Christine Belcikowski

Publications 4

Jaufre Rudel. Amor de lonh

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

jaufre_rudel.jpg

BnF. Fonds français 854. Fol. 121v.

Il ne reste plus que six cansos, dont « Lanquan li jorn », de Jaufre Rudel, né entre 1110 et 1130 à Blaye, seigneur de Blaye, membre de la deuxième croisade (v. 1147-1149), mort vers 1170. La légende veut plutôt qu'il soit mort en 1148 dans les bras d'Hodierne de Tripoli, son amor de lonh.

Je tente ici une traduction au plus près du texte original de « Lanquan li jorn ». D'abord, l'original (attention ! le mot « amor » est féminin dans l'occitan médiéval) ; ensuite, la traduction. Ce poème a inspiré des textes contemporains.

-----

Lanquan li jorn son lonc en may
M’es belhs dous chans d’auzelhs de lonh,
E quan mi suy partitz de lay
Remembra·m d’un’amor de lonh :
Vau de talan embroncx e clis
Si que chans ni flors d’albespis
No·m platz plus que l’yverns gelatz.

Be tenc lo Senhor per veray
Per qu’ieu veirai l’amor de lonh ;
Mas per un ben que m’en eschay
N’ai dos mals, quar tan m’es de lonh.
Ai ! car me fos lai pelegrins,
Si que mos fustz e mos tapis
Fos pels sieus belhs huelhs remiratz !

Be·m parra joys quan li querray,
Per amor Dieu, l’alberc de lonh :
E, s’a lieys platz, alberguarai
Pres de lieys, si be·m suy de lonh :
Adoncs parra·l parlamens fis
Quan drutz lonhdas er tan vezis
Qu’ab bels digz jauzira solatz.

Iratz e gauzens m’en partray,
S’ieu ja la vey, l’amor de lonh :
Mas non sai quoras la veyrai,
Car trop son nostras terras lonh :
Assatz hi a pas e camis,
E per aisso no·n suy devis...
Mas tot sia cum a Dieu platz!

Ja mais d’amor no·m jauziray
Si no·m jau d’est’amor de lonh,
Que gensor ni melhor no·n sai
Ves nulha part, ni pres ni lonh ;
Tant es sos pretz verais e fis
Que lay el reng dels Sarrazis
Fos hieu per lieys chaitius clamatz !

Dieus que fetz tot quant ve ni vai
E formet sest’amor de lonh
Mi don poder, que cor ieu n’ai,
Qu’ieu veya sest’amor de lonh,
Verayamen, en tals aizis,
Si que la cambra e·l jardis
Mi resembles tos temps palatz !

Ver ditz qui m’apella lechay
Ni deziron d’amor de lonh,
Car nulhs autres joys tan no·m play
Cum jauzimens d’amor de lonh.
Mas so qu’ieu vuelh m’es atahis,
Qu’enaissi·m fadet mos pairis
Qu’ieu ames e nos fos amatz.

Mas so q’ieu vuoill m’es atahis.
Totz sia mauditz lo pairis
Qe·m fadet q’ieu non fos amatz !

-----

Quand les jours sont longs en mai
Me plaît le doux chant des oiseaux de loin
Et quand moi suis parti de là
Me souviens d’une amour de loin :
Vais de désir saisi et cloué
Si bien que ni chants ni fleurs d’aubépine
Ne me plaisent plus que les hivers gelés.

Bien tiens le Seigneur pour vrai
Par qui je verrai l’amour de loin ;
Mais pour un bien qui m’en échoit,
En ai deux maux, car tant elle m’est loin.
Ah ! me faire là-bas pèlerin,
Afin que mon bâton et ma cape
Soient par ses beaux yeux remarqués !

Bien me viendra joie quand lui querrai,
Pour l’amour de Dieu, l’auberge de loin :
Et s’il plaît à elle, logerai
Près d’elle, même si je suis de loin ;
Alors viendront les entretiens vrais
Quand l’amant lointain sera si voisin
Que de tels beaux dits tiendra joie !

Triste et joyeux m’en irai
Si je la vois jamais, l’amour de loin ;
Mais ne sais quand la verrai,
Car trop sont nos terres lointaines :
Beaucoup y a de voies et chemins,
Et, pour ce, ne suis pas devin...
Mais tout sera comme à Dieu plaît !

Jamais d’amour ne jouirai
Si ne jouis de cette amour de loin,
Car plus gente ni meilleure ne sais
Vue nulle part, ni près ni loin ;
Tant est son prix vrai et certain
Que, là-bas, en royaume des Sarrasins
Y voudrais, pour elle, me clamer captif.

Dieu qui fit tout ce qui vient et va
Et forma cette amour de loin,
Me donne pouvoir – car cœur je n’ai –
Que je voie cette amour de loin,
Véritablement, en tels lieux,
Que la chambre et le jardin
Me semblent en tous temps palais !

Vrai dit qui m’appelle friand
Et désireux d’amour de loin,
Car nulle autre joie autant ne me plaît
Que la jouissance d’amour de loin.
Mais ce que je veux m’est interdit,
Car ainsi m’a destiné mon parrain,
Que j’aime et non que sois aimé.

Mais ce que je veux m’est interdit.
Tout soit maudit le parrain
Qui m’a fait destin que je ne sois pas aimé !

Classé dans : Poésie Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la cinquième lettre du mot yzfvaf ?

Fil RSS des commentaires de cet article