Christine Belcikowski

Publications 4

L'air de la nuit

Rédigé par Belcikowski Christine 1 commentaire

À la fin comme au commencement, lorsque tu étais enfant,
tu vis dans un monde de forces et de magie opérante.
Le nez de Cléopâtre, s’il eut été plus court
Foin des futurs contingents !
Une feuille qui tombe ne change rien au destin du monde,
Insoucieux des serpents de la reine,
l’air de la nuit flue dans le lit
de ta fenêtre
haute,
et, tu sais quoi ?
— tu le sais bien,
au moins dans le pli du sommeil —
il est des nœuds secrets, des sympathies,
qui s'entretiennent entre le ciel et toi
et la terre, d'où tu viens,
— tu y retournes quand tu dors —
et les dieux, étoiles froides
dont la lumière s'éteint depuis toujours déjà,
mais dont le souffle, qui te parvient encore,
circule dans le dédale de tes os,
tibia... tenuis simplexque foramine pauco,
flûte... grêle de son, simple, percée de peu de trous (1).
Et la magie, c'est qu'ainsi visité par les forces de la nuit sans partage,
te voici reconduit au secret de ton origine,
quand tu savais encore penser comme une montagne (2)
une fleur, un oiseau,
et écrire sur la porte du ciel.

-----

1. Horace. Art poétique, v. 202-203.

2. Aldo Lépolod (1887-1948). L'Éthique de la terre: Suivi de : Penser comme une montagne. Petite Bibliothèque Payot-Classiques. 2019.

Classé dans : Non classé Mots clés : aucun

1 commentaire

#1  - marianne salon a dit :

Superbe!

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot axpota ?

Fil RSS des commentaires de cet article