À Saint-Sernin, dans l’Aude. Une église champêtre. Un reste de château

Situé à la hauteur de 340 mètres sur une colline qui fait face aux Pyrénées, le village de Saint-Sernin abrite aujourd’hui trois familles, ou trois « feux » comme disent les vieux papiers, et quelques résidences secondaires. C’est une sorte de bout du monde. On y accède depuis la route départementale par un chemin, aux bords magnifiquement fleuris 1Saint-Sernin jouit du label « Village fleuri ». , qui monte tout droit depuis la route départementale, passe successivement devant l’ancien château et l’ancien presbytère, puis, arrivant au sommet de la colline, fait le tour de l’église, et redescend vers la route d’où il vient.

1. Quelques éléments d’histoire de la seigneurie de Saint-Sernin

L’histoire de la petite seigneurie de Saint-Sernin, partagée au cours des âges entre une suite changeante de seigneurs directs et coseigneurs, demeure mal documentée. Voici toutefois quelques éléments d’information :

En 1207,Bernard et Sicard de Monthaut accordent au comte de Toulouse la faculté de racheter sur le comte de Foix les seigneuries de Molandier, la Louvière, Saint-André, Marquet, Saint-Sernin et Fajac. Mais ces lieux restent par la suite apanage du comté de Foix. 2Claudine Pailhès. L’Ariège des comtes et des Cathares, p. 53. Éditions Milan. 1992.

De 1321 à 1327, les seigneurs de Castelreng et de Saint-Sernin rendent hommage au seigneur de Mirepoix. 3Jacques Lemoine. Histoire de la Bezole et de ses environs, p. 234. Societe d’etudes scientifiques de l’Aude. 1970.

En février 1352, Jean de Lévis II convoque ses vassaux nobles afin de mettre sur pied une armée susceptible de repousser l’Anglais envahisseur. Parmi ces vassaux figure Robert de Rivière, seigneur de Saint-Sernin. 4Félix Pasquier. Cartulaire de Mirepoix. Tome 1, p. 68. Éditions Privat. Toulouse. 1921.

« Nobiles Robertus de Riparia, condominio de Santo Saturnino, et Guassotus de Riparia, dominus de Villa Pomena, seu eorum pars, nobis graviter sunt conquesti quod, cum ipso mobiles, ad mandatum et requestam dicdi domini Mirapiscis [lacune] se venire. » 5Félix Pasquier. Cartulaire de Mirepoix. Tome 2, p. 392.

En 1524, Jeanne de Rabot, fille d’Antoine de Rabot, seigneur de Pomas, sœur de Pierre de Rabot, seigneur de Pomas, Cailhavel, Gaure, Saint-Sernin et Montgascon, épouse Jean de Sainte-Colombe, fils de Berenguier de Sainte-Colombe, seigneur d’Oupia, au diocèse de Saint-Pons, et co-seigneur d’Azillanet. En 1538, Marie de Rabot, dame de la sixième partie de Saint-Sernin, femme d’Antoine de Montesquieu, seigneur de Sournia, vend la susdite sixième partie de Saint-Sernin, avec privilèges de justice, à Peironne de Rabot, sa soeur, et à Pierre Dax, seigneur d’Axat, époux de cette dernière.

En 1542, Peironne de Rabot, femme de Pierre Dax, écuyer, seigneur d’Axat, et Pierre de Rabot, écuyer, seigneur de Pomas, son frère, se disputent l’héritage de feu leur oncle, Pierre de Rabot, seigneur de Saint-Sernin, Montgascon et Cailhavel 6Archives dép. de l’Aude. Titres concernant la famille Rabot, seigneurs de Pomas (transmis par mariage à la famille de Voisins), 1327-1589. Cote : 2 E 103/1-2. .

Le 2 juillet 1603, Gaspard de Villeneuve (né circa 1575), seigneur de Croisillat et de Beauville, épouse Françoise de Nogerolles, Dame de Saint-Sernin, fille d’Étienne de Nogerolles, devenu seigneur de Saint-Sernin par mariage avec Jeanne de Sainte-Colombe. Les Villeneuve demeureront seigneurs de Saint-Sernin jusqu’en 1732.

En 1639, comme nombre d’autres seigneurs, Noble Guillaume de Villeneuve de Nogerolles, seigneur de Saint-Sernin, lieutenant au château de Quérigut, obtient du juge mage de la sénéchaussée, ordonnance de dispense du service personnel du ban et arrière-ban, et de dispense ou décharge et modération de la taxe de commutation et de la contribution de ce service. 7MM. Mouynès et Dupont. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Aude. Archives civiles. Série B. Tome 2, p. x. Imprimerie P. Labau. Carcassonne. 1891.

En 1660, Noble Jean V de Villeneuve de la Croisille, seigneur de Saint-Sernin, épouse Germaine de Montfaucon, sa cousine, fille de Guillaume VI de Villeneuve Saint-Sernin et de Suzanne de Montfaucon. Les Montfaucon deviennent ainsi coseigneurs de Saint-Sernin. 8M. Pavillet. Histoire généalogique de la Maison de Villeneuve en Languedoc, p. 339. Imprimerie de Decourchant. Paris. 1786.

Le 19 janvier 1660, Joseph de Lévis, fils de Salomon de Lévis, baron d’Ajac, et de Catherine de Ferroul, épouse Thérèse de Montfaucon, fille de Marc Antoine de Montfaucon de Festes, marquis de Festes et Saint-André, et de Françoise Dax. Il devient ainsi par mariage seigneur de Saint-Sernin. 9Georges Martin. Histoire et généalogie de la maison de Lévis, p. 125. Imprimerie Sud Offset. 42150 La Ricamarie. 2007.

En 1681, Guillaume X de Villeneuve de Nogerolles, seigneur de Saint-Sernin, fait publier et homologuer le dénombrement qu’il a remis à Joseph de Lévis pour la seigneurie de Saint-Sernin. 10MM. Mouynès et Dupont. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Aude. Archives civiles. Série B. Tome 2, p. 47. Imprimerie P. Labau. Carcassonne. 1891.

En 1687, Maître Bernard Douanes, prêtre, curé de Saint-Sernin, introduit une insinuation à la sénéchaussée pour obliger Noble Gaspard de Villeneuve, seigneur de Saint-Sernin, fils de Guillaume X de Villeneuve, comme principal tenancier de la localité, à participer avec les autres contribuables aux frais de construction de la maison presbytérale de la paroisse. L’appointement rendu sur l’affaire fait droit aux conclusions du demandeur et condamne Noble Gaspard de Villeneuve à faire assembler les contribuables pour nommer un syndic, lequel sera tenu de faire bâtir, dans six mois, une maison presbytérale sortable aux revenus du bénéfice du demandeur. 11MM. Mouynès et Dupont. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Aude. Archives civiles. Série B. Tome 2, p. 90. Imprimerie P. Labau. Carcassonne. 1891.

Le 23 novembre 1732, Elizabeth de Lévis, Dame de Saint-Sernin, fille de Joseph de Lévis et de Thérèse de Montfaucon, épouse Louis de Cazemajou de Paza, seigneur de Rouffiac, fils de Louis de Cazemajou et de Marie de Niort, Dame de Ségure, et lui apporte ainsi par mariage la seigneurie dudit Saint-Sernin.

À partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, les coseigneuries se multiplient à Saint-Sernin.

Le 25 octobre 1750, François de Barthélémy de Gramont, baron de Lanta, qui accorde à Maître Jean Claude Déaddé, avocat, des lettres de provision de la charge de juge de Lanta et du pays Lantarois, apparaît dans les archives de la sénéchaussée du Lauragais en tant que co-seigneur de Saint-Sernin. 12MM. Mouynès et Dupont. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Aude. Archives civiles. Série B. Tome 2, p. 57. Imprimerie P. Labau. Carcassonne. 1891.

Entre 1766 et 1771, François de Varaigne, marquis de Bélesta, qui a épousé le 11 octobre 1768 Marie Gabrielle de Lordat, fille de Paul Jacques de Lordat, seigneur de Bram, de Lordat et de Villarsens, et de Jeanne Marie de Masnau, apparaît également dans les archives de la sénéchaussée du Lauragais, en tant que coseigneur de Saint-Sernin. 13MM. Mouynès et Dupont. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Aude. Archives civiles. Série B. Tome 2, p. 26. Imprimerie P. Labau. Carcassonne. 1891.

En 1782-1783, le sieur Jean Espinasse, négociant de Castelnaudary, poursuit la mise des biens de M. Bouzat-Fontbanides, de Castelnaudary, en distribution entre ses créanciers. Intervenant en instance, Marie Catherine ?, Dame de Saint-Sernin, femme du sieur Bouzat-Fontbanides, seigneur de Saint-Assiscle, obtient, pendant procès, une provision alimentaire de 375 livres payables de six en six mois d’avance. 14MM. Mouynès et Dupont. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Aude. Archives civiles. Série B. Tome 2, p. 60. Imprimerie P. Labau. Carcassonne. 1891.

Le 12 octobre 1790, la municipalité de Saint-Sernin est autorisée par le gouvernement révolutionnaire à poursuivre en remise de titres le sieur Louis Cazemajou, ancien seigneur dudit lieu. 15Archives départementales de l’Aude. Série L. Administrations et tribunaux révolutionnaires, 1790-1800.

2. Quelques images de l’église et du château de Saint-Sernin

saint_sernin_aude1.jpg

Ci-dessus : Église Saint Saturnin à Saint-Sernin.

saint_sernin_aude2.jpg

saint_sernin_aude3.jpg

saint_sernin_aude4.jpg

saint_sernin_aude5.jpg

saint_sernin_eglise2.jpg

Ci-dessus : vue plus ancienne de l’église.

saint_sernin_aude6.jpg

180418_saint_sernin2.jpg

saint_sernin_aude13.jpg

Ci-dessus : poignées nécessaires au sonneur de cloches.

saint_sernin_aude7.jpg

saint_sernin_aude8.jpg

saint_sernin_aude9.jpg

Ci-dessus : au-dessus du tabernacle, statue de Saint Saturnin.

180418_saint_sernin.jpg

Ci-dessus : trompe d’angle.

saint_sernin_aude10.jpg

saint_sernin_aude11.jpg

saint_sernin_aude12.jpg

saint_sernin_aude14.jpg

saint_sernin_aude15.jpg

saint_sernin_aude16.jpg

Ci-dessus : vestige d’une échauguette de l’ancien château de Saint-Sernin.

saint_sernin_aude17.jpg

saint_sernin_aude18.jpg

saint_sernin_aude19.jpg

Ci-dessus : ruines de l’ancien moulin.

saint_sernin_aude20.jpg

Ci-dessus : les Pyrénées, bleues, fantomatiques…

References

↑ 1. Saint-Sernin jouit du label « Village fleuri ».
↑ 2. Claudine Pailhès. L’Ariège des comtes et des Cathares, p. 53. Éditions Milan. 1992.
↑ 3. Jacques Lemoine. Histoire de la Bezole et de ses environs, p. 234. Societe d’etudes scientifiques de l’Aude. 1970.
↑ 4. Félix Pasquier. Cartulaire de Mirepoix. Tome 1, p. 68. Éditions Privat. Toulouse. 1921.
↑ 5. Félix Pasquier. Cartulaire de Mirepoix. Tome 2, p. 392.
↑ 6. Archives dép. de l’Aude. Titres concernant la famille Rabot, seigneurs de Pomas (transmis par mariage à la famille de Voisins), 1327-1589. Cote : 2 E 103/1-2.
↑ 7. MM. Mouynès et Dupont. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Aude. Archives civiles. Série B. Tome 2, p. x. Imprimerie P. Labau. Carcassonne. 1891.
↑ 8. M. Pavillet. Histoire généalogique de la Maison de Villeneuve en Languedoc, p. 339. Imprimerie de Decourchant. Paris. 1786.
↑ 9. Georges Martin. Histoire et généalogie de la maison de Lévis, p. 125. Imprimerie Sud Offset. 42150 La Ricamarie. 2007.
↑ 10. MM. Mouynès et Dupont. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Aude. Archives civiles. Série B. Tome 2, p. 47. Imprimerie P. Labau. Carcassonne. 1891.
↑ 11. MM. Mouynès et Dupont. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Aude. Archives civiles. Série B. Tome 2, p. 90. Imprimerie P. Labau. Carcassonne. 1891.
↑ 12. MM. Mouynès et Dupont. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Aude. Archives civiles. Série B. Tome 2, p. 57. Imprimerie P. Labau. Carcassonne. 1891.
↑ 13. MM. Mouynès et Dupont. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Aude. Archives civiles. Série B. Tome 2, p. 26. Imprimerie P. Labau. Carcassonne. 1891.
↑ 14. MM. Mouynès et Dupont. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Aude. Archives civiles. Série B. Tome 2, p. 60. Imprimerie P. Labau. Carcassonne. 1891.
↑ 15. Archives départementales de l’Aude. Série L. Administrations et tribunaux révolutionnaires, 1790-1800.

2 réponses sur “À Saint-Sernin, dans l’Aude. Une église champêtre. Un reste de château”

    1. Eh non, il n’y a aucune documentation sur l’église ni sur le village. Mais M. le Maire soigne cette église avec la plus grande attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *