Christine Belcikowski

Publications 4

Dans la maison des Consuls, deux belles vues de Mirepoix, alias Ravenne d'Oc

Rédigé par Belcikowski Christine 3 commentaires

preteceille1.jpg

Ci-dessus : depuis la belle route bordée de platanes, vue de la cathédrale de Mirepoix, alias Ravenne d'Oc.

preteceille2.jpg

Ci-dessus : depuis la rive gauche de l'Hers, vue du grand pont de pierre construit sur l'Hers durant les dernières années de l'Ancien Régime, et vue de l'ancien château de Mirepoix, dit depuis le XVIIe siècle « château de Terride ».

Commandées par Bernard Garcia, propriétaire de l'hôtel des Consuls, et signées Chloé Préteceille, les deux vues reproduites ci-dessus ont été créées en mars-avril 2020, l'une d'après une vieille carte postale, l'autre d'après une gravure datant des années 1800. Elles ornent désormais le salon de l'hôtel des Consuls.

Alors que je photographiais ces deux vues, séduite par leur lumière d'or,je me suis souvenue d'une phrase du Seigneur inconnu, beau roman d'Antoine de Lévis Mirepoix (1884-1981), publié en 1922. « Le puissant soleil d’Oc poudrait l’air bleuté de son or impalpable », dit Antoine de Lévis, à propos de Ravenne d'Oc, la petite ville dans laquelle se déroule l'action du Seigneur inconnu et dans laquelle on reconnaît son cher Mirepoix, ce Mirepoix qui est aussi le nôtre, que nous aimons, et dont le puissant soleil d'Oc continue de poudrer l'air bleuté de son or impalpable. Cf. Antoine de Lévis Mirepoix (1884-1981) – Le Seigneur inconnu – Première partie ; Antoine de Lévis Mirepoix (1884-1981) – Le Seigneur inconnu – Deuxième partie.

preteceille3.jpg

« Cette Terre sur laquelle Nous sommes / et le Ciel sous lequel Nous sommes ». Inscription apposée au bas de la vue du pont et du château de Mirepoix.

Classé dans : Art Mots clés : aucun

3 commentaires

#1  - Jacques Gironce a dit :

Je me souviens de la majestueuse allée de platane qui conduisait joliment à la porte d'Avail. Aujourd'hui, il n'en reste rien. Les décideurs d'alors ont manqué gravement à l'esthétique et au bon sens, donnant sans doute la priorité à l'automobile. Il en fut de même pour l'hôpital, alias Éhpad, que l'on a vandalisé en construisant devant lui la verrue de Mirepoix, et la subtilisation de sa magnifique balustrade du 18ème siècle. Non, Mirepoix ne se valorise pas ! Encore là, le résultat d'un manque chronique de culture artistique et de bon goût des décideurs.

Répondre
#2  - Belcikowski Christine a dit :

Bien d'accord avec vous, Jacques. J'ai connu Mirepoix, moi aussi, dans les années profondes. Et, à propos des majestueuses allées de platanes, Bernard Garcia a fait hier soir la même observation que vous. Il paraît que les platanes se jettent sur les automobilistes. N'est-ce pas plutôt l'inverse ?

Répondre
#3  - Traiteur Paris a dit :

Ravi d'être sur votre blog pour voir ces 2 magnifiques représentations, merci à vous pour ce partage.
Une bonne soirée à vous.
Lio

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot vxdz ?

Fil RSS des commentaires de cet article