Christine Belcikowski

Publications 4

Robespierre chez Madame Dangé, place Vendôme

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

La scène se passe à la fin de l'Ancien Régime, dans un hôtel particulier de la place Vendôme, où Madame Dangé, épouse de François Balthazar Dangé (1693-1777), fermier général, tient salon.

« Un soir que, comme de coutume, elle recevait un monde fou, un de ses amis se crut permis de lui présenter un petit avocat de province arrivé de la veille à Paris pour terminer une affaire avec le cardinal de Rohan.
Cet homme était pincé, poudré, propret et avait l'air aussi aigre que s'il venait de manger du verjus.
Madame Dangé le reçut assez lestement, puis, se retournant vivement vers son ami, pendant que l'avocat provincial saluait profondément 
— Quelle est donc cette espèce que vous me présentez-là ? lui murmura-t-elle à l'oreille.
- M. de Robespierre, répondit à haute voix l'introducteur de celui-ci en appuyant fortement sur la particule ; puis, quand le petit avocat se fut un peu éloigné, il ajouta :
– La bête du bon Dieu, pas plus de fiel qu'un agneau.
— Pourquoi prend-il alors la figure d'un loup ? interrompit en riant la financière.
— Eh, mon Dieu ! simple erreur de la nature, ajouta l'ami ; car, je vous le répète, c'est un excellent homme, un peu vaniteux seulement, et adorant l'aristocratie à laquelle il cherche à s'attacher de toutes ses forces, n'importe par quel moyen : ainsi, près du cardinal, il s'est fait un vrai caniche ; si Son Éminence le rudoie, il le lèche ; elle lui donnerait du bâton qu'il dirait merci.
— C'est égal ; je ne me fierais pas à votre chien, j'aurais peur de la rage ! fit madame Dangé en levant légèrement les épaules ; puis elle s'éloigna et bientôt le nouveau venu fut bien loin de sa pensée.

Vous voyez que le salon de madame de Villeplaine (1) fut quasi historique, puisque c'est là que Robespierre fit sa première entrée dans le monde parisien où il devait jouer un si terrible rôle ! » (2)

robespierre.jpg

M.M.J. Roberspierre [sic], Chef du Committé [sic] du Salut public, « guillotinier », par Jean Urbain Guérin (1760-1836), dessinateur, et Johann Joseph Neidl (1776-1832), graveur. À Augsbourg, 1794.

-----

Madame Boscari de Villeplaine a repris et continué le salon de Madame Dangé place Vendôme.

2. Mme la Comtesse de Bassanville, Les Salons d'autrefois. Souvenirs intimes, Paris, P. Brunet Libraire-Éditeur, 1866, pp. 77-78.

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot kuss ?

Fil RSS des commentaires de cet article