Christine Belcikowski

Publications 4

À propos de Saint Maurice, patron de la cathédrale de Mirepoix

Rédigé par Belcikowski Christine 2 commentaires

Le 22 septembre 1209, Simon de Montfort et ses hommes s'emparent de la ville de Mirepoix, située à cette date sur la rive droite de l'Hers. L'église de la ville se trouvait placée alors sous le patronage de Saint Michel. L'illustre chef de guerre aurait entrepris par la suite de substituer à ce premier patronage celui de Saint Maurice.

Le 16 juin 1289, une inondation catatrophique emporte la ville de Mirepoix ainsi que son église supposément intitulée Saint Maurice. Guy III, seigneur de Lévis Mirepoix donne sur la rive gauche de l'Hers le terrain nécessaire à l'édification de la nouvelle ville de Mirepoix.

Le 6 mai 1298, Jean Ier de Lévis Mirepoix, fils de Gui III, pose la première pierre de la future cathédrale du nouveau Mirepoix, placée derechef sous le patronage de Saint Maurice. L'église actuelle conserve ce même patronage.

1. Le martyre de Saint Maurice et des siens

On doit à Saint Eucher, évêque de Lyon, dans une lettre adressée circa 425 à Salvius, ou Silvius, évêque du Valais, et recueillie dans le texte intitulé Passio Acaunensium martyrum (1), le premier récit du martyre de Maurice et de ses compagnons. On dispose également d'un récit anonyme, légèrement postérieur au précédent (2). Ces deux récits différent parfois dans l'interprétation des faits. Le récit que nous devons au narrateur anonyme semble aujourd'hui plus conforme aux réalités de la fin du IIIe siècle.

imperium.jpg

Ci-dessus : figure de l'imperium romain. Détail de la fresque représentant le martyre de Saint Maurice à la cathédrale de Mirepoix.

Durant l'automne 285, l'armée de Maximien Hercule, adjoint alors de l'empereur Dioclétien, franchit le col du Mont Jovis, aujourd'hui col du Grand Saint-Bernard, afin, selon Eucher, d'aller réduire en Gaule la fraction de la population qui est chrétienne ; ou afin, selon le narrateur anonyme, d'aller combattre en Gaule les Bagaudes (1) et défendre plus au nord la frontière du Rhin. Maximien ordonne le rassemblement de ses troupes à Octodurum (aujourd'hui Martigny, dans le canton suisse du Valais) selon Eucher, pour l'organisation de la persécution des chrétiens ; selon le narrateur anonyme, pour le renouvellement du serment militaire et l'offrande d'un sacrifice sur les autels des dieux.

L'effectif des troupes romaines se trouve augmenté d'une légion de Thébains, ou plutôt d'un détachement de la deuxème légion trajane, constitué de soldats choisis pour leur combativité, ordinairement affectés à la défense des frontières de l'Égypte et stationnés jusqu'alors en Thébaïde (2), d'où leur nom de Thébains.

Maurice est primicerius, ou centurion primipile (3), i.e. capitaine de cette légion thébaine ; Candide est princeps, i.e. premier lieutenant ; Exupère est signifer, i.e. porte-enseigne.

Soldats accoutumés au renouvellement du serment militaire, Maurice, Exupère et Candide ne sauraient en revanche participer au sacrifice sur les autels des dieux, car, comme leurs cinq cents hommes, ils sont chrétiens. C'est pourquoi, brûlant l'étape d'Octodurum, ils choisissent d'établir leur camp à Agaune (aujourd'hui Saint-Maurice, à 15 km de Martigny, dans la canton suisse du Valais), endroit où la vallée du Rhône se resserre pour former une sorte de défilé.

saint_maurice_pont.jpg

Ci-dessus : vue du pont Saint Maurice sur la route de Saint-Maurice.

Maximien fait savoir à Maurice qu'il requiert le retour de la légion thébaine à Octodurum. Comme Maurice et ses hommes s'y refusent au nom de leur foi, Maximien ordonne qu'on procède à leur décimation pour rébellion. Comme la décimation ne suffit pas à ébranler la résistance des Thébains, Maximien ordonne qu'on les tue tous. Maurice, Exupère, Candide et tous les Thébains s'offrent alors d'un seul cœur, armes déposées au sol, au massacre annoncé.

saint_maurice_mirepoix.jpg

Ci-dessus : Martyre de Saint Maurice. Fresque non documentée. Cathédrale de Mirepoix.

Vers 360-380, les corps des martyrs sont « révélés » à Théodore, évêque d'Octodurum. Celui-ci les fait ensevelir à Agaune, où il bâtit une basilique en leur honneur. (4)

saint_maurice_abbaye.jpg

Ci-dessus : vue de l'abbaye Saint Maurice, aujourd'hui.

saint_maurice_detail.jpg

Ci-dessus : Saint Maurice. Détail. Chapelle Sigismond à l'abbaye Saint Maurice.

2. Preuves du martyre de la légion thébaine

À partir de la fin du XVIIe siècle, nombre d'auteurs protestants contestent l'authenticité du martyre de Maurice et des siens.

2.1. La controverse

Ézéchiel Spanheim (1629-1710), diplomate brandebourgeois à Paris, est le premier à dire, dans son Introduction à l'histoire ecclésiastique, que le martyre de la Légion thébaine n'est qu'une fable. Il fonde son assertion, entre autres arguments, sur la constatation que Sulpice Sévère (v. 360-v. 420) n'en a point parlé dans son Abrégé d'histoire sacrée. Il est suivi dans sa critique par nombre de ses coreligionnaires, dont plus spécialement Johann Jakob Spreng (1699-1768) en Suisse, et Voltaire en France, dans son Traité de la tolérance, (1762-1763) : « Qu’on voie combien la fable de la légion thébaine ou thébéenne, massacrée, dit-on, tout entière pour la religion, est une fable absurde. » (5)

2.2. Des preuves

« Le temps, remarque circa 425 Saint Eucher, n'a pas encore jeté l'oubli sur la mort des Martyrs d'Agaune. C'est pourquoi il se propose de noter avec fidélité ce que rapporte la tradition constante. Il indique qu'il a pris soin de s'informer sur cet objet, ayant le souci de connaître la vérité. Pour cela, il a interrogé Isaac, vieillard, évêque de Genève. Ce dernier tient ses informations de Théodore, évêque du Valais, qui a fait relever les corps des martyrs vers 360-380. » (6)

Pierre de Rivaz (1711-1772), notaire à Saint-Maurice, qui a longtemps travaillé sur les preuves du martyre d'Agaune et laissé à ce propos des Éclaircissements sur le martyre de la Légion thébénne, ouvrage publié en 1779 par l'abbé Anne Joseph Rivaz, son fils, affiche la certitude suivante :

« Moins de cent ans après le martyre, Théodore a relevé les corps. L'endroit où ils se trouvaient a pu être indiqué par des chrétiens qui ont été les témoins du martyre ou qui ont été renseignés par leurs parents. Si le martyre n'avait pas eu lieu, le geste de saint Théodore serait une farce inimaginable. Face à une population qui ne connaît rien de l'événement, il affirme qu'il a découvert les restes de chrétiens martyrisés aux portes de la localité, moins de cent ans auparavant. Il pousse l'audace jusqu'à construire une chapelle en leur honneur. Devant un tel acte, la population aurait protesté. Or rien de tel ne s'est produit, ce qui permet de conclure que le martyre des soldats était connu de la population agaunoise. » (7)

3. D'où vient que l'église cathédrale de Mirepoix ait été placée sous le patronage de Saint Maurice ?

3.1. De Marseille à Mazerette, le culte de Saint Maurice ?

Le culte de Saint Maurice s'est développé au IVe siècle dans l'Est de la France, et plus spécialement dans la vallée du Rhône, i.e. à proximité du lieu du martyre de la légion thébaine. Comment en est-il venu à s'implanter en Languedoc et à supplanter à Mirepoix le culte plus ancien de Gauderic, le saint local ?

Il se trouve qu'avant 1079, des moines venus de l'abbaye de Saint Victor de Marseille fondent sur le site de l'ancienne ville de Mirepoix, sur la rive droite de l'Hers, le prieuré de Mazerette. En 1079, ils reçoivent confirmation du pape Grégoire VII. Il n'est pas impossible qu'ils aient transporté avec eux jusqu'à Mazerette le souvenir du martyre de Saint Maurice.

Composée vers la fin du IVe ou au commencement du Ve siècle, l'histoire de Saint Victor de Marseille comporte en effet un passage relatif aux martyrs thébains :

« L'arrivée de Maximien à Marseille jeta l'épouvante parmi le grand nombre de nos chrétiens, à cause du sang des Fidèles qu'il avait répandu, avec plus de cruauté que ses prédécesseurs, partout et spécialement dans toutes les Gaules, et principalement à cause du fameux massacre des Thébains à Agaune. » (8)

3.2. De Simon de Montfort à Saint Maurice

Parti de Lyon, patrie de Saint Eucher, évêque sous l'épiscopat duquel le culte de Saint Maurice avait commencé de se développer, Simon de Montfort pourrait y avoir puisé l'idée de faire de Maurice, un saint militaire, l'emblême très politique de la croisade qu'il est censé mener en Languedoc au nom de la droite foi. D'où, après 1209, le caractère plausible du patronage mauricien dont aurait pu se réclamer bientôt l'église du premier Mirepoix.

En 1081, l'évêque Bennon, témoin des jeux de pouvoir auxquels se livrent au cours de son siècle les papes et les rois, s'intéresse aux raisons sur lesquelles se fonde alors l’utilisation politique de la passion de Saint Maurice et des siens. « Conformément au texte d’Eucher de Lyon, il note que les Thébains, respectueux de leurs engagements envers Dieu et envers l’empereur, ont refusé de porter les armes contre leurs co-religionnaires et qu'ils ne les ont pas utilisées davantage contre Maximien. Se référant ensuite à Grégoire le Grand, il rappelle la fonction exemplaire qui est celle des saints. Se plaçant là sous l’autorité de Jérôme, il souligne la nécessité de ne pas trahir les serments faits au nom de Dieu. Il poursuit son raisonnement avec le modèle du Christ qui se soumettait aux lois des rois de la terre pour ne pas être cause de scandale et qui avait exigé de Pierre, à l’entrée de Caphernaüm, qu’il paie les deux drachmes du péage.

Au moment où les serments s’oublient, où on les prête et les dénonce au gré des circonstances et des intérêts, la palme que porte le martyr est autant une solennelle exhortation qu’une revendication politique. Grégoire VII déclare pouvoir délier des sujets de leur fidélité à leurs seigneurs si ceux-ci sont iniques ; Bennon rappelle, lui, que l’important n’est pas de savoir à qui l’on prête serment mais au nom de qui. Gagner le camp adverse, fût-ce avec le soutien pontifical, c’est négliger le divin témoin des promesses faites alors qu’il en est le garant.

Fondé sur le martyre qui fit de Maurice et de ses compagnons des saints à vocation exemplaire, le raisonnement ne peut être mis à mal que par la négation de leur sainteté. Cette exécution des Thébains est fortement instrumentalisée car, plus que l’inébranlable foi qui les habitait, on met en exergue, en s’appuyant sur des récits hagiographiques reconnus, leur fidélité absolue. Avertissement pour les uns, encouragement pour les autres, l’image de la victime remplit parfaitement la mission pédagogique qui est sienne. Elle est aussi la manifestation consciente d’un choix politique assumé et l’instrument efficace d’une propagande solidement fondée. » (9)

saint_maurice_chateau.jpg

Ci-dessus : détail de la fresque dédiée à Saint Maurice. Cathédrale de Mirepoix.

C'est là en tout cas, dixit la tradition, ou la légende ? la propagande que Simon de Monfort aurait choisi de faire valoir à Mirepoix après 1209 ; et c'est là, très clairement, la propagande que Jean de Lévis fait sienne quand il pose en 1298 la première pierre de la future cathédrale Saint Maurice. « Dieu aide au second chrétien Lévis », dit la devise de cette maison. En plaçant cette cathédrale sous le patronage de Saint Maurice, le chrétien Lévis fait du saint militaire le modèle dont tout chrétien doit se réclamer comme lui : fidélité absolue, et à Dieu et à l'Empereur, ici au Roi, et au seigneur qui tient du Roi son pouvoir.

Il importe peu, dans ces conditions, de savoir si Saint Maurice était blanc ou noir. On trouve ici et là les deux versions. Dieu, de toute façon, reconnaît toujours les siens.

saint_maurice_1453.jpg

Ci-dessus : Saint Maurice, portant la palme du martyre. Miniature extraite de la Passion de saint Maurice et de ses compagnons de Jacopo Antonio Marcello. 1453.

saint_maurice_grunewald.jpg

Ci-dessus : Rencontre de Saint Anselme et de Saint Maurice. Mathias Grünewald. 1520-1524.

-----

1. Bagaudes : nom donné aux bandes armées de paysans sans terre, d'esclaves, de soldats déserteurs et de brigands qui ont rançonné le nord-ouest de la Gaule du IIIe au Ve siècle.

2. Thébaïde : nom d'une province égyptienne du Bas-Empire romain. Capitale : Thèbes.

3. Primipile, littéralement : premier javelot (pilum).

4. Cf. Claude Martingay. Les Passions de S. Maurice d'Agaune : essai sur l'historicité de la tradition et contribution à l'étude de l'armée pré-dioclétienne. Chez l'auteur. Genève. 1989.

5. Jean-Michel Roes. Le martyre de la Légion Thébaine et la controverse autour de l’historicité du XVIe au XVIIIe siècle. 2003.

6. Henri Michelet. Pierre de Rivaz, inventeur et historien (1711-1772). Troisième partie : Études historiques. Chapitre 1 : Éclaircissements sur le martyre de la légion thébaine, pp. 201-228.

7. Ibidem.

8. Ibid.

9. Esther Dehoux. Le martyr, l’empereur, le roi. L’instrumentalisation de la victime ? (Empire – royaume de France, XIe-XIIIe siècle) », La victime. I – Définitions et statut.

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

2 commentaires

#1  - Saves Mélanie a dit :

Bonjour et merci pour vos recherches, encore une fois!
Bien à vous,
Mélanie (guide conférencière)

Répondre
#2  - Belcikowski Christine a dit :

Merci de ce signe d'amitié.
Christine

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot teaup ?

Fil RSS des commentaires de cet article