carte de sûreté indique qu'il est originaire de « Bonne sur le rien ». Voilà le genre d'information qui retient l'attention du lecteur d'archives et qui, sur le moment, le fait sourire. Le greffier du Comité de sûreté a noté, sans comprendre, parce qu'il a peu de géographie, ce qu'il a entendu.

bonn_gravure.jpg

Vue générale de Bonn. In Guide to Bonn and its Environs, Bonn, B. Pleimes, 1845, p. 1.

À l'écoute de ce « Bonne sur le rien », on devine aujourd'hui qu'il s'agit de Bonn sur le Rhin (Insee : 99109), ville allemande relevant de l'archevêché de Köln, située autrefois en Westphalie, aujourd'ui dans le sud du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, à 25 km au sud de Köln et 54 km au nord de Koblenz ; lieu de naissance de Beethoven.

cologne_archeveche.jpg

Vue de l'archevêché de Cologne sur la carte de la Westphalie, suivant les dernières observations de Homann et de Hubener / par Georges Louis Le Rouge, Paris, 1742.

On ignore tout de la raison pour laquelle Antoine Joseph Cior arrive en 1738 à Paris. On sait en revanche qu'il épouse en premières noces (2) le 8 février 1767, Anne Charlotte Delesclause ou Desclaux, dite Boucaute ; puis, en secondes noces, le 10 pluviôse an XII (4 juin 1810) dans la paroisse Saint Antoine, Marguerite Macorel. On sait également par l'homologation d'une créance contractée auprès du négociant F. A. Rubit que le même Antoine Joseph Cior est en 1781 maître tailleur.

cior_credit.jpg

Homologation du crédit contracté par Antoine Joseph Cior et Charlotte Delesclause ou Desclaux auprès du négociant F. A. Rubit (3). Archives nat. Registre des tutelles. 16/04/1781-30/04/1781 | AN Y5080B.

cior_macorel.jpg

4 juin 1810. Mariage d'Antoine Joseph Cior et de Marguerite Macorel. AD76. Collection Mayet (registres parisiens de catholicité). Mariages. T051. Chouquet-Clemencet.

De son mariage avec Anne Charlotte Deslesclause ou Desclaux, Antoine Joseph Cior a au moins deux fils connus : Pierre Joseph Cior, né circa 1779, qui épousera à l'âge de 29 ans, Françoise Louise Gilberte Reynier, le 18 juillet 1808 dans la paroisse Saint Merry ; et Jean François Cior, qui épousera en premières noces Adélaïde Tabouin le 16 septembre 1805 dans la paroisse Saint Merry, puis en secondes noces Élizabeth Rosalie Cury, le 1er juin 1817 dans la paroisse Saint Germain l'Auxerrois.

Le même Antoine Joseph Cior pourrait avoir eu un frère dans Paris en la personne de Pierre Cior, tailleur lui aussi, installé rue des Prouvaires, dans le Ier arrondissement, marié à Catherine Lamy. Le 17 mai 1763, Pierre Cior et Catherine Lamy baptisent dans la paroisse Saint Eustache un fils nommé Guillaume Cior. L'enfant a pour parrain Guillaume Schmitz, tailleur, et pour marraine Marie Jacquemin, épouse de Joseph Schmitz, maître ébéniste (4). Il semble que la famille Schmitz soit originaire de Trier (Trèves), Rheinprovinz, Preußen (Prusse). Datée du 18 août 1793, la carte de sûreté de Guillaume Schmitz, anciennement maître ébéniste, alors « menuisier », indique qu'il est né circa 1743 à Köln, Allemagne [Archives nat. Police générale. Cote : F7/4792).

Antoine Joseph Cior pourrait avoir eu encore un frère, demi-frère ou cousin, en la personne d'Antoine Germain Cior, né le 22 août 1746 à Lille de la relation d'Antoine Cior avec Françoise Grugeon.

cior_antoine_germain.jpg

22 août 1746. Baptême d'Antoine Germain Cior. AD59. Lille. Paroisse Sainte Catherine. Baptêmes. 1737-1756. Document 5 Mi 044 R 031. Vue 381. On ignore ce devient par la suite cet Antoine Germain Cior.

Antoine Joseph Cior meurt à l'âge d'environ 78 ans, le 10 décembre 1816 dans le VIIIe arrondissement de Paris.

cior_1816.jpg

10 décembre 1816. Décès d'Antoine Joseph Cior. État-civil reconstitué de Paris. Décès. Ciocot (1844)-Cirbeau (1848). V3E/D 301. Vue 16.

Pour compléter cette petite enquête sur Antoine Joseph Cior, natif de « Bonne sur le rien », une recherche dans la Rheinprovinz du temps et dans le reste de l'Allemagne, donne quant au patronyme Cior les maigres résultats suivants :

Petrus ou Petri (Pierre) Maria Cior épouse Annae Margarethae Welter le 10 septembre 1782 à Koblenz (Coblence).
Xaverius (Xavier) Cior, fils des précédents, épouse Maria Elisabeth Hildesheim le 7 septembre 1783 à Trier (Trèves), Rheinprovinz, Preußen (Prusse).
Stork Cior et Francisca baptisent Francus Jacobus (François Jacob) Cior le 1er mai 1772 à Neuthard (commune du Bade-Wurtemberg), située dans l'arrondissement de Karlsruhe, Bruchsal, Baden.
● Karl August Wenzel, né circa 1829, fils de Johann Wenzel et de Charlotte Louise Cior, épouse en 1857 Amalie Hanna Karoline Aleidt à Schwerin an der Warthe, Posen (aujourd'hui Poznań, en Pologne), Preußen (Prusse).

Ces données proviennent de Familysearch, car l'état-civil allemand n'a été créé qu'en 1871. Conservés dans les évêchés ou archevêchés, les registres paroissiaux restent à ce jour peu numérisés, d'où rarement mis en ligne. Leur accession demeure le plus souvent tributaire du bon vouloir des associations de généalogie.

Parmi les données généalogiques rapportés ci-dessus, la plus pertinente, au moins géographiquement, est celle qui intéresse Petrus ou Petri (Pierre) Maria Cior, marié à Koblenz. Bonn sur le Rhin, lieu de naissance d'Antoine Joseph Cior, qui est lui-même père de Pierre Joseph Cior, né circa 1779, se situe en effet à 54 km au nord de Koblenz. Impossible toutefois de tirer de ce rapprochement la moindre conclusion utile. L'identité du père et de la mère d'Antoine Joseph Cior demeure à ce jour inconnue.

Pourquoi s'attache-t-on ici à retracer autant que possible l'itinéraire d'Antoine Joseph Cior ? Il se trouve qu'un certain Pierre Charles Cior, « né en 1669 à Paris, installé un temps au nº 27 de la rue Coquillère (Ier arrondissement), « élève de Bauzil », dit-on (5), a été, comme Jean Jacques Guillaume Bauzil, son maître, dit Juan Bauzil (6), et Luis de la Cruz y Ríos, peintre miniaturiste attitré de la Cour d'Espagne. Or Jean Jacques Guillaume Bauzil est fils de Jean Bauzil, natif de Toulouse, et de Maria Koc, ou Coy, ou Cior (7), et il est né en 1766 à Köln (Cologne), dit-on (8). L'acte de naissance, à ce jour, n'a pas été retrouvé.

Une recherche dans la Rheinprovinz sur le nom de Maria Coy, ou Koc, ou Cior, donne sur Familysearch les résultats suivants :

● Anna Maria Coy, née le 26 avril 1702, baptisée le 28 à Zell (Mosel (9), Zell, Rheinprovinz, Preußen, fille de Henrico (Henri) Coy et de Mariae Margarethae (Marie Marguerite).
● Maria Dorothea Coy, née le 3 février 1725, baptisée le 4, à Zell (Mosel), Zell, Rheinprovinz, fille de Joanni (Jean) Coy et de Annae Margarethae (Anne Marguerite).
● Anna Maria Coy, née 28 décembre 1725, baptisée le 30, à Zell (Mosel), Zell, Rheinprovinz, Preußen, fille de Henrico (Henri) Coy et de Mariae Margarethae (Marie Marguerite).
Anna Coy, née le 20 septembre 1737, baptisée le 22, à Zell (Mosel), Zell, Rheinprovinz, Preußen, fille de Joanni Henrico Coy (Jean Henri) et de Luciae Lauxen (Lucie Lauxen).

De toutes les Anna Coy rapportées dans la liste ci-dessus, seule Anna Coy, née le 20 septembre 1737 à Zell, pourrait être la mère de Jean Jacques Guillaume Bauzil, qu'on dit né en 1766 à Köln (Cologne). Né le 5 juin 1733 à Toulouse, Jean Bauzil, père de l'enfant, était en 1766 âgé de 33 ans (8).

cior_coy_allemagne.jpg

Implantation des Coy et des Cior dans la Rheinprovinz.

L'hypothèse qui sous-tend cet article, c'est qu'il y a pu avoir entre Jean Jacques Guillaume Bauzil, devenu miniaturiste attitré de la Cour d'Espagne, et Pierre Charles Cior, devenu miniaturiste attitré de la Cour d'Espagne lui aussi, une relation autre encore que celle de maître à élève, soucieux tous deux de la belle ouvrage. Outre que, dans les années 1790, les deux vivent à proximité l'un de l'autre dans Paris, l'un descend d'une mère issue du Rheinland, l'autre très probablement d'un père issu du Rheinland aussi, et ils ont sans doute partagé le sentiment d'être « pays » par leurs origines. Une sorte de fraternité contingente en somme.

cior_plan2.jpg

De gauche à droite et de haut en bas sur l'image, signalés par un point rouge : rue Croix des Petits Champs ; rue Coquillière ; rue des Prouvaires ; rue de la Monnaie ; rue Béthisy ; quai de la Mégisserie. plan de Paris de Brion de la Tour (1787)

On sait peu de choses de la vie de Pierre Charles Cior. Manquent tout à la fois l'acte de baptême, l'acte de mariage et l'acte de décès. On le dit, sans preuve, né en 1769 à Paris. Il est peut-être fils de Pierre Cior, tailleur, et de Catherine Lamy, installés rue des Prouvaires (Ier arrondissement) ; d'où frère de Guillaume Cior, baptisé le 17 mai 1763 dans la paroisse Saint Eustache. Mais il est peut-être aussi fils d'Antoine Joseph Cior et de Anne Charlotte Deslesclause ou Desclaux, car, à l'orée de la Révolution, il demeure au nº 8 de la rue Béthisy (IVe arrondissement), l'une des adresses d'Antoine Joseph Cior (cf. supra carte de sûreté d'Antoine Joseph Cior). Il demeure ensuite au nº 27 de la rue Coquillère (Ier arrondissement), puis au nº 27 de la rue de la Monnaie (Ier arrondissement).

Jean Jacques Guillaume Bauzil, qui a vécu à Mirepoix (Ariège) et à Toulouse, où il a été l'élève de Gaubert Labeyrie à l'Académie royale de peinture, sculpture et architecture, gagne ensuite Paris, peut-être en 1789, avant du moins le 25 janvier 1792, date du décès de Gaubert Labeyrie, son maître toulousain, et avant le 8 août 1793, date du décret de dissolution de l'Académie royale de peinture, sculpture et architecture, signé par la Convention. À Paris, il a pour adresse Hôtel de la Marine, nº 6, rue Croix des Petits-Champs, près la Place des Victoires, dans le Ier arrondissement (cf. plan ci-dessus), et c'est là sans doute qu'il a Pierre Charles Cior pour élève. Au salon de 1793, il expose sous le nº 596 un cadre contenant plusieurs miniatures  ; au salon de 1799, sous le nº 15, un cadre contenant cinq portraits en miniature  (10).

cior_miniature.jpg

Pierre Charles Cior. Portrait de femme, à coiffe de dentelle blanche et robe noire. Ivoire. H. en m 0,063 ; L. en m 0,050. Signature. 1797. Musée du Louvre.

cior_signature.jpg

Signature de Pierre Charles Cior.

Pierre Charles Cior, quant à lui, expose au Salon de 1796, sous le nº 107, un cadre renfermant plusieurs portraits en miniature ; puis, au Salon de 1799, sous le nº 27, divers portraits, dont ceux de Louis Antoine Saintomer l'aîné, professeur d'écriture, et de la citoyenne Blot, son épouse.

cior_salon1.jpg

Jules Marie Joseph Guiffrey (1840-1918), Collection des livrets des anciennes expositions depuis 1673 jusqu'en 1800, volume V, Salon de 1796, Paris, Liepmannssohn Éditeur, 1871, p. 26.

cior_salon2.jpg

Jules Marie Joseph Guiffrey (1840-1918), Collection des livrets des anciennes expositions depuis 1673 jusqu'en 1800, volume V, Salon de 1799, Paris, Liepmannssohn Éditeur, 1871, p. 21.

De son mariage avec Jeanne Suzanne Morel circa 1793, Pierre Charles Cior aura deux filles et deux garçons au moins :

● Marie Pierrette Caroline Cior, baptisée le 29 juin 1795 dans la paroisse Saint Germain l'Auxerrois.
● Jean Félix Cior, baptisé le 12 mars 1798 dans la paroisse Saint Germain l'Auxerrois. Le 16 mars 1833, il épousera en premières noces Marie Angélique Pesme, à Paris (IIIe arrondissement) ; et le 3 septembre 1861, Marie Cécile Julie Louis, dans le (IIIe arrondissement aussi.
● Charlotte Victoire Desirée Cior, baptisée le 1er novembre 1799 dans la paroisse Saint Germain l'Auxerrois.
● Jean Louis Cior, baptisé le 15 juillet 1810 dans la paroisse Saint Eustache.

Après les Salons de 1793 et de 1799, la carrière de Pierre Charles Cior se déploie entre la Cour d'Espagne et la Russie.

cior_oeuvre.jpg

Charles Gabet (1793-1860), Dictionnaire des artistes de l'école française, au XIXe siècle : peinture, sculpture, architecture, gravure, dessin, lithographie et composition musicale, Paris, Chez Madame Vergne, 1831, p. 147.

C'est circa 1830 que Pierre Charles se fixe de nouveau au nº 27 de la rue Coquillière ; et en 1831 qu'il participe derechef au Salon, avec une miniature représentant le maréchal J. M*** (nº 332) et un portrait de Mme la comtesse B*** (nº 333) (11). Au Salon de 1838, il obtient une récompense pour une miniature représentant Mme la comtesse Novalinska (nº 300) (12)

Jean Jacques Guillaume Bauzil meurt à Madrid le 19 mai 1820. Pierre Charles Cior meurt probablement en 1840, on ne sait où. Dispersée entre la France, l'Espagne et la Russie, son œuvre demeure mal connue et peu reproduite. Ses toiles et ses miniatures se vendent toutefois très bien sur les sites spécialisés. Les peintures créées pour l'église de La Rue-Saint-Pierre, près de Beauvais, dans l'Oise, et conservées dit-on au couvent de la Visitation, ne font l'objet d'aucune documentation nulle part. Existent-elles encore ?

saint_lucien.jpg

Vue de l'église Saint Lucien, à La rue-Saint-Pierre, Oise.

-----

1. Cf. Section du Louvre. In Procès-verbal de l'Assemblée nationale, sept!ème livraison, tome 22, chez Baudoin, Imprimeur de l'Assemblée nationale, s. d., pp. 52-53.

2. Minutes de Me Claude François Raincé. Archives nat. RE/CXII/15/B.

3. Archives nat. Registre des tutelles. 16/04/1781 - 30/04/1781 | AN Y5080B.

4. 17 mai 1763. Baptême de Guillaume Cior. AD75. Paroisse Saint Eustache. Baptêmes, mariages, décès. Volume 34. Chevard-Claquenelle. Vue 178.

5. Charles Gabet (1793-1860), Dictionnaire des artistes de l'école française, au XIXe siècle : peinture, sculpture, architecture, gravure, dessin, lithographie et composition musicale, Paris, Chez Madame Vergne, 1831, p. 159.

6. Cf. Christine Belcikowski. À propos de Jean Jacques Guillaume Bauzil, peintre en miniature, d'origine ariégeoise.

7. D'après Robert Mesuret et Juliette Martin-Bouton. In De Bouton à Goya, cinq miniaturistes à la Cour de Madrid, p. 53. Musée Paul Dupuy. 1960.

8. Cf. Christine Belcikowski. Supplément à l'histoire du peintre miniaturiste Jean Jacques Guillaume Bauzil.

9. Zell est une ville de l'arrondissement de Cochem-Zell du Land de Rhénanie-Palatinat.

10. Jean-François Heim, Claire Béraud, Philippe Heim, Jean Tulard. Les salons de peinture de la Révolution française : 1789-1799, C.A.C. 1989, p. 135.

11. Salons 1675-1914. Musée d'Orsay. Notice 1. Notice 2.

12. Ibidem. Notice 1.

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun
Fil RSS des articles