1801-1802. Quand les familles Cairol Caramaing, Calvet et Cairol de Madaillan interviennent dans la succession de Jean François Vidalat. Portrait de groupe

cochereau_capucines.jpg

Ci-dessus : Léon Mathieu Cochereau. Vue du boulevard des Capucines en 1804. Musée des Beaux-Arts de Chartres.

À Paris, le 18 fructidor an IX (jeudi 5 septembre 1801, le corps de Jean François Vidalat, natif de Mirepoix, Ariège, est retrouvé boulevard des Capucines. Demeurant au nº 27 du boulevard Montmartre, absent de son domicile depuis le 9 fructidor (27 août), l’homme s’est suicidé la veille d’un coup de feu 1Archives dép. de la Seine. Dossier D4 UI 7. Basse-Geôle de la Seine, procès-verbaux de mort violente. Ans III-IX. Cf. également Richard Cobb. La mort est dans Paris. Enquête sur le suicide, le meurtre et autres morts subites à Paris au lendemain de la Terreur. 1978. Éditions Le Chemin vert. Paris. 1985.. Pour plus de détails sur ce drame, voir Christine Belcikowski. Publications. Jean François Vidalat, né à Mirepoix. Un électron libre des années révolutionnaires.

vidalat_renonciation.jpg

L’inventaire après décès montre que Jean François Vidalat était ruiné, à bout de ressources. Jean Jacques Guillaume Vidalat à Ribouisse, ci-devant prêtre, et Guillaume Vidalat à Belpech, ancien ingénieur, renoncent à se porter héritiers de leur frère et confient à un notaire parisien le soin d’être curateur de la succession.

vidalat_bail.jpg

Le Citoyen Calvet de Madaillan, demeurant ordinairement à Mirepoix, monte alors à Paris. Signalant « qu’il est créancier de Jean François Vidalat pour des sommes considérables », et qu’il représente également, au-delà des siens propres, les intérêts d’Anne Antoinette Barbe Clémence Daniel Cairol-Madaillan, de Catherine Clémence Cairol-Madaillan-Saint-Hilaire, et de A[…]e ? Cairol du lieu de Ser[re]s ?, il réclame une position de la succession. Source : Archives nationales. Minutes du notaire Abraham Silly (étude IX). Cote : MC/ET/IX/866. Inventaire après décès de Jean-François Vidalat. 29 nivôse an X-19 janvier 1802.

Qui sont le Citoyen Calvet Madaillan, Anne Antoinette Barbe Clémence Daniel Cairol Madaillan, Catherine Clémence Cairol Madaillan Saint-Hilaire, An[…]e Cairol du lieu de Ser[re]s ?, enfant mineure. D’où vient-il que l’ensemble de ces personnes aient eu des intérêts à défendre dans la succession du Citoyen Jean François Vidalat ? J’ai voulu en savoir davantage.

1. Joseph Thibaud Calvet Madaillan

calvet_joseph_bapteme.jpg

4 février 1766. Baptême de Joseph Thibaud de Calvet. Parrain, Joseph d’Azam, écuyer. Marraine, Demoiselle Jeanne de Calvet, tante du baptisé. Archives dép. de l’Ariège. Foix (1744-1788). Document 1NUM/E105. Vue 248.

calvet_joseph_deces.jpg

18 juillet 1820. Décès de Joseph Thibaud Calvet de Madaillan à Routier, propriété de la famille Cairol Madaillan, située dans l’Aude, près de Limoux. 2Archives dép. de l’Aude. Routier (1813-1822. Document 100NUM/5E328/5. Vue 139.

routier_chateau1.jpg

Le Citoyen Calvet Madaillan n’est autre que Joseph Thibaud de Calvet, ancien garde du corps du roi dans la compagnie de Noailles, fils de feu Jean de Calvet, sous-lieutenant des gardes du corps du roi, chevalier de Saint Louis, et de Jeanne d’Azam 313 mars 1661. Mariage de Jean de Calvet et de Jeanne d’Azam à Limoux. Archives dép. de l’Aude. Limoux. Paroisse Saint Martin. BMS 1660-1666 page 9.. Joseph Thibaud de Calvet de Madaillan, qui doit sa noblesse au capitoulat de Jean Calvet, ancien marchand, en 1604 4Chest d’Aix-Ange. Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle. Volume 8, p. 140-141. « Calvet de Madaillan »., et son nom de Madaillan à son mariage avec Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe de Cairol de Madaillan, n’exerce durant les années révolutionnaires aucune autre fonction que celle de « cultivateur ». Il sera député de l’Ariège de 1809 à 1820, questeur de l’Assemblée de 1813 à 1820, fait baron d’Empire le 12 avril 1813 et élevé au grade de la Légion d’honneur le 13 décembre 1814.

2. Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe Cairol Madaillan, épouse de Joseph Thibaud Calvet Madaillan

Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe Cairol Madaillan, comme indiqué dans le document reproduit ci-dessus, est « femme Calvet », autrement dit épouse de Joseph Thibaud de Calvet. Le couple restera sans descendance.

cairol_madaillan_anne_bapteme.jpg

4 décembre 1758. Baptême d’Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe de Cairol de Madaillan. Tenue sur les fonts baptismaux par Clément Cairol Madaillan de Saint-Hilaire, oncle paternel de la baptisée, pour Messire Daniel Bourrée de Corberon, grand-père de la baptisée, conseiller à la cour de Paris et parrain ; et par Anne de Fourn, épouse de Messire Clément Cairol de Madaillan, ancien président du présidial, grand-mère de la baptisée. Archives dép. de l’Aude. Limoux. Paroisse Saint Martin (1757-1761). Document 100NUM/5E206/7. Vue 121.

routier_chateau2.jpg

Ci-dessus : vue du château de Routier, au cœur du village.

cairol_madaillan_anne_deces.jpg

5 août 1837. Décès Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe de Cairol de Madaillan à Routier. Archives dép. de l’Aude. Routier (1833-1842). Document 100NUM/5E328/7. Vue 86.

Baptisée le 4 décembre 1758 à Limoux, Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe de Cairol de Madaillan est fille de François Ignace de Cairol de Madaillan 5Cf. Joseph Jaume. Mémoires de M. Jaume : avocat au Conseil souverain, professeur à l’Université de Perpignan. Notes et introduction par M. l’abbé Ph. Torreilles. Perpignan. Impr. de C. Latrobe. 1894. « François Ignace Cairol de Madaillan, issu d’une famille de robe de Limoux, dont les membres avaient exercé, de père en fils, les principales charges de la sénéchaussée de cette ville, était président au présidial de Limoux lorsqu’il fut nommé président à mortier du Conseil Souverain de Roussillon, le 1er mars 1751. Il remplit cette charge jusqu’à la suppression de ce tribunal, en 1790. », président à mortier au conseil souverain du Roussillon, et de feue Dame Marie Louise Bourrée de Corberon, de la paroisse Saint Martin de Limoux. La même Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe de Cairol de Madaillan mourra à l’âge de soixante-dix neuf ans, le 5 août 1837, « en son château de Routier ».

3. Catherine Clémence Cairol Madaillan Saint-Hilaire, sœur d’Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe Cairol Madaillan et belle-sœur de Joseph Thibaud Calvet Madaillan

rouvairollis_hilaire_mariage1.jpg

rouvairollis_hilaire_mariage2.jpg

27 avril 1790. Mariage de Francois Hilaire Rouvairollis de Rigaud et de Catherine Clémence de Cairol de Madaillan à Limoux. Archives dép. de l’Aude. Limoux. Paroisse Saint Martin (1787-1794). Document 100NUM/5E206/18. Vue 167.

cairol_clemence_divorce.jpg

4 germinal an II (24 mars 1794). Divorce de Catherine Clémence de Cairol de Madaillan. Archives dép. de l’Aude. Limoux. Actes de mariage (1793-1796). Document 100NUM/5E206/22. Vue 50.

Née entre 1757 et 1759 6L’acte de baptême de Catherine Clémence de Cairol de Madaillan n’est enregistré ni Limoux, ni à Routier. Je ne l’ai pas trouvé à ce jour., Catherine Clémence de Cairol de Madaillan est sœur d’Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe de Cairol de Madaillan, d’où belle-sœur de Joseph Thibaud de Calvet. Mariée le 27 avril 1790 à Limoux avec Francois Hilaire Rouvairollis de Rigaud 7Cf. Christine Belcikowski. A Mirepoix. Essai de généalogie de la famille Rouvairollis. 1. De François et Jean Rouvairollis à Jean Clément de Rouvairollis., capitaine au régiment Royal Marine, chevalier de Saint Louis, Catherine Clémence Cairol Madaillan a demandé et obtenu le divorce le 4 germinal an II (24 mars 1794) à Limoux, pour cause d’émigration de son mari. On ignore si celui-ci est revenu, et si le couple s’est reconstitué.

cairol_clemence_deces.jpg

21 février 1837. Décès de Catherine Clémence Cairol de Madaillan. Archives dép. de l’Aude. Limoux. Décès (1836-1840). Document 100NUM/5E206/55. Vue 76.

8Bulletin des lois du royaume de France. IXe série. Partie supplémentaire. Tome treizième. Nºˢ 338 à 376. B. n° 343. Nº 11,870. Page 143. Imprimerie royale. Août 1838.

4. An[…]e Cairol du lieu de Ser[re]s ? enfant mineure

La plume du notaire manque ici de lisibilité. « An[…]e Cairol du lieu de Ser[re]s, enfant mineure », c’est probablement, comme on le verra plus bas, Françoise Zénobie Antoinette Cairol, née le 15 septembre 1781 à Mirepoix, fille de Pierre Cairol Caramaing et de feue Anne Vidalat, i.e. fille de la cousine germaine de Jean François Vidalat. Née le 15 septembre 1781, Françoise Zénobie Antoinette Cairol est en 1801 âgée de vingt ans. Concernant une jeune femme de vingt ans, la mention « enfant mineure » a de nos jours de quoi surprendre. Or sous la Première République, par décret du 20 septembre 1792, l’âge de la majorité civile a été fixé à vingt et un ans. Le Code civil napoléonien pérennisera ce décret en l’an XII (1804).

Mais pourquoi le notaire parisien dit-il l’enfant mineure An[…]e Cairol : « du lieu de Ser[re]s ? On trouvera plus loin une réponse possible à cette question.

5. De 1760 à 1790, succession de deuils et de drames dans les familles Cairol de Madaillan et Bourrée de Corberon

cairol_madaillan_genealogie.jpg

Ci-dessus : généalogie partielle de la famille Cairol Madaillan.

cairol_jean_jacques_1760_1.jpg

cairol_jean_jacques_1760_2.jpg

28 février 1760. Baptême de Jean Jacques Clément Anne Julien de Cairol de Madaillan. Parrain, Messire Clément de Madaillan, ancien officier de cavalerie, oncle paternel, pour Monseigneur l’illustrissime et révérendissime Jean de Cairol, évêque [in partibus] de Sarepta et suffragant de Narbonne, son oncle paternel et parrain. Marraine, Anne de Cairol de Madaillan, tante paternelle, pour Dame Catherine Ursule Théroux de Gonsaut, épouse de Messire Pierre Daniel Bourrée de Corberon, seigneur de Troissereux et autres lieux. Archives dép. de l’Aude. Routier (1753-1762). Document 100NUM/AC328/1E8. Vue 41.

Baptisé le 28 février 1760 à Routier, Jean Jacques Clément Anne Julien de Cairol de Madaillan, frère d’Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe de Cairol de Madaillan et de Catherine Clémence de Cairol de Madaillan, reprend de Francois Ignace de Cairol de Madaillan la charge de président à mortier du conseil souverain du Roussillon. Marié le 9 février 1793 à Rose Marie Marguerite Anne Giroune (native de Perpignan) 99 février 1793. Mariage de Jean Jacques Clément Anne Julien de Cairol de Madaillan et de Rose Marie Marguerite Anne Giroune. Archives dép. des Pyrénées orientales. Perpignan. Paroisse Saint Jean (1789-1790). Document 9NUM112EDT930_931. Vue 255., père d’un petit François Ignace Jean Grégoire Cairol de Madaillan (20 février 1792-2 mai 1799) 101° 20 février 1792. Baptême de François Ignace Jean Grégoire Cairol de Madaillan : Archives dép. de l’Aude. Routier (1760-1792). Document 100NUM/5E328/2. Vue 151. 2° 13 floréal an VII (2 mai 1799). Décès de François Ignace Jean Grégoire Cairol de Madaillan : Archives dép. de l’Aude. Routier (1793-1802). Document 100NUM/5E328/3. Vue 104., Jean Jacques Clément Anne Julien de Madaillan meurt à Routier, à l’âge de trente-trois ans 119 février 1793. Décès de Jean Jacques Clément de Madaillan. Archives dép. de l’Aude. Routier (1793-1802). Document 100NUM/5E328/3. Vue 22.

Le 21 mars 1760, Louise de Corberon, épouse de François Ignace de Cairol Madaillan, mère d’Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe de Cairol de Madaillan, de Catherine Clémence de Cairol de Madaillan et de Jean Jacques Clément Anne Julien Cairol de Madaillan, meurt à Routier, à l’âge de trente-six ans. 12Archives dép. de l’Aude. Routier (1753-1762). Document 100NUM/AC328/1E8. Vue 38.

cairol_jean_1712.jpg

4 avril 1712. Baptême de Jean de Cairol, futur évêque. Parrain, Jean Fons, conseiller au présidial. Marraine, Jeanne d’Azam. Archives dép. de l’Aude. Limoux. Paroisse Saint Martin (1712-1713). Document 100NUM/AC206/GG93. Vue 6.

Le 7 octobre 1792, Jean de Cairol de Madaillan, né le 4 avril 1712 à Limoux ; fils de Clément de Cairol, président au présidial de Limoux, et d’Anne Fons ; oncle d’Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe de Cairol de Madaillan et de Catherine Clémence de Cairol de Madaillan ; ancien évêque de Vence, puis de Grenoble ; puis in partibus de Sarepta ; meurt à Routier à l’âge de quatre-vingts ans. 137 octobre 1792. Décès de Jean de Cairol de Madaillan, évêque. Archives dép. de l’Aude. Routier (1760-1792). Document 100NUM/5E328/2. Vue 149.

Le 20 avril 1794, Pierre Daniel Bourrée de Corberon, grand-père d’Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe et de Catherine Clémence de Cairol de Madaillan, seigneur de Villy-le Brûlé, Lessard, Troissereux Saint-Maurice, Houssoy, Verderel, Rieux, Juvignies et Campdeville en Bourgogne, président à la première chambre des enquêtes du Parlement de Paris, conseiller du Roi en ses conseils est guillotiné.

Le 18 mai 1794, Pierre Philibert Catherine Bourrée de Corberon, oncle d’Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe et de Catherine Clémence de Cairol de Madaillan, marquis de Corberon, officier au régiment des gardes françaises, époux d’Anne Marie de Nogué, est guillotiné.

Le 14 juin 1794, Henri Bernard Catherine de Sapte de Puget, époux (3 avril 1783) de Catherine Marguerite Bourrée de Corberon, d’où oncle par alliance d’Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe et de Catherine Clémence de Cairol de Madaillan, conseiller du roi, président à mortier au Parlement de Toulouse, est guillotiné.

Le 7 juillet 1794, Armand Bourrée de Corberon, seize ans, cousin germain de Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe et de Catherine Clémence de Cairol de Madaillan, fils de Pierre Philibert Catherine Bourrée de Corberon et d’Anne Marie de Nogué, est guillotiné.

Réfugié à Toulouse en novembre 1789 chez Henri Bernard de Sapte de Puget, arrêté à la fin de l’année 1793 en vertu de la loi des suspects, Marie Daniel Bourrée de Corberon, dit « le Chevalier de Corberon », oncle d’Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe et de Catherine Clémence de Cairol de Madaillan, marié à Strasbourg le 15 novembre 1781 à Mademoiselle Charlotte Marie Christine de Behmer, ancien diplomate auprès de Catherine II de Russie 14Cf. Un diplomate français à la cour de Catherine II de Russie. 1775-1780. Journal intime du Chevalier de Corberon, chargé d’affaires de France en Russie. Tome 1. Tome 2. Publié d’après le manuscrit original, avec une introduction et des notes. Par L.-H. Labande. Librairie Plon. 1901., puis auprès du duc de Deux-Ponts (ville allemande, située dans le Land de Rhénanie-Palatinat), est emprisonné à Toulouse, puis embarqué pour Paris à la fin de messidor an II (juillet 1794) dans le même cortège de charrettes que Guillaume Dominique Malroc de Lafage, Jean Clément de Rouvairolis de Rigaud, Jean François Vidalat, et autres Mirapiciens. Heureusement, comme on le sait de ses compagnons mirapiciens 15Cf. Christine Belcikowski. 4 thermidor an II. Les citoyens de Mirepoix envoyés au tribunal révolutionnaire se trouvent retenus à Cahors., « il arriva au terme de son voyage alors que s’était déjà produite la réaction thermidorienne ; il fut seulement incarcéré au Luxembourg et, après quelquesjours de détention, mis en liberté le 7 brumaire an III ». II mourra à Paris, défait, ruiné, le 31 décembre 1810. 16Cf. Un diplomate français à la cour de Catherine II de Russie. 1775-1780. Journal intime du Chevalier de Corberon, chargé d’affaires de France en Russie. Tome 1, p. LXVI

6. À propos du nom Cairol de Madaillan

La lecture des registres paroissiaux de Limoux montre que la famille Cairol établie dans cette ville descend d’un marchand, dont les descendants ont été marchands à leur tour, puis bourgeois, puis titulaires d’offices à la sénéchaussée et au présidial de la ville.

D’où ladite famille tire-t-elle donc le nom de Cairol de Madaillan dont elle use à partir des premières années du XVIIIe siècle ?

Au début du XVIIIe siècle, l’archevêché de Narbonne, qui tenait jusqu’alors les seigneuries de Colomiès et de Routier en paréage avec l’antique maison de Madaillan, rétrocède en tant que sous-fiefs à Clément Cairol, conseiller du roi et président au présidial de Limoux, et à Étienne Cairol, frère de ce dernier, la propriété des deux seigneuries susnommées. Le 19 novembre 1710, sur l’acte de baptême de Catherine de Cairol, Clément Cairol, père de la baptisée, signe pour la première fois « Clément de Madaillan de Cairol », et Étienne Cairol, parrain, signe « Étienne de Colomiès de Cairol ». En 1768, Monseigneur Arthur Richard de Dillon, archevêque de Narbonne, contresigne « l’échange de biens fait à Routier entre l’archevêché de Narbonne et [François Ignace] Cairol de Madaillan, chevalier, seigneur de Routier » 17Cf. Signification de l’échange de biens à Routier fait entre l’archevêque de Narbonne et Cairol de Madaillan, chevalier, seigneur de Routier. 1768. Cote : H 816. Publié en 1895 Antoine par l’Abbé Sabarthès, Le dernier Livre vert de l’archevêque de Narbonne. :

« Le lieu de Routier en Languedoc était divisé en deux parties, dont l’une appelée le Bourg était la plus considérable, et l’autre appelée le Fort renfermait l’église paroissiale et environ la huitième partie des maisons situées dans l’étendue de la paroisse de Routier. Au Fort, le sieur Cairol de Madaillan possédait « une maison considérable avec ses dépendances » ; il proposa en échange « le fief de Coulommiës, situé dans le consulat de Limoux ». Par cet échange accepté par l’archevêque, celui-ci transporta « à perpétuité à titre « d’arrière-fief au sieur Cairol de Madaillan la seigneurie de la partie de la paroisse de Routier, comprenant la maison du sieur Cairol Madaillan et la partie appelée le Fort. En contre-échange, ledit sieur Cairol Madaillan cédait au dit sieur archevêque de Narbonne et à ses successeurs le fief de Colomiés, et leur fournissait à perpétuité une albergue de 3 marcs et demi d’argent, et à chaque nouvel archevêque une croix pectorale d’or pesant quatre onces.

Le fief de Madaillan, dont le château existe encore, était donc sous la mouvance de l’archevêque de Narhonne, la redevance était fixée en 1790 à une albergue de 150 livres. L’archevêque percevait en outre sur la communauté une albergue de 35 livres 14 sols et le quart de la dîme sur le terroir de Routier. Il possédait enfin « une maison ou château à un étage et une aire près dudit lieu.

Lettres royaux, donnés a Versailles le 16 décembre 1767, signées Louis, par le roi, Phelipeaux. Registres du Conseil d’État. Arch. nationales. Ces lettres, permettant cet échange, sur arrêt du Conseil du 4 décembre, ordonnaient en outre que le nom de Fort serait et demeurerait supprimé et porterait à l’avenir le nom de Cairol-Madaillan en toutes occasions et en tous actes. » 18Antoine Sabarthès (1854-1944). Le dernier Livre vert de l’archevêque de Narbonne, p. 74. Impr. F. Caillard. Narbonne. 1895.

D’où vient-il derechef que le Citoyen Calvet de Madaillan ainsi que Anne Daniel Claudine Elisabeth Barbe de Cairol de Madaillan, son épouse, Catherine Clémence de Cairol de Madaillan, sa belle-sœur, et Françoise Zénobie Antoinette Cairol, aient eu des intérêts à défendre dans la succession du Citoyen Jean François Vidalat ? On verra ci-dessous que la question soulève, entre autres, un irritant problème d’homonymie concernant plusieurs familles porteuses du même patronyme Cairol, ou Cayrol.

7. Premières noces de Pierre Cairol, de Mirepoix, avec Anne Vidalat, de Mirepoix

vidalat_genealogie.jpg

Le 1er juillet 1704 à Mirepoix, Antoine Vidalat, notaire, avocat en parlement, consul en 1718-1719, épouse Madeleine Cairol, fille de Jean Antoine Cairol, bourgeois, et de Magdeleine d’Escala. Le couple a deux fils : Jean Vidalat et Jean Antoine Vidalat. Cf. Christine Belcikowski. Publications. Jean François Vidalat, né à Mirepoix. Un électron libre des années révolutionnaires

cairol_vidalat_mariage.jpg

19 janvier 1780. Mariage de Pierre Cairol et d’Anne Vidalat. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix (1779-1787). Document 1NUM4/5MI665. Vue 53.

le 19 janvier 1780, moyennant une dispense de parenté du troisième degré, Pierre Cairol (1737-1848), dit Cairol Caramaing ou Caraman, avocat au Parlement, juge du marquisat de Portes, épouse à Mirepoix Anne Vidalat.

cairol_pierre_bapteme.jpg

23 mai 1737. Baptême de Pierre Cairol. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix (1736-1741). Document 1NUM1/5MI664. Vue 48.

Petit-fils d’Antoine Cairol, Pierre Cairol Caramaing, né le 23 mai 1737 à Mirepoix, est fils de Gaspard Cairol, avocat en Parlement, et de Thérèse Ferrusse. Petite-fille de Jean Antoine Vidalat, Anne Vidalat est fille de Jean Vidalat, avocat au Parlement, juge du Marquisat de Mirepoix, et de Françoise Amat. Petit-fils de Jean Antoine Vidalat, Jean François Vidalat est fils de Jean Antoine Vidalat II, propriétaire, et de Marie Tornier. Françoise Vidalat et Jean François Vidalat sont ainsi cousins germains.

cairol_antoinette_1781.jpg

15 septembre 1781. Baptême de Françoise Zénobie Antoinette Cairol. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix (1779-1787). Document 1NUM4/5MI665. Vue 119.

vidalat_anne_deces.jpg

2 mai 1782. Décès d’Anne Vidalat à Mirepoix. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix (1779-1787). Document 1NUM4/5MI665. Vue 446.

Le 15 sept 1781 à Mirepoix, Anne Vidalat accouche d’une petite Françoise Zénobie Antoinette Cairol. Le 2 mai 1782, elle meurt hélas de la fièvre miliaire.

8. Secondes noces de Pierre Cairol, de Mirepoix, avec Élizabeth Catherine Étienne Félicité Cairol, de Fa

cairol_cairol_mariage.jpg

16 [?] septembre 1783. Mariage de Pierre Cairol et d’Élizabeth Catherine Étienne Félicité Cairol à Fa. Archives dép. de l’Aude. Fa (1766-1792). Document 100NUM/5E131/2. Vue 95.

Le 16 [?] septembre 1783 à Fa (Aude), Pierre Cairol Caramaing épouse en secondes noces Élizabeth Catherine Étienne Félicité Cairol, fille de Jean Baptiste Cairol, avocat en parlement, et de Françoise Cairol, tous deux habitants de Fa, au diocèse d’Alet.

cairol_fa_serres.jpg

Ci-dessus : généalogie partielle des familles Cairol de Fa et de Serres.

Élizabeth Catherine Étienne Félicité Cairol, native de Fa, n’est, semble-t-il, aucunement apparentée à Pierre Cairol, son époux, natif de Mirepoix. Preuve en est que leur acte de mariage ne fait état d’aucune dispense relative à un quelconque degré de parenté.

Jean Baptiste Cairol, avocat en parlement, père d’Élizabeth Catherine Étienne Félicité Cairol, descend d’une famille implantée à Fa depuis le XVIIe siècle au moins. Il est fils de Jean Cairol, bourgeois, et de Catherine Martre ; petit-fils de Jean Cairol et de Dominique Gaichier, fille elle-même de Noble (?) Philippe Gaichier, seigneur et maire perpétuel du lieu de Roquefeuil, en son temps.

cairol_francoise_mariage.jpg

27 janvier 1761. Mariage de Jean Baptiste Cairol et de Françoise Cairol. Archives dép. de l’Aude. Fa (1737-1765). Document 100NUM/5E131/1. Vues 109-110.

Mariée depuis le 27 janvier 1761 à Jean Baptiste Cairol, Françoise Cairol, mère d’Élizabeth Catherine Étienne Félicité Cairol et belle-mère de Pierre Cairol Caramaing, est fille de feu Antoine Cairol, propriétaire de la manufacture de soie d’Aubenas, Ardèche 19Cf. Archives dép. de l’Aude. Sous-série 2 E. 2 E 126 à 152. Familles diverses. 2 E 126-149. Archives familiales : pièces de procédures, titres de famille, titres de propriétés, correspondance (1289-1877). 131. Dandrieu : cession de rente par Martin Dandrieu, conseiller du roi, juge criminel en la sénéchaussée et siège présidial de Limoux, en faveur d’Antoine Cayrol, propriétaire de la manufacture royale d’Aubenas (Ardèche), 21 octobre 1743., et de feue Marguerite Rose Thouzet. Élizabeth Catherine Étienne Félicité Cairol, nouvelle épouse de Pierre Cairol Caramaing, se trouve être par ailleurs veuve d’Antoine Tapier, négociant, natif de Toulouse, qu’elle a épousé en premières noces le 18 avril 1752 à Carcassonne 20Archives dép. de l’Aude. Carcassonne. Paroisse Saint-Michel. Actes de baptême, mariage ; table annuelle (1752). Document 100NUM/AC69/GG117. Vue 9.

Mariés, Pierre Cairol Caramaing et Élizabeth Catherine Étienne Félicité Cairol auront à Mirepoix trois enfants :

  • Jean Baptiste Grégoire Gaspard Zéphirin Cairol, baptisé le 1er août 1784. Parrain, Maître Jean Baptiste Cairol, aïeul maternel du baptisé, avocat en parlement, domicilié à Fa, représenté par le sieur Grégoire Cairol, son fils. Marraine, Françoise de Montfaucon, tante du baptisé, épouse d’Antoine Cairol, ancien capitaine d’artillerie dans l’Inde. 211er août 1784. Baptême de Jean Baptiste Grégoire Gaspard Zéphirin Cairol. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix (1779-1787). Document 1NUM4/5MI665. Vue 206.
  • Jean François Albert Cairol, baptisé le 5 mars 1786. Parrain, Jean Cairol, ancien officier d’infanterie. Marraine, Françoise Cairol, grand-mère maternelle du baptisé. 225 mars 1786. Baptême de Jean François Albert Cairol. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix (1779-1787). Document 1NUM4/5MI665. Vue 273.
  • Joséphine Thérèse Mélanie Cairol, baptisée le 20 mars 1787. Parrain, Grégoire Cairol avocat, oncle maternel de la baptisée, représenté par Jean Cairol, ancien officier d’infanterie. Marraine, Thérèse Cairol, tante paternelle de la baptisée. 235 mars 1786. Baptême de Joséphine Thérèse Mélanie Cairol. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix (1779-1787). Document 1NUM4/5MI665. Vue 325.

Qu’advient-il pendant ce temps de Françoise Zénobie Antoinette Cairol, née des premières noces de Pierre Cairol avec Anne Vidalat ? Le couple élève également Françoise Zénobie Antoinette Cairol, née des premières noces de Pierre Cairol avec Anne Vidalat. Le rôle de la population de Mirepoix en 1811 montre qu’à cette date Françoise Zénobie Antoinette Cairol se trouve présente dans la maison de son père et sa belle-mère. Mais l’était-elle dans les années 1790 ? Dite « enfant mineure, du lieu de Ser[re]s, Françoise Zénobie Antoinette Cairol semble donc avoir été placée chez l’un ou l’autre des membres de la parentèle serroise d’Élizabeth Catherine Étienne Félicité Cairol, sa belle-mère.

routier_plan.jpg

Conclusion

Il ressort du dossier généalogique constitué ci-dessus que seule Françoise Zénobie Antoinette Cairol, fille d’Anne Vidalat, se trouve familialement concernée par la succession de Jean François Vidalat. Jean Jacques Guillaume Vidalat à Ribouisse et Guillaume Vidalat à Belpech, frères de Jean François Vidalat, ont renoncé à la succession de ce dernier. Anne Vidalat, cousine germaine de Jean François Vidalat, est décédée. Il ne reste donc plus que Françoise Zénobie Antoinette Cairol, sa fille, comme héritière potentielle.

Joseph Thibaud de Calvet, quant à lui, intervient dans ladite succession en tant que créancier de Jean François Vidalat et mandataire d’Anne Antoinette Barbe Clémence Daniel Cairol-Madaillan, son épouse, ainsi que de Catherine Clémence Cairol-Madaillan-Saint-Hilaire, sa belle-sœur, qui avaient confié toutes deux à Jean François Vidalat, comme en atteste un acte signé le 28 pluviôse an VII (16 février 1799) à Mirepoix chez le notaire Larcher, le soin de bailler une maison dont elles étaient propriétaires à Paris et que celui-ci a vendue à son seul profit. D’où vient que Joseph Thibaud de Calvet ait prêté des « sommes considérables » à Jean François Vidalat, et qu’Anne Antoinette Barbe Clémence Daniel Cairol-Madaillan et Catherine Clémence Cairol-Madaillan-Saint-Hilaire aient confié une part de leurs intérêts à cet homme peu sûr ?

« Le Citoyen Calvet demeurant ordinairement à Mirepoix » pendant les années révolutionnaires, on supposera qu’il a prêté des « sommes considérables » à Jean François Vidalat en vertu de quelque solidarité de bon aloi avec la digne famille notariale Vidalat, l’une des plus en vue dans la notabilité mirapicienne. Il a su aussi par Catherine Clémence Cairol-Madaillan-Saint-Hilaire, sa belle-sœur, ex-épouse de Francois Hilaire Rouvairollis de Rigaud, qu’en l’an II (1794) Jean François Vidalat a fait partie de la même charrette roulant vers l’échafaud que Jean Clément de Rouvairollis de Rigaud, père de cet ex-époux. On supposera donc chez Joseph Thibaud de Calvet quelque sympathie pour Jean François Vidalat en tant qu’homme qui a enduré avec Jean Clément de Rouvairollis de Rigaud les derniers effets de la Terreur. Joseph Thibaud de Calvet Madaillan, qui nourrissait comme Jean François Vidalat des idées girondines, siègera plus tard dans la minorité « constitutionnelle » de la Chambre introuvable.

Restent nombre de points à éclaircir dans le dossier réuni ci-dessus. Mais celui-ci fournit en l’état une vue intéressante, on l’espère, de la situation de deux familles représentatives de la notabilité ariégeoise et audoise au sortir des années révolutionnaires. Et il en constitue comme le roman. Un roman vrai.

References   [ + ]

1. Archives dép. de la Seine. Dossier D4 UI 7. Basse-Geôle de la Seine, procès-verbaux de mort violente. Ans III-IX. Cf. également Richard Cobb. La mort est dans Paris. Enquête sur le suicide, le meurtre et autres morts subites à Paris au lendemain de la Terreur. 1978. Éditions Le Chemin vert. Paris. 1985.
2. Archives dép. de l’Aude. Routier (1813-1822. Document 100NUM/5E328/5. Vue 139.
3. 13 mars 1661. Mariage de Jean de Calvet et de Jeanne d’Azam à Limoux. Archives dép. de l’Aude. Limoux. Paroisse Saint Martin. BMS 1660-1666 page 9.
4. Chest d’Aix-Ange. Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle. Volume 8, p. 140-141. « Calvet de Madaillan ».
5. Cf. Joseph Jaume. Mémoires de M. Jaume : avocat au Conseil souverain, professeur à l’Université de Perpignan. Notes et introduction par M. l’abbé Ph. Torreilles. Perpignan. Impr. de C. Latrobe. 1894. « François Ignace Cairol de Madaillan, issu d’une famille de robe de Limoux, dont les membres avaient exercé, de père en fils, les principales charges de la sénéchaussée de cette ville, était président au présidial de Limoux lorsqu’il fut nommé président à mortier du Conseil Souverain de Roussillon, le 1er mars 1751. Il remplit cette charge jusqu’à la suppression de ce tribunal, en 1790. »
6. L’acte de baptême de Catherine Clémence de Cairol de Madaillan n’est enregistré ni Limoux, ni à Routier. Je ne l’ai pas trouvé à ce jour.
7. Cf. Christine Belcikowski. A Mirepoix. Essai de généalogie de la famille Rouvairollis. 1. De François et Jean Rouvairollis à Jean Clément de Rouvairollis.
8. Bulletin des lois du royaume de France. IXe série. Partie supplémentaire. Tome treizième. Nºˢ 338 à 376. B. n° 343. Nº 11,870. Page 143. Imprimerie royale. Août 1838.
9. 9 février 1793. Mariage de Jean Jacques Clément Anne Julien de Cairol de Madaillan et de Rose Marie Marguerite Anne Giroune. Archives dép. des Pyrénées orientales. Perpignan. Paroisse Saint Jean (1789-1790). Document 9NUM112EDT930_931. Vue 255.
10. 1° 20 février 1792. Baptême de François Ignace Jean Grégoire Cairol de Madaillan : Archives dép. de l’Aude. Routier (1760-1792). Document 100NUM/5E328/2. Vue 151. 2° 13 floréal an VII (2 mai 1799). Décès de François Ignace Jean Grégoire Cairol de Madaillan : Archives dép. de l’Aude. Routier (1793-1802). Document 100NUM/5E328/3. Vue 104.
11. 9 février 1793. Décès de Jean Jacques Clément de Madaillan. Archives dép. de l’Aude. Routier (1793-1802). Document 100NUM/5E328/3. Vue 22.
12. Archives dép. de l’Aude. Routier (1753-1762). Document 100NUM/AC328/1E8. Vue 38.
13. 7 octobre 1792. Décès de Jean de Cairol de Madaillan, évêque. Archives dép. de l’Aude. Routier (1760-1792). Document 100NUM/5E328/2. Vue 149.
14. Cf. Un diplomate français à la cour de Catherine II de Russie. 1775-1780. Journal intime du Chevalier de Corberon, chargé d’affaires de France en Russie. Tome 1. Tome 2. Publié d’après le manuscrit original, avec une introduction et des notes. Par L.-H. Labande. Librairie Plon. 1901.
15. Cf. Christine Belcikowski. 4 thermidor an II. Les citoyens de Mirepoix envoyés au tribunal révolutionnaire se trouvent retenus à Cahors.
16. Cf. Un diplomate français à la cour de Catherine II de Russie. 1775-1780. Journal intime du Chevalier de Corberon, chargé d’affaires de France en Russie. Tome 1, p. LXVI
17. Cf. Signification de l’échange de biens à Routier fait entre l’archevêque de Narbonne et Cairol de Madaillan, chevalier, seigneur de Routier. 1768. Cote : H 816. Publié en 1895 Antoine par l’Abbé Sabarthès, Le dernier Livre vert de l’archevêque de Narbonne.
18. Antoine Sabarthès (1854-1944). Le dernier Livre vert de l’archevêque de Narbonne, p. 74. Impr. F. Caillard. Narbonne. 1895.
19. Cf. Archives dép. de l’Aude. Sous-série 2 E. 2 E 126 à 152. Familles diverses. 2 E 126-149. Archives familiales : pièces de procédures, titres de famille, titres de propriétés, correspondance (1289-1877). 131. Dandrieu : cession de rente par Martin Dandrieu, conseiller du roi, juge criminel en la sénéchaussée et siège présidial de Limoux, en faveur d’Antoine Cayrol, propriétaire de la manufacture royale d’Aubenas (Ardèche), 21 octobre 1743.
20. Archives dép. de l’Aude. Carcassonne. Paroisse Saint-Michel. Actes de baptême, mariage ; table annuelle (1752). Document 100NUM/AC69/GG117. Vue 9.
21. 1er août 1784. Baptême de Jean Baptiste Grégoire Gaspard Zéphirin Cairol. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix (1779-1787). Document 1NUM4/5MI665. Vue 206.
22. 5 mars 1786. Baptême de Jean François Albert Cairol. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix (1779-1787). Document 1NUM4/5MI665. Vue 273.
23. 5 mars 1786. Baptême de Joséphine Thérèse Mélanie Cairol. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix (1779-1787). Document 1NUM4/5MI665. Vue 325.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *