Christine Belcikowski

Publications 4

Au XVIIIe siècle, merveilleuse méthode pour nettoyer les tableaux

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

La méthode que l'abbé Fourès, au XVIIIe siècle, dit « merveilleuse pour nettoyer les tableaux », n'a aujourd'hui plus cours. Elle est même formellement déconseillée. Mais elle conserve son intérêt historique. Voici comment, dans le curé de Prades, Ariège, s'occupait de rafraîchir le ou les tableaux de son église.

methode_tableaux.jpg

Archives dép. de l'Ariège. Prades (1632-1792). Document 1NUM/E116. Vue 338.

« Il faut d'abord les laver avec une éponge trempée dans de l'eau, où l'on mêlera un peu d'azur à l'huile. Lorsque le tableau sera bien sec, on y passera de l'huile grasse, dont voici la composition :

une livre d'huile de lin ou de noix, demi-livre de litharge d'or (1), demi-livre de minium et deux onces de terre d'ombre en pierre, forment cette huile grasse, que vous ferez bouillir à petit feu de charbon, ayant soin de bien remuer toutes ces drogues ; et lorsque le tout sera bien mêlé et disloqué, vous en frotterez le tableau avec la même éponge, aussi légèrement que vous le pourrez, desquels le tableau sera imbu ; et puis vous y passerez un blanc d'œuf frais, bien uniment, avec une éponge bien sèche et bien nette.

C'est un secret dont on s'est servi dans cette ville de tout temps sur des tableaux que le temps avait absolument gâtés, et qu'on dirait être neufs à présent.

Cet acte tiré de la feuille hebdomadaire de Toulouse du 18 décembre 1759, par moi, signé Fourès, curé de Prades. »

prades_ariege.jpg

-----

1. Cf. Pierre Pomet, marchand épicier et droguiste. Histoire générale des drogues simples et composées. Tome II. Article « De la litarge », p. 274 sqq. Chez Étienne Ganeau et Louis Étienne Ganeau fils. Paris. 1735.

Classé dans : Non classé Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot ivuq ?

Fil RSS des commentaires de cet article