Quand la maison de Lévis se défait du château de Mirepoix

 

On sait qu’après la triste histoire de Jean de Lévis Lomagne 1Cf. La dormeuse blogue : La triste histoire de Jean de Lomagne., seigneur de Roquefort, et la mort de ce dernier, en 1664, aucun membre de la maison de Lévis n’a plus habité le château dit « de Terride », qui a été jadis le château de Mirepoix. Celui-ci dès lors n’est plus entretenu.

 

Jean de Lévis Lomagne a testé en faveur de son neveu Gaston Pierre Charles de Lévis-Lomagne. Après la mort d’Anne-Gabrielle Henriette Antoinette de Bernard de Rieux, sa première épouse, mort survenue en 1736, Gaston Pierre Charles de Lévis-Lomagne, ruiné par les prodigalités de ses parents et deux siècles de dettes relatives aux légitimes de sa parentèle, ne parvient à rembourser la dot de la défunte (800 000 livres) qu’au prix de la cession du château de Terride à la famille Bernard de Rieux, i. e. aux descendants du grand financier Samuel Bernard, comte de Coubert.

 

Ci-dessus, de gauche à droite : Samuel Bernard, comte de Coubert, banquier, grand-père d’Anne Gabrielle Antoinette Bernard de Rieux ; Gabriel Bernard de Rieux, président de la Deuxième Chambre des Enquêtes au Parlement de Paris, président de la Chambre des comptes, mariè à Suzanne Marie Henriette de Boulainvilliers, père d’Anne Gabrielle Antoinette Bernard de Rieux et de Gabriel Henri Bernard de Rieux, marquis de Boulainvilliers.

Le château de Mirepoix cesse d’appartenir à la maison de Lévis Mirepoix à partir du 29 avril 1740, date de la cession 2Source : Siméon Olive, Inventaire historique et genéalogique des documents de la branche Lévis-Mirepoix, tome III, Privat, Toulouse, 1909.. Il revient à Gabriel Henri Bernard de Rieux, marquis de Boulainvilliers (1724-1798), frère de la défunte Anne Gabrielle Henriette Antoinette Bernard de Rieux (1721-1736), marié en 1746 à Marie Madeleine de Beauvoir de Grimoard du Roure, puis en 1748 à Adrienne Marie Madeleine Ulphe de Hallencourt, dont Anne Marie Joseph Bernard de Rieux (ca 1750), Adrienne Marie Gabrielle Bernard de Boulainvilliers (ca 1755), Anne Marie Louise Bernard de Rieux (1758-1781). Le marquis de Boulainvilliers vit à Paris. Il se désintéresse de cette propriété lointaine. Le château de Terride croule un peu plus.

 

Le Maréchal Clauzel acquiert le château après la Révolution et tente de le relever. Mais il connaît des problèmes financiers et laisse à sa mort une succession difficile à solder. Le château sera revendu par ses héritiers. Il devient à la fin du XIXe siècle propriété du procureur Moras, membre du tribunal qui prononce en 1905 l’acquittement du capitaine Dreyfus. Il appartient aujourd’hui à Raymond Roger, qui mène enfin, depuis plus de dix ans, la restauration dont avait rêvé sans y parvenir le Maréchal Clauzel.

 

 

Ci-dessus : plan de Terride, compoix de 1766.

A lire aussi :
Le premier mariage de Gaston Pierre Charles de Lévis Lomagne
Retour au château de Terride
L’ancienne enceinte fortifiée du château de Terride
Les rinceaux de la chapelle castrale de Terride en octobre 2009
Les rinceaux de la chapelle castrale de Terride
Au château de Terride
La triste histoire de Jean de Lévis Lomagne
Au pied du château de Terride, le couvent des Cordeliers
Terride en janvier

Notes   [ + ]

1. Cf. La dormeuse blogue : La triste histoire de Jean de Lomagne.
2. Source : Siméon Olive, Inventaire historique et genéalogique des documents de la branche Lévis-Mirepoix, tome III, Privat, Toulouse, 1909.
Ce contenu a été publié dans Midi-Pyrénées, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Quand la maison de Lévis se défait du château de Mirepoix

  1. Martine Rouche dit :

    Lequel Samuel Bernard s’était fait construire un hôtel particulier rue Bergère à Paris, rue dans laquelle déménage en septembre 1771 la maréchale de Mirepoix … hasard étrange …

Les commentaires sont fermés.