Christine Belcikowski

Publications 4

L'image manquante

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Il est clair que derrière le rideau, comme on dit, qui recouvre le fond des choses il n’y a rien à voir, à moins que nous ne nous présentions nous-mêmes derrière lui, pour qu’il y ait quelque chose à voir. (1)

L’image manquante
c’est l’image qui flambe là-bas
sur les hauteurs du rêve
et dont tu te souviens seulement que tu l’as vue un jour,
il y a longtemps,
mais ta pensée ne la voit pas,
tes mots non plus ne la voient pas,
et tu photographies des ombres seulement,
des riens
— les riens ne brûlent pas —
tu en tires des images pauvres,
des images de hasard,
qui sont sans feu ni lieu ;
mais n'est-ce pas là le sort de toute image
en ce monde
que de rester manquante,
d'être sans feu ni lieu ?

À lire aussi :
1. Christine Belcikowski. Quand la photographie tend vers l’art pauvre – Du je ne sais quoi de la chose au presque rien du geste photographique – 1. Finestra, freccia, fessura – Ut pictura, photographia ?.

2. Christine Belcikowski. La corne d'or

La corne d'or et la felouque
abandonnaient la rive d’abondance
et la vie lente,
dérivant
à la merci des Avaleurs,
des Boutefeux, des Malotrus,
ex-turlupins saisis un jour par la manie dératisante.

La corne d'or et la felouque
lentement
coulaient dans la profondeur ubiquiste,
poissons pâles,
urnes post-atlantide,
coulaient dans la profondeur électrique
des livings,
cuisines, chambres, oubliettes,
où vivent les Croyants de quadrangulation.

Passée la Porte du Sublime,
les icônes dédorées perdent le secret de la Gloire.
Chromos sur le mur
jaunissent
comme coings.

-----

1. Hegel. Phénoménologie de l'esprit, III, § 100.

Cadran

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Cadran,
série de fentes qui rayonnent dans le tronc des vieux arbres
à partir du centre,
dixit l’Encyclopédie,
cadran,
série de fentes qu’on voit seulement dans le tronc des vieux arbres
après qu’on les a coupés,
cadran,
nocturnal des arbres qui meurent,
cadran,
horloge de la profondeur du temps,
cadran,
dont les fentes sont les aiguilles,
cadran,
dont les aiguilles désignent les quatre fantastiques,
le ciel, la terre,
les dieux, les mortels,
cadran,
figure de l’attente tendue
du vif, qui vient à passer
sans qu’on en connaisse ni le jour ni l’heure ;
d’où vient qu’aujourd’hui me remène
ce mot de François de La Nouë ?
Le meilleur moyen pour passer seurement sans dommage,
c'est de porter avec soy le quadran, qui est la prudence,
& la carte, qui sont les beaux préceptes qui descouvrent le vray & le faux.
 (1)
C’était en 1587, au temps des Guerres de Religion.

-----

François de La Noue. Discours politiques et militaires. Nouvellement recueillis …, p. 503. À Basle. De l'imprimerie de François Forest. 1587.

L'automne, en ses repeints

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Chanci, l’été fait ventre
dans son cadre disjoint.
L’automne, en ses repeints,
inflige à la nudité du grand ciel
l’outrage d’un manteau de nuées.
Dieu, que le paysage est sombre
et que ces repeints sont vilains !
Noé, nu dans l’ivresse,
couve sous le manteau le rougeoiement discret de l’image manquante.
Le vent mauvais plaque ici sur nos yeux
des mains de feuilles mortes.
Quand verrons-nous plus clair ?

Des cheveux blancs de gorgones

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Sous le lampadaire, avant l’aube, les arbres ont des cheveux blancs de gorgones,
— on dirait de ces coraux blancs, signe des temps,
que j’ai vus au Vietnam, dans la baie de Nha Trang —,
des cheveux de fantômes,
ou encore de ces cheveux d’ange qu’on voyait sur les arbres de Noël de l'enfance,
et qui me font souvenir des vermicelles du potage,
quand nous dînions le soir sous la lampe.
Parmi ces chevelures, ressurgies de quels limbes ambigus ?
une toison noire, dense,
celle d'un pin refermé sur sa propre ténèbre
et qui penche,
insoucieux de l'éclat dont se parent,
au bois lacté,
un pylône, le clocher, une étoile,
patients précurseurs d'un jour neuf, près de poindre.

Choses vues de ma fenêtre. 18 septembre 2020. 6h AM. Mirepoix

fenetre_170920.jpg

Fil RSS des articles de cette catégorie