Archives par étiquette : Calages

A propos de la famille Calages – Un geste de Pierre Pol Calages

Toujours dans le fonds Calages, conservé aux Archives Départementales de Carcassonne, Martine Rouche et Claudine L’Hôte-Azéma ont retrouvé un document qui permet de suivre, quelques 25 ans après l’ordination de Pierre Pol Calages, l’histoire de Françoise de Plos et celle des enfants Calages. Il s’agit d’un acte de donation entre vifs, daté du "vingt troisième jour du mois de septembre mil sept cens sept", signé à Toulouse par Pierre Pol Calages et Françoise de Plos. Pour les lecteurs désireux d’en faire la lecture exhaustive, le texte de cet acte se trouve intégralement reproduit infra.

Notes   [ + ]

A propos de la famille Calages – Une lettre de Pierre Pol Calages à Françoise de Plos

Datée du 13 mai 1681 à "Toloze", sobrement signée "Calages", la lettre reproduite ci-dessous 1)Lettre déchiffrée et retranscrite par Martine Rouche et Claudine L’Hôte-Azéma est adressée à Françoise de Plos, veuve d’Henri de Calages, receveur du sel à Mirepoix. Du "Calages" signataire de la lettre, nous savons qu’il s’agit de Pierre Pol Calages, né à Mirepoix en 1657, fils aîné d’Henri de Calages, issu du mariage de ce dernier avec Marie de Pech, dite Marie de Calages, auteur de Judith ou la délivrance de Béthulie. Pierre Pol Calages a pour parrain Pierre Pol Riquet, dont il porte le prénom. Marie de Pech meurt en 1661. Resté veuf avec deux fils et une petite Marie 2)Complément d’information fourni à partir des archives de Mirepoix par Martine Rouche et Claudine L’Hôte-Azéma : Quand Henri de Calages se remarie, il a TROIS enfants, ses deux fils et une petite Marie, oubliée de toutes les généalogies, née le jour où sa maman meurt, qui mourra elle-même à l’âge de quatorze ans, et qui devait être de santé fragile. Peut-être elle aussi, a-t-elle été "pensionnaire" à Limoux ? "L’an 1675 et Le 5e novembre est morte Marie Calages fille du sieur henry Calages et de feu damoiselle Marie de pech mariés, aagée de 14 ans ayant receu les sacrements de pénitence, et d’extremonction nayant peu recevoir le st viatique acause de son vomissement: et a esté enterrée le lendemain 6e dans La chapelle de ste margueritte de léglise cathedrale a la sepulture de Mr son père: en foy de quoy avons signé présens les sieurs Jean Taillefer et Jean Maury prébendiers Baillé sacristain curé", Henri de Calages en 1665 se remarie avec Françoise de Plos. Six enfants naissent de cette nouvelle union. Henri de Calages meurt en 1680. Pierre Pol Calages, qui était âgé de 4 ans lors du décès de sa mère et qui a été élevé par Françoise de Plos, s’adresse ici à sa mère d’adoption. Il a 23 ans et s’apprête à devenir prêtre. A l’approche de son ordination, il s’exprime désormais dans les formes qui conviennent à l’homme d’église. D’où l’usage du terme "Mademoiselle", qui marque avec retenue le respect dû en la personne de Françoise de Plos à la fois à la mère d’adoption et à la femme de condition.

Notes   [ + ]

1. Lettre déchiffrée et retranscrite par Martine Rouche et Claudine L’Hôte-Azéma
2. Complément d’information fourni à partir des archives de Mirepoix par Martine Rouche et Claudine L’Hôte-Azéma : Quand Henri de Calages se remarie, il a TROIS enfants, ses deux fils et une petite Marie, oubliée de toutes les généalogies, née le jour où sa maman meurt, qui mourra elle-même à l’âge de quatorze ans, et qui devait être de santé fragile. Peut-être elle aussi, a-t-elle été "pensionnaire" à Limoux ? "L’an 1675 et Le 5e novembre est morte Marie Calages fille du sieur henry Calages et de feu damoiselle Marie de pech mariés, aagée de 14 ans ayant receu les sacrements de pénitence, et d’extremonction nayant peu recevoir le st viatique acause de son vomissement: et a esté enterrée le lendemain 6e dans La chapelle de ste margueritte de léglise cathedrale a la sepulture de Mr son père: en foy de quoy avons signé présens les sieurs Jean Taillefer et Jean Maury prébendiers Baillé sacristain curé"
3. Cf. La dormeuse blogue : A propos de la famille Calages – Une lettre de Françoise de Plos, ou le voyage d’hiver
4. Cf. La dormeuse blogue : A propos de la famille Calages – Une lettre de Françoise de Plos, ou le voyage d’hiver
5. Cf. Mémoire historique de Limoux, Une Rue… Une Histoire, Une chronique de Gérard Jean : Passage Saint-Martin

A propos de la famille Calages – Une lettre de Françoise de Plos, ou le voyage d’hiver

Après avoir publié en 1660 Judith ou la délivrance de Béthulie, Marie de Calages meurt en 1661 à Mirepoix, des suites de ses dernières couches. Henri de Calages, son époux, receveur de la gabelle à Mirepoix, reste en charge de ses deux fils survivants. En 1665, il épouse en secondes noces Françoise de Plos,  jeune femme originaire de Revel, veuve de Charles Lagarde, soeur de Jean Plos, receveur de la gabelle à Limoux. Six enfants naîtront de ce second mariage. Henri de Calages meurt à Mirepoix en 1680. Datée du 13 février 1684, la lettre reproduite ci-dessous montre qu’après la mort de son époux, Françoise du Plos se trouve dans une situation difficile. Henri de Calages a laissé derrière lui des "afferes andesordre". Françoise du Plos s’adresse à son frère Jean Plos pour lui demander "secour". L’orthographe de la lettre est naïve. Du vivant de son mari, Françoise de Plos n’écrivait pas. On remarquera ici le chemin parcouru en l’espace de quatre ans.  

Notes   [ + ]

1. Fonds Calages, Archives départementales de l’Aude. Document déchiffré et restranscrit par Martine Rouche et Claudine L’Hôte-Azéma.
2. Cf. pour le pittoresque : 25 septembre 1660 – Une ordonnance du sénéchal de la ville fait interdire les danses lubriques, déshonnêtes, scandaleuses, et lascives qui se déroulent en période de Carnaval
3. Cf. La dormeuse blogue : A propos de Marie de Calages – Une lettre curieuse