Christine Belcikowski

Publications 4

Chose vue dans l'église Saint Vincent d'Ax-les-Thermes

Rédigé par Belcikowski Christine 1 commentaire

L'autre jour, dans l'église Saint Vincent d'Ax-les-Thermes, j'ai eu envie de photographier ces deux petits autels au sujet desquels on ne trouve aucune documentation. Ils se trouvent dressés de part eu d'autre du chœur.

ax_autel1.jpg

Matthieu, 26, 26 : Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps.
Marc 14, 22 : Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Prenez, ceci est mon corps.
Luc 22, 19 : Ensuite il prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, qui est donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi.
Luc 24, 30 : Pendant qu'il était à table avec eux, il prit le pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna.

ax_autel2.jpg

Première lettre de Saint Paul apôtre aux Corinthiens : Le Christ est ressuscité d’entre les morts, lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis.
Sixième lettre de Saint Paul apôtre aux Romains : Si, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts. Car, si nous avons été unis à lui par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection qui ressemblera à la sienne.
Troisième lettre de Saint Paul apôtre aux Colossiens : Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire.

ax_utrillo.jpg

Ci-dessus : l'église Saint Vincent d'Ax-les-Thermes vue par Maurice Utrillo (Paris, 1883 — 1955, Dax).

Classé dans : Art Mots clés : aucun

Quelques vues prises à l'ancienne abbaye de Villelongue (Aude)

Rédigé par Belcikowski Christine 5 commentaires

De l'ancienne abbaye cistercienne Sainte Marie de Villelongue, édifiée à la fin du XIIe siècle sur le territoire qui est aujourd'hui celui de la commune de Saint-Martin-le-Vieil, dans l'Aude, il reste aujourd'hui des ruines superbes. Ce sont celles des murs d'enceinte, de la salle capitulaire, du cloître, et de église abbatiale. Au dépouillement de l'architecture initiale, voulu par la règle de Saint Benoît, se sont ajoutés au XIIIe et au XIVe siècle, témoins d'une intention plus décorative, croisées d'ogive, rosace, grandes fenêtres gothiques, chapiteaux aux culots ornés de figures végétales, animales ou humaines.

Vendue pendant la Révolution au titre des biens nationaux, l'ancienne abbaye de Villelongue est aujourd'hui un bien privé. Une partie du site se visite, ainsi que le très beau jardin. Un havre de paix.

Lire la suite de Quelques vues prises à l'ancienne abbaye de Villelongue (Aude)

À propos de Jean Jacques Guillaume Bauzil, peintre en miniature, d'origine ariégeoise

Rédigé par Belcikowski Christine 2 commentaires

Fondée en 1726 dans le capitoulat de Toulouse par le peintre Antoine Rivalz, installée dans le logis de l'Écu, la première école gratuite de dessin du royaume de France devient en 1746 Société des Beaux-arts, puis le 13 janvier 1751, par lettres patentes royales, Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse.

toulouse_theatre.jpg

Ci-dessus : affiche du Théâtre de Toulouse en 1786. Collection de M. Paul Dupuy. Labouche éditeur.

toulouse_petit_versailles.jpg

Ci-dessus : vue du nº 30 de la rue d'Alsace-Lorraine.

En 1769, l'Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse déménage dans la maison dite du Petit-Versailles, du nom du théâtre que celle-ci hébergeait auparavant et dont elle accueillera encore quelques représentations avant 1789. Ladite maison s'élevait à l'angle de la rue Villeneuve et de la rue de la Porte-Nove. Son emplacement d'alors correspond aujourd'hui au nº 30 de la rue d'Alsace-Lorraine.

C'est là que, parmi d'autres professeurs, Gaubert Labeyrie, né le 27 décembre 1715 à Toulouse, mort le 25 janvier 1792 à Toulouse, « Peintre Professeur du Dessein », puis « Peintre à l'huile », établi rue du Taur, nommé peintre de la ville de Toulouse en 1735, a dispensé ses cours jusqu'à sa mort. Au nombre de ses élèves figure dans les années 1780 un certain Jean Jacques Guillaume Bauzil, qui signe en 1785 « Bauzil de Mirepoix ».

Lire la suite de À propos de Jean Jacques Guillaume Bauzil, peintre en miniature, d'origine ariégeoise

Fil RSS des articles de cette catégorie