Christine Belcikowski

Publications 4

Tentative de reconstitution de la généalogie de la Dame de Plaigne

Rédigé par Belcikowski Christine 1 commentaire

Le 24 mars 1683, la faillite de la maison de Plaigne se trouve consommée. Dame Anne de Plaigne, veuve de Messire Guy du Faur, comte de Pibrac, et Messire Michel du Faur, comte de Pibrac, son fils, vendent à messire Pierre Hippolyte de Béon, seigneur marquis de Cazaux, la terre et la seigneurie de Plaigne, en toute justice, haute, moyenne et basse, et autres droits honorifiques, biens nobles et ruraux, directes ; les métairies de Born et de Caudemique et dépendances d'icelle,jardin, moulin, pigeonnier, vignes, prés, bois terres cultes et incultes ; les fiefs de la Devèze, de Blazens et de Fontaines, ainsi que les terres de la métairie de Bonhaure, et cinquante sétérées de terre situées dans le consulat du Py. Le seigneur marquis de Cazaux se charge de dédommager les créanciers qui n'ont cessé de poursuivre Anne de Plaigne depuis 1642, année de son mariage avec Guy du Faur de Pibrac, et plus encore depuis 1648, date approximative de la mort de François de Plaigne, son frère. Cf. Christine Belcikowski. À propos de la famille et de la seigneurie de Plaigne.

À force de parler de la faillite de la maison de Plaigne et de la triste destinée de la dame de Plaigne, on oublie de s'intéresser à l'ascendance maternelle d'Anne et de François de Plaigne, derniers représentants de ladite maison. Qui était leur mère ? Avec qui la maison de Plaigne avait-elle fait alliance une génération plus tôt ?

François et Anne de Plaigne étaient fils et fille de François de Plaigne et de Marie de Ferroul. Mais de quelle branche de la maison de Ferroul Marie de Ferroul descendait-elle ?

On connaît à la maison de Ferroul trois branches, celle de Fouzilhon, dans l'Hérault, celle de Mongaillard, dans l'Aude, et celle de Celles, ou Seilhes, dans l'Ariège.

Branche de Fouzilhon

Catherine de Ferroul, fille de Jean, écuyer, capitaine au régiment du Languedoc, seigneur d'Ajac (Aude), de Fouzilhon et de Laurens (Hérault), et d'Anne de Gep de Fos, fille de Raymond de Gep de Fos, seigneur de Fos et Sauvian (Hérault), et d'Anne de Rouch d'Arnoye (Hérault), épouse le 5 décembre 1640 Salomon de Lévis Léran, seigneur de Limbrassac (Aude), qui devient ainsi seigneur d'Ajac. Cf. Christine Belcikowski. À propos de François de Lévis Ajac.

Branche de Montgaillard

Jacques de Ferroul, chevalier, fils de Bertrand de Ferroul et de Marguerite de Mirepoix, épouse le 29 novembre 1566 Marguerite de Thurin, dame de Montgaillard, qui lui apporte en dot la terre de Montgaillard (Aude). Pierre Paul de Ferroul, fils du précédent, chevalier, seigneur de Montgaillard et de Saint-Sernin, épouse en 1628 Marguerite de Gep de Ginestet, fille d'Antoine de Gep de Ginestet, co-seigneur de Sauvian et de Ginestet, seigneur de Lirou, premier viguier de Béziers, commandant les gens d'armes du duc de Montmorency en 1586, et de Claire de Saussan (Hérault).

Branche de Celles

celles_chateau.jpg

Ci-dessus : vue du château de Celles. Cf. Histariège. Celles. « Le château de Celles abrite des caves millénaires (un sondage les estime IXe siècle) et des plafonds peints du XVIIème siècle. Une forge à la catalane se trouvait dans l’enceinte du château ; des vestiges existent toujours. »

Circa 1594, Blaise de Ferroul, seigneur de Celles, fils d'Odet de Ferroul, seigneur de Celles, et d'Anne de Lordat de Castagnac, épouse Gabrielle de Tersac de Montbéraud de Fontaines, fille de François de Tersac de Montberaud de Fontaines, seigneur de Montberaud et de Palaminy, et de Catherine de Lambes. Marie de Ferroul, épouse de François de Plaigne, est le fruit de cette union.

tersac_montberaud.jpg

Ci-dessus : généalogie simplifiée de la lignée Tersac de Montbéraud de Fontaines.

Gabrielle de Tersac de Montbéraud de Fontaines est veuve de Michel Pierre d'Hautpoul La Motte Blanc de Salettes, qu'elle a épousé en premières noces le 25 octobre 1583 et dont elle n'a pas eu d'enfant. Elle doit le Fontaines de son nom au mariage de Gabrielle de Tersac de Montberaud, sa grand-tante, avec Hugues de Fontaines.

Le 10 août 1623, Blaise de Ferroul épouse en secondes noces Catherine du Pac, fille de Pierre du Pac, seigneur de Bellegarde (Aude), capitaine au régiment de Chalabre infanterie, et de Cécile d'Encausse. Cette union reste sans descendance. Le 16 mai 1632 Catherine du Pac épouse en secondes noces Louis du Pac, seigneur d'Esperce (Haute-Garonne) et de Mazerolles (Aude), fils de Jean François du Pac, seigneur de Badens et de Madeleine de Ferroul, sœur de Blaise de Ferroul. Le couple a par la suite sept enfants, dont Blaise du Pac, seigneur d'Esperce, qui épouse le 18 octobre 1679 Marie de Voisins, et Gabriel du Pac, seigneur d'Esperce, qui épouse en 1670 Angélique de Labat.

Blaise de Ferroul, seigneur baron de Celles, est fils d'Odet de Ferroul, seigneur de Celles, et d'Anne de Lordat de Castagnac.

lordat_genealogie.jpg

Ci-dessus : généalogie simplifiée de la lignée de Lordat de Castagnac.

Née après 1513, Anne de Lordat de Castagnac, mère de Blaise de Ferroul, est fille de Gaillard de Lordat, seigneur d'Unzent et de Castagnac, et de Françoise d'Espagne, fille elle-même de Jean d'Espagne, seigneur de Durfort, et de Gabrielle de Villemur.

L'examen du tableau généalogique ci-dessus montre qu'Anne de Lordat est l'arrière-grand-mère d'Anne de Plaigne, l'arrière-arrière cousine de Marie de Lordat, d'où par alliance l'arrière-arrière cousine de Paul de Baraigne, dont elle a fait son héritier ; d'où encore l'emprunt de 6315 livres qu'Anne de Plaigne se risque à négocier en 1676 auprès de Louis de Baraigne, fils de Paul de Baraigne, mort en 1634.

Odet de Ferroul, époux d'Anne de Lordat, se débat sans doute déjà dans des problèmes d'administration et de financement de sa baronnie.

Il exerce, non sans difficulté, car « ne trouvant plus de bois pour faire le charbon », l'activité de maître de forge.

On lit dans un Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Pau daté de 1872 que « Noble Blaise de Ferroul, seigneur et baron de Celles en Foix, ayant autrefois par le moyen de ses prédécesseurs affiévé certaine forge et moulin du Roi, pour laquelle il lui faisait 15 quintaux fer de fief et censive, et ne trouvant plus de bois pour faire le charbon, il aurait abandonné ladite forge et aurait cessé lesdits fiefs aux receveurs de S. M., mais d'autant que cet abandonnement était toujours une source à grands procès entre ladite Majesté et ledit sieur de Celles, il se serait résolu d'y faire un martinet à faire des clous, en telle sorte que ne pouvant néanmoins, par la diminution du revenu, donner un fief si grand que le précédent, S. M. se serait contentée du fief annuel de 6 livres 10 sous, par sa déclaration du mois de novembre 1579, enregistrée à la Chambre avec tous les actes précédents et postérieurs au 3 juillet 1600 » (1). Et le 12 mars 1580,le même bulletin, daté cette fois de 1907, relève « l'affievement d'une mouline a faire clous, scituée a Montgaillard, en Foix, en faveur du sieur Ferroul, baron de Celles, moyenant 6 livres, 10 sols, de fief du 12 mars 1580 » (2).

Après avoir dénombré le 4 décembre 1551 la seigneurie de Conas (Hérault) qu'il tient d'Anne de Lordat de Castagnac, sa mère, il la vend le 25 janvier 1597 à Thomas d'Avanson pour la somme de 12.000 livres. (3)

Il se trouve également signalé dans diverses procédures. Le 11 mars 1566 par exemple, le tribunal condamne Jean et Antoine de Saint-Jean à délaisser le fief dit de Pechsalamou (Aude) au profit d'Odet de Ferroul. Le 14 décembre 1604, « un arrêt déboute Blaise de Ferroul de sa demande contre Odet de Ferroul (4), son frère, abbé de Saint Volusien de Foix, pour obtenir le paiement, chaque année, d'une pension de 1300 livres accordée par le feu roi » (5).

Vu qu'on ne sait rien des ascendants d'Odet de Ferroul, sinon leurs noms — Antoine de Ferroul, seigneur de Mouthoumet (Aude), père d'Odet de Ferroul, et Odet de Ferroul, père d'Antoine de Ferroul —, on se bornera à les signaler sur l'arbre généalogique ci-dessous.

ferroul_genealogie1.jpg

Ci-dessous : généalogie simplifiée de la lignée de Ferroul de Celles.

Et voici, pour finir, un tableau d'ensemble de la parentèle que la famille de Ferroul de Celles doit en la personne d'Anne de Plaigne, arrière-petite-fille d'Anne de Lordat de Castagnac, à son alliance avec la famille de cette dernière. On y trouve les ascendants de nombre des créanciers nobles qui précipiteront la chute de la maison de Plaigne.

lordat_ferroul_genealogie.jpg

-----

1. Extraits des registres de la Chambre des Comptes de Pau. In Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Pau, p. 139. (SER2,T2)-1873.

2. Extraits des Registres du Conseil souverain de Pau, du Parlement de Navarre et de la Chambre des Comptes de Pau. In Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Pau, p. 82. (SER2,T35). 1907.

3. Fonds Thésan aux archives du château de Léran, Ariège : documents concernant diverses localités du département de l'Hérault / inventoriés ou publiés par F. Pasquier et S. Olive. Liasse 85 n° 2. Lauriol Imprimeur. Montpellier. 1913-1914.

4. Jamais signalé par les généalogistes, cet autre Odet de Ferroul, abbé de Saint Volusien, demeure à sa façon une sorte d'inconnu.

5. François Dumont, Solange Bertheau, Élisabeth Kustner. Inventaire des arrêts du Conseil privé: règnes de Henri III, p. 503. Éditions du CNRS. Paris. 1973.

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

1 commentaire

#1  - michel Mallabiau a dit :

Bonsoir,
faisant des recherches sur ma famille, j'aimerais savoir si vous avez plus d'information sur le couple De Ferrouil Jacques X Marguerite de Thurin le 29/11/1566 car vu les infos que vous mentionnez elle doit être la fille de de Thurin François avec de Tornus Catherine.
par avance merci
cordialement

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot csdw ?

Fil RSS des commentaires de cet article