Christine Belcikowski

Publications 4

Quelques toiles de Michel Barthélémy Ollivier

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Né le 24 août 1712 à Marseille, mort le 15 juin 1784 à Paris, Michel Barthélémy Ollivier (1) a été le peintre ordinaire de Louis François de Bourbon (13 août 1717-2 août 1776), comte de la Marche, duc de Mercœur, puis prince de Conti (1727), maréchal de camp en 1734, lieutenant-général en 1735, grand prieur de l'ordre de Saint Jean de Jérusalem du 16 avril 1749 au 2 août 1776.

conti_prince.jpg

Portrait de Louis François de Bourbon, gravé par Antoine Louis Romanet, d'après une peinture de Jean Baptiste Le Tellier.

À partir de 1770, après une brillante carrière militaire, puis une charge de ministre sans portefeuille, « Conti entre en opposition ouverte avec la politique du roi. Conseillé par sa maîtresse, la Comtesse de Boufflers, il protège les philosophes et tient dans son palais du Temple un salon souvent critique à l’égard de la Cour de Versailles. Il protège Jean Jacques Rousseau qu'il loge dans son château de Trie. Il verse une pension viagère de 2000 livres à Beaumarchais. Il est lui-même bon écrivain, bon orateur et habile musicien.

Dans le cadre de sa vie de prince opposant, il donne de grandes réceptions au Temple où est reçu le jeune Mozart, emploie un des orchestres les plus réputés de Paris, prend à son service le claveciniste Johann Schobert. Tous les lundis, il donne des soupers fameux, représentés par le peintre Michel Barthélemy Ollivier. Il donne également de magnifiques fêtes dans son château de L'Isle-Adam. » (2)

ollivier_souper_1766.jpg

Michel Barthélémy Ollivier. Souper du prince de Conti au Temple. 1766.

ollivier_the_1766.jpg

Michel Barthélémy Ollivier. Le Thé à l’anglaise dans le salon des quatre glaces au Temple, avec toute la cour du prince de Conti, écoutant le jeune Mozart. 1766. À gauche sur l'image, le petit Mozart ; au fond à gauche, la maréchale de Mirepoix, qui verse du thé à madame de Vierville ; à droite du joueur de guitare, le prince de Conti, vu de dos.

ollivier_isle_adam.jpg

Michel Barthélémy Ollivier. Fête donnée par le prince de Conti au prince héréditaire Charles Guillaume Ferdinand de Brunswick-Lunebourg, sous la tente, en forêt de Cassan, à l'Isle-Adam en 1766.

ollivier_chasse.jpg

Michel Barthélémy Ollivier. Le cerf pris dans l’eau devant le château de L'Isle-Adam. 1766.

ollivier_dames.jpg

Michel Barthélémy Ollivier. Le jeu de dames ; sans date.

ollivier_reunion_galante.jpg

Michel Barthélémy Ollivier. Réunion galante ; sans date.

Grand organisateur de fêtes galantes, grand collectionneur de tableaux, passionné de chasse à courre, Louis François de Bourbon, qui faisait profession d'athéisme, refusera de recevoir avant de mourir les sacrements de la religion.

temple_turgot.jpg

Ci-dessus : vue générale de l'Enclos du Temple, comprenant l'hôtel du grand prieur du Temple. Extrait du plan dit « de Turgot », réalisé entre 1734 et 1739 à la demande du prévôt des marchands, Michel Étienne Turgot, par Louis Bretez, membre de l'Académie de peinture et de sculpture et professeur de perspective.

Construit en 1665-1666 par Pierre Delisle-Mansart, l'hôtel du grand prieur du Temple, celui dans lequel Louis François de Bourbon donnait ses fameux soupers tous les lundis, a été démoli au XIXe siècle (3). Le château de l'Isle-Adam, quant à lui, l'a été en 1813.

isle_adam.jpg

Louis Gabriel Moreau l'Aîné (1740-1806). Le château des princes de Conti à L'Isle-Adam entre 1777 et 1798.

-----

1. Cf. Georges Reynaud. Les Ollivier peintres et sculpteurs marseillais XVIIe-XVIIIe siècle.

2. Wikipedia. Michel Barthélemy Ollivier.

3. Pour d'autres renseignements concernant l'histoire de l'hôtel du Temple, cf. Le forum de Marie Antoinette. L’Hôtel du Grand Prieur au Temple, chez le comte d'Artois.

Écrire un commentaire

Quelle est la cinquième lettre du mot aiwagf ?

Fil RSS des commentaires de cet article