Christine Belcikowski

Publications 4

Chose vue dans l'église Saint Vincent d'Ax-les-Thermes

Rédigé par Belcikowski Christine 2 commentaires

L'autre jour, dans l'église Saint Vincent d'Ax-les-Thermes, j'ai eu envie de photographier ces deux petits autels au sujet desquels on ne trouve aucune documentation. Ils se trouvent dressés de part eu d'autre du chœur.

ax_autel1.jpg

Matthieu, 26, 26 : Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps.
Marc 14, 22 : Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Prenez, ceci est mon corps.
Luc 22, 19 : Ensuite il prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, qui est donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi.
Luc 24, 30 : Pendant qu'il était à table avec eux, il prit le pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna.

ax_autel2.jpg

Première lettre de Saint Paul apôtre aux Corinthiens : Le Christ est ressuscité d’entre les morts, lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis.
Sixième lettre de Saint Paul apôtre aux Romains : Si, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts. Car, si nous avons été unis à lui par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection qui ressemblera à la sienne.
Troisième lettre de Saint Paul apôtre aux Colossiens : Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire.

ax_utrillo.jpg

Ci-dessus : l'église Saint Vincent d'Ax-les-Thermes vue par Maurice Utrillo (Paris, 1883 — 1955, Dax).

Classé dans : Art Mots clés : aucun

2 commentaires

#1  - Jacques Gironce a dit :

Quand la Parole de Dieu convaincra-t-elle les imbéciles ?

Répondre
#2  - roques a dit :

bonjour, Christine : voici une petite réponse à votre questionnement:

LES VITRAUX : L’ensemble des vitraux modernes, dont la rosace, ont été réalisés entre 1974 par Jean-Claude Izard, maitre-verrier à Sorèze (81-Tarn) ; sauf les vitraux des 4 chapelles qui sont l’œuvre de Dom Ephrem Socard (†1985) maître-verrier à l'abbaye En-Calcat à Dourgne (81-Tarn).
Tout cela sous la direction du père Odilon Hitier, architecte-moine bénédictin qui dirigea les grands travaux
de restauration de l’église pendant les années 1970 à 1976.

Ces vitraux sont en dalles de verre teintées dans la masse. Alors que le vitrail traditionnel au plomb utilise des pièces de verre découpées dans des plaques de quelques millimètres d’épaisseur, le vitrail en dalle de verre est constitué par l’assemblage au ciment armé de morceaux de verre de deux à trois centimètres d’épaisseur .

L’artiste réalise grandeur nature une maquette du futur vitrail. Puis le verre posé sur le tranchet est taillé avec la marteline, sorte de marteau à deux tranchants. Des éclats sont pratiqués avec un sorte de marteau différent pour faire varier l’intensité des couleurs.
Les dalles de verre, disposées selon le dessin sont encloses d’une première coulée de mortier liquide jusqu’à mi-hauteur. Ensuite l’artiste dépose une résille de fer entre toutes les composantes du panneau et complète par du mortier suivi d’un brossage.

Si on examine l’ensemble des vitraux, nous remarquons, que, majoritairement, les couleurs froides symbolisant la nuit se situent au bas des baies ou au nord, et laissent la place en s’élevant aux couleurs chaudes qui représentent le jour et la lumière.
Dans l’église Saint-Vincent, il en est de même, car en partant du chevet dans lequel les vitraux sombres rappellent le crépuscule du soir, nous gagnons la sortie vers l’oculus coloré lumineux qui représente l’espérance et la vie nouvelle.

En plus de sa participation à la réalisation des vitraux J.C. Izard, qui a une formation de sculpteur, réalise en 1970, le magnifique petit autel à gauche du chœur et aussi l’ambon à droite du chœur en pierre calcaire de la carrière de Mauriac (Villefranche de Rouergue,12-Aveyron) et façonne les deux pieds des bénitiers en 1976 ainsi que le tabernacle en bronze.
Sur le petit autel, l’artiste a représenté l’épisode du repas avec les pèlerins d’Emmaüs, (...Il prit le pain, le rompit...Lc 24, 13-31) ; tandis que la Résurrection est gravée sur l’ambon : le Christ s’élève entouré des soldats endormis et de Marie de Magdala qui arrive. (Mt 28, 1-15)
bonne réception

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot rzvxo ?

Fil RSS des commentaires de cet article