Christine Belcikowski

Publications 4

Arvigna au XVIIIe siècle. Liste des propriétaires au hameau de Languit

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

arvigna_languit4.jpg

Ci-dessus : à Arvigna, le hameau (1) de Languit sur la carte de l'état-major datée de 1820-1866. Le cercle tracé sur la carte signale les maisons de la famille Barrière et celle des Hers de Jean Roubichou, ancien baillif.

Le compoix d'Arvigna au XVIIe siècle comptait au mazage de Languit huit propriétaires : Jean Roubichou, baillif ; Maître Pierre Barrière, notaire royal ; Jean et Pierre Barrière, frères ; Pierre Mirouze ; Guilhaume Mirouze ; Hers de Guilhaume Mirouze ; Arnaud Mirouze ; Guilhalme Mirouze, femme de Gailhaud Cabanié.

Le compoix du même Arvigna au XVIIIe siècle ne compte plus au hameau de Languit que six propriétaires : Antoine Barrière, marchand ; Hers de Maître Ambroise Barrière, notaire ; François Barrière, bourgeois ; Hers de Jean Roubichou, ancien baillif ; Mathieu Mirouze, premier consul ; Jammes Mirouze Monine. La propriété s'est donc concentrée. Elle demeure en tout cas l'apanage des descendants des familles déjà implantées à Languit au XVIIe siècle. Point d'entrants nouveaux.

Languit, au XVIIe siècle, comprenait deux maisons en plancher st six en solier. Le même Languit, au XVIIIe siècle, comprend désormais neuf maisons en plancher. Le bâti s'est manifestement enrichi. L'altitude des toits s'est élevée. L'aspect du hameau s'en trouve modifié. Au moins visuellement, il a gagné en relief.

Petit lexique utile

  • mazage : hameau
  • auta : est
  • cers : ouest
  • midi : sud
  • aquilon : nord
  • solier, sotoul : rez-de-chaussée sans étage
  • plancher : étage
  • patu : cour découverte
  • ferratjat : champ de luzerne
  • pezeil ou pezein : pisé
  • canne² : 1,784 m²
  • Hers : héritiers
  • baillif : baille, bailli, maire.

Voici la liste des propriétaires à Languit, relevée dans le compoix d'Arvigna daté de 1754 2. Comme précédemment dans l'article intitulé Arvigna au XVIIe siècle. Liste des propriétaires au mazage de Languit, je n'ai conservé dans la liste ci-dessous que les mentions relatives au bâti et à ses entours immédiats.

1. Le Sieur Antoine Barrière, marchand (vue 10)

  • Maison en plancher, 70 cannes, et ferratjat.
    Confronts : d'auta, midi et cers, un passage pour les Hers de Maître Ambroise Barrière tant seulement ; d'aquilon lesdits Hers et un petit indivis, 4 cannes.
  • Maison en plancher, 78 cannes, et pezein, 22 cannes, jardin, aire.
    Confronts : d'auta et midi, le Sieur François Barrière, bourgeois ; cers, Hers de'Ambroise Barrière ; d'aquilon, un passage pour lesdits hers tant seulement.

2. Hers de Maître Ambroise Barrière, notaire (vue 15)

  • Maison en plancher, 40 cannes, cabanat, 5 cannes et demie, patu, 19 cannes, et ferratjat.
    Confronts : d'auta, en pointe, un passage ; midi, le Sieur Antoine Barrière, ledit passage et un petit indivis, 4 cannes, où sont les fours ; cers, ledit passage pour servir auxdits hers pour aller au sol, jardin et ferratjat, et ledit Sieur Antoine Barrière ; aquilon, le Sieur François Barrière, bourgeois.
  • Jardin et aire au même lieu.
    Confronts : d'auta, le Sieur Antoine Barrière ; midi, le Sieur François Barrière ; cers, les tenanciers (Hers de Maître Ambroise Barrière) ; aquilon, un passage pour lesdits Barrière.
  • Patu pour faire le fumier, 12 cannes.
    Confronts : d'auta, le Sieur François Barrière ; midi, le Sieur Antoine Barrière ; cers et aquilon, le passage pour lesdits tenanciers et ledit Sieur Antoine Barrière.

3. Le Sieur François Barrière, bourgeois (vue 19)

  • Maison en plancher, 50 cannes, avec sortie et ferratjat.
    Confronts : d'auta et aquilon, les rues ; midi, un passage et hers de Maître Ambroise Barrière, notaire ; cers, ledit passage pour lesdits hers de Maître Barrière et pour le Sieur Antoine Barrière.
  • Maison en plancher, 30 cannes et demie, sol et jardin.
    Confronts : d'auta, la rue ; midi, le Sieur tenancier (François Barrière) ; cers, le Sieur Antoine Barrière et Hers de Maître Ambroise Barrière, le passage pour ledit Antoine Barrière et Hers d'Ambroise Barrière ; aquilon, en pointe, ledit passage et la rue.

4. Hers de Jean Roubichou, ancien baillif (vue 22)

  • Maison haute, 33 cannes, et autre maison en plancher, 15 cannes, et autre maison en pezein, 21 cannes, avec sortie, sol, jardin et pré.
    Confronts : d'auta, hers de Jean Roubichou Micheu ; midi, Mathieu Mirouze et Hers de Pierre Mirouze ; cers, la rue ; aquilon, fossé ou ruisseau pour recevoir les eaux.

5. Mathieu Mirouze, premier consul (vue 25)

  • Maison en plancher, 31 cannes et demie, cabanat, 18 cannes et demie, sortie, aire, jardin et pré.
    Confronts : d'auta, Hers de Pierre Mirouze ; midi, Hers de Jean Roubichou, ancien baillif, un fossé mural entre deux et de moitié avec passage ; cers, Jammes Mirouze, et aire par indivis entre ledit Jammes, Hers de Pierre Mirouze et Hers de Jean Roubichou Micheu ; aquilon, lesdits Hers par indivis, lesdits Hers Roubichou Micheu, et Jean Rescanière Provençal.

6. Jammes Mirouze Monine (vue 26)

  • Maison en plancher, 13 cannes et demie, patu.
    Confronts : d'aouta, Mathieu Mirouze ; midi, un passage ; cers, Hers de Pierre Mirouze ; aquilon, indivis entre le tenancier (Jammes Mirouze) et lesdits Hers.

arvigna_languit5.jpg

Ci-dessus : vue du hameau de Languit sur la carte « napoléonienne » de 1846. Le cercle tracé sur la carte signale les maisons de la famille Barrière et celle des Hers de Jean Roubichou, ancien baillif.

arvigna_languit6.jpg

Ci-dessus : vue du hameau de Languit sur la carte IGN.

À suivre. L'enquête continue au XVIIIe siècle avec une tentative de généalogie de la famille Barrière...

-----

À partir du XVIIIe siècle, l'usage du mot hameau supplante celui de l'ancien mot « mazage ».

2. Archives dép. de l'Ariège. Nouveau compoix. Document 179EDT/CC1. Arvigna (1754).

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Arvigna au XVIIe siècle. Liste des propriétaires au mazage de Languit

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

arvigna_languit.jpg

Ci-dessus : Arvigna sur la carte de Cassini. Fin du XVIIIe siècle.

Le hameau de Languit, partie du village d'Arvigna, dans la vallée du Douctouyre, comprend une grande et belle maison, précédée d'une allée, flanquée d'une échauguette dans sa partie haute, assortie d'un parc arboré sur sa façade arrière. À qui cette maison a-t-elle bien pu appartenir dans le passé ? C'est afin de tenter de répondre à une telle question que j'ai consulté le compoix d'Arvigna au XVIIe siècle, et le compoix du même Arvigna au XVIIIe siècle.

Voici aujourd'hui la liste des propriétaires enregistrés sur le compoix du XVIIe siècle. Attention, je n'ai conservé dans la liste ci-dessous que les mentions relatives au bâti et à ses entours immédiats.

Petit lexique utile

  • mazage : hameau
  • auta : est
  • cers : ouest
  • midi : sud
  • aquilon : nord
  • solier, sotoul : rez-de-chaussée sans étage
  • plancher : étage
  • patu : cour découverte
  • ferratjat : champ de luzerne
  • pezeil ou pezein : pisé
  • canne² : 1,784 m²
  • Hers : héritiers
  • baillif : baille, bailli, maire.

1. Le Sieur Jean Roubichou, baillif (vue 28)

  • Maison en plancher, 49 cannes, pezeil (20 ca), cabanat, sol, aire, jardin, ferratjat.
    Confronts : d'auta, Guilhem Mirouze ; cers, ledit Guilhem Mirouze ; midi, la rue ; aquilon, Jean Roubichou Micheau et Jean Sirvent.

2. Maître Pierre Barrière, notaire royal (vue 35).

  • maison en solier, 72 cannes, sol, aire, jardin, et terre labourable.
    Confronts : d'auta, Paul Roubichou Minguet, Jean Roubichou, baillif ; autre Jean Roubichou Micheau, Hers Jeanne Mirouze et Arnaud Mirouze ; cers, la rue publique, Guilhalme Mirouze et Jean et Pierre Barrière, frères ; midi, Jean Roubichou Micheau, Jean Manant, Jean et Pierre Barrière, frères, Jean Roubichou, baillif, et Arnaud Mirouze ; aquilon, la rue publique et Pierre Cabanié, fils de Jean Gros [sic].

3. Jean et Pierre Barrière, frères (vue 41)

  • Maison en solier, 75 cannes, pezeil, patu, sol, aire, jardin, et terre labourable.
    Confronts : d'aouta, Maître Pierre Barrière ; cers, Arnaud Mirouze, et le Sieur Jean Roubichou, baillif ; midi, ledit Roubichou, baillif, et Jean Manant ; aquilon, Maître Pierre Barrière, notaire royal.

4. Pierre Mirouze (vue 46)

  • Maison en solier, 13 cannes, et patu.
    Confronts : d'auta, un égout, passage au milieu servant pour Guilhem Mirouze et autre Guilhem Mirouze ; cers, un sol qui est par indivis avec ledit Pierre Mirouze et Guilhem Mirouze ; midi, la rue ; aquilon, Guilhem Mirouze.

5. Guilhaume Mirouze (vue 49)

  • Maison en plancher, 12 cannes, et patu, 13 cannes.
    Confronts : d'auta, le Sieur Jean Roubichou, baillif, égout et passage au milieu d'eux ; cers, le sol qui est en indivis avec Pierre Mirouze, son frère ; midi, ledit Pierre Mirouze ; aquilon, hers Guilhem Mirouze Juné.

6. Hers de [autre] Guilhaume Mirouze Juné (vue 51)

  • Maison en solier, 38 cannes, et patu, 3 cannes.
    Confronts : d'auta, le Sieur Jean Roubichou et Guilhem Mirouze, égout et passage au milieu d'eux ; cers, le sol qui est par indivis avec Pierre et Guilhem Mirouze ; midi et aquilon, ledit Guilhem Mirouze.

7. Arnaud Mirouze (vue 55)

  • Maison en solier, 4 cannes, patu et jardin, joignant la maison de Maître Pierre Barrière, notaire royal.
    Confronts : d'auta, Jean et Pierre Barrière, frères ; cers, Maître Pierre Barrière, notaire royal ; midi, Jean Roubichou, baillif ; aquilon, ledit Barrière.

8. Guilhalme Mirouze, femme de Gailhaud Cabanié (vue 55)

  • Maison en solier, 4 cannes, et jardin.
    Confronts : d'auta et d'aquilon, Maître Pierre Barrière, notaire royal ; cers, la rue ; midi, Jean Roubichou, baillif.

Nota Bene

languit_masures_eglise.jpg

Ci-dessus : masures d'une église ; Archives dép. de l'Ariège. Compoix. Arvigna. Arpentement (XVIIe). Document 46J197. Labastide et Aiguilhanes… Arvigna. Vue 51.

A. Les Révérends Pères de la Trinité tiennent à proximité du mazage de Languit une terre labourable où se trouvent les masures, ou ruines d'une église. Celles-ci confrontent d'auta le ruisseau appelé d'En Biosque avec autre ruisseau appelé de Marty ; midi, la rue ; aquilon, la rivière du Douctouyre.
B. Répertorié dans la liste des propriétaires au manage de Languit, Jean Sans, prêtre, vicaire d'Arvigna (vue 53), n'y tient aucune propriété bâtie. Il possède seulement une vigne au hameau de Truffet et dispose également du jardin de l'Hobit [Obit] (vue 54), situé au hameau de Rougé. Le registre d'arpentement indique à cette occasion, de façon peu claire, que « M. le baille d'Arvigna est prié de l'informer [Maître Sans] de ce que la maison presbytérale [illisible] a été donnée à Marguerite Lafargue... » (vue 53). Où était donc cette maison presbytérale, mentionnée dans les pages du compoix consacrées au mazage de Languit ?

Conclusion à ce stade

Le mazage de Languit ne comprend au XVIIe siècle que deux maisons en plancher : 1. Maison en plancher du Sieur Jean Roubichou, baillif ; 2. Maison en plancher de Guilhaume Mirouze (vue 49).

Les trois plus grandes maisons du mazage sont celles de 1. Jean et Pierre Barrière (vue 41) : 75 cannes ; 2. Maître Pierre Barrière, notaire royal (vue 35) : 72 cannes ; du Sieur Jean Roubichou, baillif (vue 28) : 49 cannes.

arvigna_languit2.jpg

Ci-dessus : vue aérienne de Languit aujourd'hui.

La maison que l'on recherche ici, la grande et belle maison flanquée d'une échauguette sans sa partie haute, se trouve probablement parmi les trois ci-dessus, ou peut-être encore constitue-t-elle l'avatar d'une bâtisse plus ancienne dans laquelle deux ou trois des feux listés ci-dessus se sont établis ensuite de façon contiguë ou proche.

À suivre. L'enquête continue au XVIIIe siècle...

-----

1. Archives dép. de l'Ariège. Compoix. Arvigna. Arpentement (XVIIe). Document 46J197. Labastide et Aiguilhanes… Arvigna (à partir de la vue 26). Mazage de Languit : vues 28 à 56.

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Retiens la nuit...

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Rodomont et Bellita, frêles fantômes
surgis des films qui tournent en boucle
dans ma tête de bois,
Ils te diront qu’ils ne savent pas
pourquoi ils dansent
sur la piste de tes rêves,
de ceux qui te viennent avant le réveil,
dance floor de ma mélancolie,
ils ne savent pas pourquoi ils dansent,
sag warum,
et nous nous endormions sur l’épaule l’un de l’autre,
âge tendre,
la musique est si lente
que la nuit n'avait pas de fin,
tombe la voix du disk jockey,
un jour, tu verras,
tu verras, tu verras
...
Quoi ? les fins dernières ? L'heure bleue
ne meurt pas.

À propos du village d'Arvigna

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

arvigna_eglise2.jpg

Ci-dessus : l'église d'Arvigna, vue depuis le château, en mode « Mesochrome 160 ».

J'ai publié, au fil du temps, une petite suite d'articles dédiés au village d'Arvigna, dans la vallée du Douctouyre. Pour plus de commodité dans la consultation, voici la liste des liens correspondants :

Le château d’Arvigna

Dénombrement des biens et valeurs de Jean VI de Lévis à Arvigna en 1510

Enterraine – Une ancienne propriété de la maison de Lévis Mirepoix

À propos de Jean Coudol, chanoine du chapitre de Pamiers, prieur d’Arvigna, au temps de Monseigneur de Caulet

En Arvigna, le « planol du puits » et la « pointe » des Bordes en 1754

En 1794, vente de la métairie d’Enterraine, à Arvigna, au titre des biens nationaux

Pour une généalogie de Stanislas Belcikowski et de Marie Astrié
Dans cet article, un passage relatif à Laurent Astrié, qui a desservi la paroisse d’Arvigna pendant quarante-deux ans, et qui était le grand-oncle de Marie Astrié, mon arrière-grand-mère.

À propos de trois tableaux conservés à l'église d'Arvigna
Ces trois tableaux sont très intéressants. Ils mériteraient d’être restaurés.

 

arvigna_eglise3.jpg

Ci-dessus : l'église d'Arvigna, vue depuis le château, en mode « Yesteryear ».

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Que dit-il ? Que dit-elle ?

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

L’oiseau de janvier, là-haut
sur les arbres du cours,
que dit-il,
dans la pluie et le vent ?
Perce-neige aujourd’hui,
pervenches demain ?
Le ciel est noir ;
sa voix est bleue,
bleue comme les femmes sont blondes,
d’imagination,
qui défie le temps.

La montagne, là-haut,
par-dessus la forêt,
que dit-elle,
dans la neige et le vent ?
La vie doit être forte
ou ne pas être.
L'air qui descend de nos glaciers est cruel
comme la loi de Lacédémone :
il tue
ceux qui ne sont pas nés puissants.

Le ciel est noir ;
sa voix est rauque,
rauque comme la mort est gouffre,
n’oublie pas de t’en ramentevoir :
Tu le sçais bien, mais je le ramentoy(1)

Le Christ en gloire, là-haut
entouré des archanges et des saints,
que dit-Il
dans le silence et l'ombre ?
La parole tombe ici de l'image :
dans une main, le Livre ;
l'autre a trois doigts levés.
La voix est insonore,
insonore comme le regard est foudre.
— Que dit-Il ?
Car nous n'avons aucun pouvoir
contre la vérité.

La réponse est dans la question
que tu poses
à l'oiseau,
à la montagne,
au Christ :
— Qui suis-je
parmi l'oiseau,
la montagne
et le Christ ?

-----

1. Clément Marot. Chants divers, p. 250. in Œuvres de Clément Marot (1496-1544). Tome I. À La Haye. Chez Adrian Moetjens. 1700.

Fil RSS des articles