Christine Belcikowski

Publications 4

Toulouse. Fondation Bemberg. Quelques images de l'exposition « Même pas peur !»

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

rothschild1.jpg

Conçue par Hubert Le Gall et Sophie Motsch, la mise en scène de l'exposition Même pas peur ! commence dès l'entrée dans la cour de l'hôtel d'Assézat. Elle se poursuit tout au long du parcours d'accès au bureau d'accueil de l'exposition. Effet garanti.

rothschild2.jpg

rothschild3.jpg

rothschild4.jpg

Ci-dessus : dans le bureau d'accueil de l'exposition.

L'exposition Même pas peur ! vient du musée des Arts décoratifs, dit aussi musée Jacquemart-André (158, boulevard Haussmann, Paris VIIIe arr.). Elle intéresse la curieuse collection constituée avant 1926 par Mathilde Sophie Henriette de Weisweiller (Francfort, 1872 - Bagnières-de-Bigorre, 1926) , devenue en 1895, par son mariage avec Henri James Charles Nathaniel de Rothschild, baronne Henri de Rothschild.

Henri de Rothschild, qui est docteur en médecine, même s'il n'a jamais exercé en tant que tel, finance nombre d'établissements hospitaliers, dont l'hôpital de Berck, et il finance aussi les recherches de Pierre et Marie Curie. Il est par ailleurs auteur dramatique à succès, sous le nom d'André Pascal, Charles des Fontaines, etc.

rothschild_mathilde_honneur.jpg

Ci-dessus : Légion d'honneur (base Léonore). Mathilde de Rothschild. Cote : LH/2387/4.

Mathilde de Rothschild, de son côté, fonde avec la duchesse d'Uzès l'automobile club des femmes de Paris ; elle goûte aussi aux sensations de l'aviation débutante. Entre 1905 et 1910, elle traduit de l'allemand trois livres du Professeur Albert Adamkiewicz : Pensée inconsciente et vision de la pensée : essai d'une explication physiologique du processus de la pensée et de quelques phénomènes "surnaturels" et psychopathiques (1906) ; La Force innée de la matière et la pensée dans l'univers. Étude sur les rapports de l'áme avec les autres forces de la nature (1908) ; Les véritables centres du mouvement et l'incitation motrice volontaire ou L'acte de volonté (1910).

infirmiere.jpg

Le 14 janvier 1922, Mathilde de Rothschild est nommée chevalier de la Légion d'honneur pour l'activité d'infirmière major qu'elle a exercée sur le front de 1917 à 1918, ainsi que pour la fondation en 1902 de la Polyclinique Henri de Rothschild. En 1925, elle publie chez Calmann-Levy le récit de son expérience de guerre, intitulé Les Ailes blanches sur la Croix-Rouge.

beraud_rothschild.jpg

Ci-dessus : Jean Béraud. Portrait de Mathilde de Rothschild. 1895.

Interdit à la photographie dans le cadre de l'exposition Même pas peur !, mais figure tutélaire de ladite exposition, un tableau de Jean Béraud daté de 1895, représente Mathilde de Rothschild jeune et jolie, comme on peut le vérifier sur une petite reproduction de ce même tableau disponible sur le site de l'INHA.

Le musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme conserve une photo de Mathilde de Rothhschild datée de 1897.

rothschild_photo.jpg

Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme.

Quelques-unes des pièces de la collection de Mathilde de Rothschild viennent directement de la collection constituée naguère par le bibliophile Maurice Le Barbier de Tinan (1842-1918), collection vendue les 7 et 8 mars 1919 après le décès de ce dernier.

« Maurice Le Barbier de Tinan (1842-1919), bibliophile, possédait une importante collection de têtes de mort et squelettes qu'il exposait dans son salon transformé en musée ». Le catalogue (1) de la vente des 7 et 8 mars 1719 indique que Maurice Le Barbier de Tinan possédait, entre autres, les pièces suivantes :

24. Tête de mort et banderoles. Bois.
25. Tableau. Cuivre. Tête de mort, vase de fleurs et pipe, posés sur une Table. Cadre en bois noir. Écolefrançaise. XVIIe siècle.
56. Petit écrin en cuir noir, en forme de sarcophage ; il est orné d'une tête de mort, de fleurs de lis et de diverses inscriptions latines et françaises : Spes mea deus. Tel suis huy. Tel demain seres. Etc. XVIIe siècle.
76. Deux têtes de mort, posées sur deux tibias entrecroisés. Bronze.
125. Tambour à caisse peinte, orné d'une tête de mort.
204. Pendant de chapelet en ivoire sculpté, présentant d'un côté, un homme et une femme côte à côte, vus à mi-corps ; et de l'autre, une figure symbolique de la mort tenant une pelle. À la base, un fleuron. XVIe siècle.
205. Grain de chapelet en ivoire sculpté, présentant deux têtes de mort, dont l'une est décharnée, et d'où s'échappent des serpents, des crapauds et des lézards. Autour du socle, l'inscription : AINSI SERONS-NOUS HUY OU DEMAIN. XVIe siècle.
206. Grain de chapelet en ivoire sculpté, présentant d'un côté une tête de femme coiffée d'un bonnet plissé ; de l'autre côté, une tête de mort. Sur la base, les inscriptions : MEMENTO MOVRIR. XVIe siècle.
210. Statuette en ivoire sculpté, présentant un homme mort gisant. XVIIe siècle.
211. Deux grains de chapelet, l'un en ivoire sculpté, orné de trois têtes : le Christ, la Vierge, la Mort ; l'autre grain, en ébène, présente une tête de mort. XVIe siècle.
212. Six petites têtes de mort, en bois et en ivoire. L'une d'elle à la mâchoire articulée.
213. Grosse tête de mort en ivoire sculpté. XVIIe siècle.
216. Petite tête de mort, en cristal de roche. XVIIe siècle.
217. Trois petites têtes de mort, en bois, en fer et en bronze.
252. Frise en bois sculpté et découpé, présentant un médaillon rond orné d'une tête de mort, soutenu par deux grotesques terminés en rinceaux. XVIe siècle.
267. Pilastre en bois sculpté, surmonté d'un chapiteau feuillage ; il est orné d'un enfant nu, jouant avec des têtes de mort, entouré de mascarons, de vases et de rubans. À la partie inférieure, un cartel porte la date 1540. Travail espagnol. XVIe siècle.
291. Tête de mort en bois finement sculpté Écrin en cuir. XVIIe siècle.
292. Deux têtes de mort, l'une en bois, l'autre en faïence blanche.
293. Tête de mort en bois sculpté.
294. Grain de chapelet en buis, formé d'une tête de mort mi-partie décharnée. Il se trouve renfermé dans un petit écrin en cuir fauve orné de dorures. XVIIe siècle.
295. La mort, figurée sous l'aspect d'un grand squelette d'applique en bois sculpté. La mâchoire est articulée. XVIIe siècle.
296. Squelette d'homme, en buste, la tête et les épaules couvertes d'un voile. Bois sculpté et peint. XVIIe siècle.
297. La mort, figurée sous l'aspect d'un squelette en bois sculpté, représenté debout. XVIIe siècle. 298. Deux squelettes d'homme, en bois sculpté et peint.
308. Bande en velours noir brodé d'or et d'argent, décorée de rinceaux et d'une tête de mort. XVIe siècle.
309. Petit coussin, en ancienne tapisserie au petit point, présentant une tête de mort disposée sous un baldaquin. XVIIe siècle.

Lors de la vente de la collection de Maurice Le Barbier de Tinan , Mathilde de Rothschild acquiert à l'Hôtel Drouot les lots 25, 125, 252 et 308 (2). Ceux-ci figurent dans la collection léguée par la baronne en 1926 au musée des Arts décoratifs, et conséquemment, ils figurent aussi dans l'exposition Même pas peur !. Je ne les ai toutefois pas tous photographiés par principe, préférant m'en tenir aux pièces de la collection qui, pour une raison ou une autre, m'ont plu.

rothschild5.jpg

rothschild6.jpg

Ci-dessus : créature démoniaque inspirée de la gravure du XVIIe siècle reproduite ci-dessous.

elapsum_tempus.jpg

Ci-dessus : Theodoor Galle (graveur flamand). Elapsum Tempus et Occasionem insequutur, non assequuntur (circa 1612-et 1633). Allégorie du Temps et de l'Occasion pour la jeunesse. Scène allégorique avec un groupe de jeunes hommes au premier plan, chassant l'Occasion (avec des cheveux couvrant son visage et le globe du zodiaque) ; deux créatures démoniaques à gauche ; le Temps (avec la faux et le sablier) volant loin dans le coin supérieur droit ; lettres A,B, C, D, E, F dans la composition, expliquées en latin en marge inférieure. British Museum.

rothschild7.jpg

Ci-dessus : Transi de femme. Terre cuite polychrome. Premier tiers du XVIe siècle. Œuvre attribuée un temps à Antonio Begarelli (Modène, 1499 - Modène, 1565).

rothschild8.jpg

Ci-dessus : chapelet en ivoire.

rothschild9.jpg

Ci-dessus : détail de La Mort s'appuyant sur sa faux et tenant un glaive. Tilleul, dorure, argenture. Entourage de Giovanni Giulani (1664-1744). Allemagne.

rothschild10.jpg

Ci-dessus : Johann Elias Ridinger 1698-1767), graveur ; August Winde. Memento mori (circa 1760). Gravure en manière noire. Inscription, extraite du Livre de Ben Sirach le Sage : « Quid quid agis, prudente agas et respire Finem. Was du trust so bedenke das Ende, so wirst Du nimmermehr übels thun ». Traduction globale : « Quoi que tu fasses, fais le avec prudence, sans perdre de vue la fin ».

rothschild12.jpg

Ci-dessus : Vincenzo Dandini (1607-1678). Portrait d'homme au crâne. Huile sur toile. Il pourrait s'agir d'un autoportrait allégorique.

rothschild11.jpg

Ci-dessus : Squelette dans un linceul, assis sur un tombeau. Ivoire. France, 1547. Inscription : « P tu es, tu deviendras comme je suis ».

rothschild14.jpg

Ci-dessus : Épingle de cravate banquier fumant le cigare. Or, émail, diamants taille rose. Paris, circa 1890-1900. Texte du cartel : « C'est une véritable caricature du bourgeois capitaliste, en particulier du banquier, fumant un gros cigare et portant des bésicles. La baronne de Rothschild, en achetant ce bijou, a fait preuve d'une certaine autodérision. »

rothschild13.jpg

Ci-dessus : netsuke, sculptures miniatures habituellement attachées à un cordon servant à retenir les objets transportés dans les manches du traditionnel kimono japonais.

rothschild15.jpg

Ci-dessus : netsuke, présenté dans un bel effet de mise en scène.

rothschild16.jpg

Ci-dessus : autre netsuke, présenté dans le même effet de mise en scène. Je n'y résiste pas !

L'exposition Même pas peur comprend, ajoutées à la collection de Mathilde de Rothschild, diverses pièces dues à des artistes plus modernes ou contemporains : Miquel Barcelò, Erik Dietman, Gehrard Richter, Jean-Michel Alberola, Robert Mapplethorpe, Gabriel Orozco, Annette Messager, Niki de Saint-Phalle, Brassaï, Yan Pei-Ming, Giuseppe Penone, Jean-Michel Basquiat, Georges Braque, Pablo Picasso, Stéphane Balkenhol.

dietman.jpg

Ci-dessus : Erik Dietman (1937-2002). La Sainte Famille à poil. Nature morte pour carême. Crânes, fémurs et fer. Circa 1990.

richter.jpg

Ci-dessus : Gehrard Richter. Skull. 1983. Huile sur toile.

alberola.jpg

Ci-dessus : Jean-Michel Alberta. Crâne. Néon. 1995.

Memento mori... On s'en souvient, certes, comme la collectionneuse s'en souvenait tragiquement après la Grande Guerre. Mais il y a aussi de l'humour dans la collection de Mathilde de Rothschild, et il y en a encore dans la mise en scène de l'exposition. On ressort finalement de cette exposition Même pas peur !, tout riant !

1. Cf. Bibliothèque numérique de l'INHA. Catalogue des objets d'art, bois sculptés, cuirs, objets variés, armes, outils, faïences, porcelaines, tapisserie, étoffes, tableaux, dessins, livres principalement des XVe et XVIe siècles, dessin, estampes & autographes par F. Rops composant la collection de feu M. Le Barbier de Tinan et dont la vente après décès, aura lieu à Paris Hôtel Drouot, salle n°10 les vendredi 7, et samedi 8 mars 1919 à deux heures.

2. Ibidem.

Classé dans : Non classé Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot dldvj ?

Fil RSS des commentaires de cet article