Christine Belcikowski

Publications 4

Tentative de reconstitution de la généalogie de la Dame de Plaigne

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Le 24 mars 1683, la faillite de la maison de Plaigne se trouve consommée. Dame Anne de Plaigne, veuve de Messire Guy du Faur, comte de Pibrac, et Messire Michel du Faur, comte de Pibrac, son fils, vendent à messire Pierre Hippolyte de Béon, seigneur marquis de Cazaux, la terre et la seigneurie de Plaigne, en toute justice, haute, moyenne et basse, et autres droits honorifiques, biens nobles et ruraux, directes ; les métairies de Born et de Caudemique et dépendances d'icelle,jardin, moulin, pigeonnier, vignes, prés, bois terres cultes et incultes ; les fiefs de la Devèze, de Blazens et de Fontaines, ainsi que les terres de la métairie de Bonhaure, et cinquante sétérées de terre situées dans le consulat du Py. Le seigneur marquis de Cazaux se charge de dédommager les créanciers qui n'ont cessé de poursuivre Anne de Plaigne depuis 1642, année de son mariage avec Guy du Faur de Pibrac, et plus encore depuis 1648, date approximative de la mort de François de Plaigne, son frère. Cf. Christine Belcikowski. À propos de la famille et de la seigneurie de Plaigne.

À force de parler de la faillite de la maison de Plaigne et de la triste destinée de la dame de Plaigne, on oublie de s'intéresser à l'ascendance maternelle d'Anne et de François de Plaigne, derniers représentants de ladite maison. Qui était leur mère ? Avec qui la maison de Plaigne avait-elle fait alliance une génération plus tôt ?

Lire la suite de Tentative de reconstitution de la généalogie de la Dame de Plaigne

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

À Portes / Manses. De la métairie de Roques au château de Roques

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Ci-dessous : extrait du plan 16 de Portes, daté de 1752 : « de Jean Pech Philippe et de Bel Air ».

manses_roques0.jpg

Portes. Compoix de 1752. Métairie, aire, jardin, terre, vigne, bois, breil, gravier et herm, de demoiselle Suzanne Falgos, veuve du sieur Jean Amouroux, de Roques. Le tout, d’une surface de 90 séterées (45 hectares environ).manses_roques1.jpg

manses_roques2.jpg

Achetée par le marquis de Portes à une date qu'on ignore, la métairie de Roques s'est trouvée baillée à ferme à partir de 1775 à divers titulaires successifs.

Le 3 septembre 1880, Paul François Thomas de Portes (1839-1880), cinquième marquis de Portes, meurt à l'âge de quarante-et-un ans. Le bail à ferme consenti pour la métairie de Roques expire dans le même temps. Hélène Gordon Hutton, veuve de Paul François Thomas de Portes, engage à partir de 1886 la démolition du château de Portes afin d'en tirer les matériaux nécessaires à l'édification d'un nouveau château sur le site qui avait été jusqu'alors celui de l'ancienne métairie de Roques. Pour en savoir plus sur les raisons d'une telle opération, cf. l'article d'Émile Kapfer : Petit historique du château de Roques, en Ariège.

Hélène Gordon Hutton meurt en 1892. François Henri de Portes, son second fils, termine par la suite les travaux.

roques_chateau_1900.jpg

Ci-dessus : vue du château de Roques, circa 1900.

En 1938, le château de Roques est vendu à Christian Vieljeux, fils de Léonce Vieljeux, armateur, maire de La Rochelle. Il se trouve ensuite entièrement transformé, passant alors du style « vallée de Chevreuse » qui plaisait à Hélène Gordon Hutton, au style « de la brique et des tuiles romanes », plus propre au paysage languedocien, dixit Christian Vieljeux.

roques_avion.jpg

Ci-dessus : vue du château de Roques, circa 1960.

Racheté en 2006 par Jean Michel Estèbe, le château de Roques, descendant de l'ancien château de Portes et de la plus ancienne encore métairie de la veuve Falgos, n'a rien perdu aujourd'hui de son style « brique et tuiles romanes », ni les jardins de leur éclat des années 1960, — malgré la pyrale !

roques_portail.jpg

roques_jardin.jpg

roques_nuit.jpg

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Lapenne au XVIIIe siècle

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Tiré du compoix de 1753, voici le « plan 8 du village de Lapenne depuis le ruisseau de Pontauriol et de la font jusqu'à celui de font Pagès ». Et voici sur ce plan le « fort ", le cœur du village, anciennement fortifié, avec son église et sa place, et, regardant sur cette place ou sur la rue du Presbytère, quelques maisons bien anciennes...

lapenne_plan8_1.jpg

lapenne_plan8_2.jpg

Ci-dessus : vue d'ensemble du plan 8.

Lire la suite de Lapenne au XVIIIe siècle

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

19 septembre 2019. Restauration des fresques de la chapelle de Sainte-Foy

Rédigé par Belcikowski Christine 2 commentaires

sainte_foy.jpg

Ci-dessus : au-dessus du village de Sainte-Foy, la chapelle romane.

La petite commune de Sainte-Foy abrite une chapelle datant du XIIe siècle. Le toit de cette chapelle, qui a résisté aux siècles, a permis à l"édifice de subsister jusqu'à nos jours. Dans les années 1950, le plâtre dont se trouvent enduits les murs et la voûte du chœur, tombe par parties, découvrant des restes de fresques. Trés altérés, ces restes semblent alors impossibles à sauver. Deux municipalités successives ont cru plus tard à la possibilité d'un tel sauvetage.

Lire la suite de 19 septembre 2019. Restauration des fresques de la chapelle de Sainte-Foy

Fil RSS des articles