Christine Belcikowski

Publications 4

À propos d'Élizabeth de Ville, épouse de Jean Gaston de Saint-George, seigneur de Sibra

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

saint_george_deville_1.jpg

saint_george_deville_2.jpg

7 janvier 1766. Mariage de Jean Gaston [Philibert] de Saint-George et d'Élizabeth de Ville. Archives dép. de l'Ariège. Nalzen (1748-1780). Document 1NUM2/307EDT/GG4. Vue 154. « Publication ayant été faite par Maître Givet, prêtre de Lagarde, en date du second jour de janvier de la présente année 1766, dûment légalisée par Cassagnau de Maynard, vicaire général du diocèse de Mirepoix... ». Maître Givet a au vrai omis de faire cette publication : elle ne figure pas dans le registre paroissial de Lagarde.

Messire Jean Gaston [Philibert] de Saint-George, dernier seigneur de Sibra, fils de feu messire [Jacques] Philibert de Saint-George de Sibra et de Dame Marie Acher, épouse en 1766 à Nalzen demoiselle Élizabeth de Ville, fille de feu Antoine André de Ville et de dame Jeanne de Ville, demeurant à Nalzen. (1).

saint_george_vincentine.jpg

4 novembre 1766. Baptême de noble Marie Françoise Vincentine de Saint-George, première-née de noble Jean Gaston [Philibert] de Saint-George de Sibra et de dame Élizabeth Dandréville [sic]. Lagarde (1747-1790). Document 1NUM/140EDT/GG5. Vue 68. « Le parrain a été messire Vincent de Ville de Bénagues [grand-père de l'enfant], et la marraine, dame Marie d'Acher [grand-mère de l'enfant] ». La signature de Vincent de Ville de Bénagues figure au bas de l'acte.

De 1766 à 1786, Élizabeth de Ville mettra au monde dix-neuf enfants.

Dame Marie Élizabeth Ville mourra à l'âge de « soixante ans » [soixante-deux ans, au vrai], le 20 octobre 1809, « en son château » de Sibra.

sibra_cartepostale.jpg

Ci-dessus : vue du château de Sibra en 1910, soit après les transformations opérées dans les années 1820 par les frères Espert, puis la mutation de style troubadour initiée à partir de 1880 par Alcide Villary de Fajac, promoteur de la ligne de chemin de fer Pamiers-Mirepoix-Limoux.

deville_elizabeth_1809.jpg

20 octobre 1809. Décès de madame Marie Élizabeth Ville, épouse du sieur Jean Gaston [Philibert] de Saint-George Sibra. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/5MI737 (1792-1819). Vue 538.

J'ai voulu en savoir davantage concernant la personne d'Élizabeth de Ville ainsi que la famille et le milieu dont celle-ci était originaire.

Lire la suite de À propos d'Élizabeth de Ville, épouse de Jean Gaston de Saint-George, seigneur de Sibra

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

De 1700 à 1722, tenue des registres paroissiaux et usure à la tâche

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

clarac_1700.jpg

Archives dép. de l'Ariège. Nalzen (1665-1710). Document 1NUM2/307EDT/GG1. Vue 177.

En 1700, quand le bon Charles Clarac (1) est nommé curé de Nalzen, il transcrit les actes de baptême, mariage, sépulture dans le registre paroissial, d'une belle écriture, bien lisible et bien espacée.

clarac_1722.jpg

Archives dép. de l'Ariège. Nalzen (1711-1747). Document 1NUM2/307EDT/GG3. Vue 59.

On voit ci-dessus comment, au bout de vingt ans, l'écriture de Charles Clarac et la tenue générale de son registre se sont dégradées.

Jean Gailhard succède à Charles Clarac à la cure de Nalzen et dans la rédaction du registre paroissial à partir du mois d'août 1722. À la fin de l'année 1722, il formule dans le registre l'observation suivante :

gailhard_observation_1723.jpg

Archives dép. de l'Ariège. Nalzen (1711-1747). Document 1NUM2/307EDT/GG3. Vue 60.

Pressé par les nécessités de sa charge et gagné par la fatigue de l'âge, Charles Clarac, comme tant d'autres curés de son temps, avait pris l'habitude de noter les baptêmes, mariages, sépultures, sur des « papiers volans », qu'il se réservait de transcrire dans le registre paroissial avant la fin de l'année, date à laquelle il avait obligation de faire porter ledit registre à la sénéchaussée pour validation du juge mage.

Les curés faisaient ainsi sous l'Ancien Régime fonction d'officiers d'état-civil. L'inconvénient des « papiers volans », c'est que ceux-ci demeuraient fastidieux à classer, et que d'aventure il s'en perdait quelques-uns. D'où l'observation de Jean Gailhard, peu soucieux d'endosser la responsabilité de telles pertes.

gailhard_retard_1746.jpg

Archives dép. de l'Ariège. Nalzen (1737-1789). Document 1NUM3/E117. Vue 74.

Pressé à son tour par les nécessités de sa charge, Jean Gailhard, vingt ans plus tard, a succombé sans doute lui aussi à la tentation des « papiers volans », puisqu'il fait montre de retard dans l'envoi de son registre au juge mage. « Cela m'a passé de la tête », écrit-il au destinataire du registre en question.

gailhard_1760.jpg

Archives dép. de l'Ariège. Nalzen (1737-1789). Document 1NUM3/E117. Vue 181.

À la décharge de Jean Gailhard, on observera que, comme il le fait remarquer en 1760, la sénéchaussée tarde à lui fournir le papier dont il a besoin pour transcrire ses « papiers volans ». Son cas n'est pas rare. L'abbé Compans par exemple, curé de Ventenac, s'impatientera lui aussi, à la fin de l'année 1774, du manque de papier dont il souffre : « Depuis le temps que je remets sur le registre mortuaire les baptêmes et mariages, ni le greffier a pu et dû s’en apercevoir et m’envoyer deux feuilles pour les b[aptêmes] et m[ariages]. » (2)

Grandeur et misères des curés de campagne sous l'Ancien Régime...

Jean Gailhard, curé de Roquefixade, Nalzen, Leychert pendant 36 ans, mourra le 1er sept 1762 à l'âge de 63 ans et trois mois. (3)

-----

1. Cf. Christine Belcikowski. En 1724, à propos de Maître Charles Clarac, curé de Roquefixade

2. Archives dép. de l’Ariège. Ventenac (1738-1789). Document 1NUM4/E122. Vue 224. Cf. Christine Belcikowski. Ventenac au XVIIIe siècle, une paroisse « trop éloignée ».

3. 1er septembre 1762. Décès de Jean Gailhard, curé de Roquefixade, Nalzen, Leychert. Archives dép. de l'Ariège. Nalzen (1737-1789). Document 1NUM3/E117. Vue 204.

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Au passage de l'an 1740 à l'an 1741, Maître Lanes, curé d'Auzat...

Rédigé par Belcikowski Christine 1 commentaire

auzat_lanes_fioritures.jpg

Archives dép. de l'Ariège. Auzat (1731-1745). Document 1NUM/284EDT/GG2. Vue 68.

Au passage de l'an 1740 à l'an 1741, las de transcrire des actes de baptême, mariage, sépulture, dans le registre paroissial, Maître Lanes, curé d'Auzat, s'amuse un peu à dessiner deux pages d'élégantes fioritures...

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun
Fil RSS des articles