Christine Belcikowski

Publications 4

De quelques demoiselles de Saint-Cyr, issues des diocèses de Pamiers, Carcassonne, Saint-Papoul, Alet, ou Narbonne

Rédigé par Belcikowski Christine 2 commentaires

saint_cyr_1690.jpg

Ci-dessus : vue de la maison royale de Saint Louis, à Saint Cyr, circa 1690, à l'occasion d'une visite officielle de Louis XIV et de Madame de Maintenon.

Fondée en 1686 par Louis XIV à l'instigation de Madame de Maintenon, édifiée par Jules Hardouin-Mansart en bordure de Versailles sur le domaine de Saint-Cyr, la Maison royale de Saint Louis est une institution éducative destinée « aux filles des gentilshommes tués ou ayant ruiné leur santé et leur fortune pour le service de l'État ». Cette maison peut accueillir 250 pensionnaires. La lecture du mortuaire de la maison montre que les pensionnaires mouraient assez nombreuses, victimes des infirmités dont elles se trouvaient nativement porteuses, ou atteintes de consomption, affection rendue particulièrement contagieuse par la clôture de ladite maison.

Le règlement stipule que « aucune demoiselle ne pourra être pourvue de l’une de ces places, si elle n’est âgée au moins de sept ans ; celles qui en auront plus de douze ne pourront y être admises. Il faut que la demoiselle qui sera présentée soit en état de justifier une possession de noblesse de cent quarante ans consécutifs. [...]. Après le brevet expédié la demoiselle entrera dans la dite maison, pour y être élevée jusqu’à l’âge de vingt ans accomplis. Les parents qui voudront les voir, pourront y venir seulement dans les huit jours des octaves des quatre fêtes annuelles ; savoir : Pâques, Pentecôte, Toussaint et Noël, à commencer le lendemain de chacune de ces fêtes. » (1)

Les demoiselles sont admises à la Maison royale de Saint Louis le lendemain même de la validation de leurs preuves de noblesse. Elles y bénéficient d'une prise en charge gratuite, comprenant pension complète, instruction religieuse et profane, ainsi qu'ouverture aux arts et plus spécialement au théâtre.

Lorsqu'elles quittent l'établissement à la fin de leur séjour, ces demoiselles reçoivent une dot de 3000 livres destinée à leur assurer un mariage convenable ou à leur permettre d'entrer au couvent.

Le 16 août 1792, l'Assemblée législative décrète la fermeture de la Maison royale de Saint Louis. Le personnel et les pensionnaires encore présentes quittent définitivement l'établissement en mars 1793. Celui-ci est alors transformé en hôpital militaire.

saint_cyr_3.jpg

Ci-dessus : la maison royale de Saint Louis au début du XVIIIe siècle.

Parmi les 250 pensionnaires accueillies de 1686 à 1793 à la Maison royale de Saint Louis, celles qui viennent des diocèses de Pamiers, Carcassonne, Alet, ou Narbonne, constituent une toute petite minorité. Dans l'ouvrage dédié par Fleury Vindry en 1908 aux Demoiselles de Saint-Cyr (2), on relève les noms qui suivent...

1. Thérèse de Couderc d'Antugnac

Thérèse de Couderc d'Antugnac, Antugnac, baptisée le 16 octobre 1684 (3) à Antugnac (paroisse Saint-André), fille de François de Couderc, seigneur d'Antugnac, et de Marguerite de Villoutreys.
Preuves de noblesse : 11 juillet 1695. Bulletin de sortie : 4 novembre 1704. Dot : 19 août 1705. Puis novice aux Carmélites de Blois.

2. Anne Marie Thérèse Jeanne de la Treille Fosières

treille_anne_1739.jpg

treille_anne_1739_2.jpg

15 octobre 1739. Ondoiement d'Anne Marie Thérèse Jeanne de la Treille de Fosières. Archives dép. de l'Aude. Narbonne. Paroisse Saint-Sébastien (1735-1758). Document 100NUM/AC262/GG63. Vues 79-80.

Anne Marie Thérèse Jeanne de la Treille de Fosières, ondoyée le 15 octobre 1739 à Narbonne (paroisse Saint-Sébastien), fille de Jean François de la Treille, seigneur de Fosières et de Boutenac, et de Marie Thérèse de Gléon de Durban.
Preuves de noblesse : 20 juillet 1750. Bulletin de sortie : 12 octobre 1759. Professe : 27 avril 1762. Dot : 30 avril 1764. Novice visitandine, rue Saint Antoine, à Paris, puis visitandine à Vienne (Autriche) à partir du 10 septembres 1764. Supérieure des Visitandines de Vienne de 1782 à 1798. Du 16 juin 1791 au ler mai 1793, sous le nom de Sœur Isabeau, la même Anne Marie Thérèse Jeanne de la Treille de Fosières contribue à la fondation d'un couvent de Visitandines à Mantoue. Par la suite, elle contribue encore à la fondation d'un couvent de Visitandines à Venise. Elle y meurt le 3 février 1812.

3. Poncie Marie Anne de la Treille Fosières

treille_poncie_1744_1.jpg

treille_poncie_1744_2.jpg

4 décembre 1744. Ondoiement de Poncie Marie Anne de la Treille de Fosières. Archives dép. de l'Aude. Narbonne. Paroisse Saint-Sébastien (1689-1746). Document 100NUM/5E262/28. Vues 182-183.

Poncie Marie Anne de la Treille-Fosières, ondoyée le 4 décembre 1744 à Narbonne (paroisse Saint Sébastien), sœur de d'Anne Marie Thérèse Jeanne de la Treille de Fosières, fille de Jean François de la Treille et de Marie Thérèse de Gléon de Durban. Professe visitandine à Paris sous le nom de Sœur Marie-Josèphe, le 6 mai 1764). Elle suit sa sœur à Vienne (Autriche) le 10 septembre 1764. Elle y meurt le 19 décembre 1818.

4. Marie Marguerite d'Aymini de Mablanc

aymini_marie_1755.jpg

27 novembre 1755. Baptême de Marie Marguerite d'Aymini de Mablanc. Archives dép. de l'Aude. Laredorte (1748-1766). Document 100NUM/5E190/1. Vue 87.

Marie Marguerite d'Aymini de Mablanc, baptisée le 27 novembre 1755 à Laredorte (paroisse Saint Pierre ès Liens), fille d'Alexandre d'Aymini, seigneur de Mablanc, et de Madeleine de Fogasse-Chateaubran.
Preuves de noblesse : 26 mars 1765. Pension pour infirmité du 6 décembre 1770 au 2 juin 1775. Bulletin de sortie : 1775.

5. Marie Françoise Andrée, dite Magdeleine Dupac de Bellegarde

dupac_marie_1756_1.jpg

dupac_marie_1756_2.jpg

25 avril 1756. Baptême de Noble Marie Françoise Andrée Dupac. Archives dép. de l'Aude. Bellegarde-du-Razès (1737-1769). Document 100NUM/5E32/1. Vues 103-104.

dupac_marie_1795_1.jpg

dupac_marie_1795_2.jpg

21 pluviôse an III (9 février 1795). Décès de Magdeleine [Marie Françoise Andrée] Dupac. Archives dép. de l'Aude. Limoux. Actes de décès (1793-1796). Document 100NUM/5E206/23. Vue 175.

Marie Françoise Andrée, dite Magdeleine Dupac de Bellegarde, baptisée 25 avril 1756 à Bellegarde (Aude), fille de Jean Pierre Dupac de Bellegarde, seigneur de Bellegarde, chevalier de Saint Louis, et de Marie Thérèse de Gros.
Bulletin de sortie : 1 avril 1776. Dot : 7 janvier 1778. Chanoinesse de Neuville-en-Bresse du 19 mai 1771 au 2 décembre 1790). Morte de la petite vérole à Limoux le 21 pluviôse an III (9 février 1795).

6. Thérèse Josèphe de Grave

grave_therese_1760_1.jpg

grave_therese_1760.jpg

4 janvier 1760. Baptême de Thérèse Josèphe de Grave. Archives dép. de l'Aude. Narbonne. Paroisse Saint Sébastien (1759-1785). Document 100NUM/AC262/GG64. Vues 18-19.

Thérèse Josèphe de Grave, baptisée le 4 janvier 1760 à Narbonne (paroisse Saint Sébastien), fille de Jean Hyacinthe vicomte de Grave, seigneur de Ricardelle et de Gasagnepas, chevalier de Saint Louis, et de Josèphe Anne Thérèse de Boyer de Lorgues.
Preuves de noblesse : 12 avril 1769. Bulletin de sortie : 29 décembre 1779. Dot : 5 janvier 1779.

7. Antoinette Françoise Fournas de la Brosse

brosse_antoinette_1760.jpg

5 septembre 1760. Baptême d'Antoinette Françoise de la Brosse. Archives dép. de l'Aude. Narbonne. Paroisse Notre Dame de la Major. Actes de baptême, mariage (1755-1771). Document 100NUM/AC262/GG94. Vue 62.

brosse_antoinette_1845_1.jpg

brosse_antoinette_1845_2.jpg

18 février 1845. Décès d'Antoinette Françoise de la Brosse. Archives dép. de l'Aude. Narbonne. Actes de décès (1845). Document 100NUM/5E262/194. Vues 21-22.

Antoinette Françoise Fournas de la Brosse, baptisée le 5 septembre 1760 à Narbonne (Notre-Dame de la Major), fille de Charles Fournas de la Brosse, seigneur baron de Fabrezan et autres places, et de Gabrielle Joséphine de Gaillac.
Preuves de noblesse : 6 juin 1770. Bulletin de sortie : 9 septembre 1780. Dot : 5 janvier 1779. Morte à Narbonne le 18 février 1845.

8. Marie de Montlezun

montlezun_1763.jpg

Ci-dessus : 1er août 1763. Baptême de Marie de Montlezun. Archives dép. de l'Ariège. Saint-Amadou (1761-1770). Document 1NUM3/152EDT/GG6. Vue 12.

montlezun_1779.jpg

30 novembre 1779. Mort de Marie de Montlezun. Archives dép. des Yvelines. Saint-Cyr-l'École. Chapelle Saint Louis (1694-1792). Document 4E 2415 S. Vue 90.

Marie de Montlezun, baptisée le 1er août 1763 à Saint-Amadou (Ariège), fille de Philibert Antoine comte de Montlezun, maître de camp de cavalerie, chevalier de Saint Louis, et de Madeleine Françoise de Grimian.
Preuves de noblesse : juillet 1774. Morte à l'âge de 16 ans quatre mois le 30 novembre 1779 à Saint-Cyr.

9. Marie Françoise Marguerite Christophe de Gineste

gineste_marie_1778.jpg

14 avril 1778. Décès de Marie Françoise Marguerite Christophe de Gineste. Archives dép. des Yvelines. Saint-Cyr-L'École. Chapelle Saint Louis (1694-1792). Document 4E 2415 S. Vue 89.

Marie Françoise Marguerite Christophe de Gineste, baptisée le 17 octobre 1765 (4) à Conques-sur-Orbiel (paroisse Saint Pierre), fille de Jean Louis de Gineste et de Bernarde Bonaventure de Montcassin.
Preuves de noblesse : 22 novembre 1773. Morte le 14 avril 1778 à Saint-Cyr, à l'âge de 12 ans 6 mois.

10. Rose Henriette d'Hélie Saint-André

Rose Henriette d'Hélie Saint-André, baptisée le 28 novembre 1769 (5) à Saint-André de Villeromieu (Pieusse), fille de Jean Henri d'Hélie et de Marie Charlotte de Grave.
Preuves de noblesse : 3 novembre 1778. Bulletin de sortie : 2 novembre 1789. Pensionnée pour infirmités du 14 mai 1788 au 21 juillet 1789. Bulletin de sortie : 28 avril 1790. Rose Henriette d'Hélie Saint-André épouse circa 1801 Marie Joseph de Nègre, baron du Clat, maire de Villetritouls (Aude).

11. Anne Pauline Jeanne de Rivals de Ladevèze

rivals_anne_1773.jpg

28 mai 1773. Baptême d'Anne Pauline Jeanne de Rivals Ladevèze. Archives dép. de l'Aude. Castelnaudary. Actes de baptême, mariage (1772-1774). Document 100NUM/AC76/GG68. Vue 62.

Anne Pauline Jeanne de Rivals Ladevèze, baptisée le 28 mai 1773 à Castelnaudary (paroisse Saint Michel), fille de François de Rivals de Ladevèze, ancien officier du régiment de Dauphiné, commandant de la maréchaussée de Castelnaudary, et de Marie-Anne de Baribaut.
Preuves de noblesse : 18 novembre 1782. Bulletin de sortie : 18 avril 1793.

12. Louise Henriette Dupac de Bellegarde

dupac_louise_1762.jpg

1er août 1762. Baptême de Louise Henriette Dupac de Bellegarde. Archives dép. de l'Aude. Bellegarde-du-Razès (1737-1769). Document 100NUM/5E32/1. Vue 131.

dupac_louise_1822.jpg

12 mai 1822. Décès de Louise Henriette Dupac de Bellegarde. Archives municipales de Toulouse. Décès (1822). Document 1E288. Vue 80.

Louise Henriette Dupac de Bellegarde, baptisée le 1er août 1762 à Bellegarde, fille de Jean Pierre Dupac de Bellegarde, chevalier de Saint Louis, et de Marie Thérèse de Gros.
Bulletin de sortie : 18 avril 1782. Dot : le 29 août 1782. Chanoinesse à partir de 1782. Signalée le 10 mai 1801 à Limoux. Morte le 12 mai 1822 à Toulouse.

13. Élisabeth Pétronille de Mauléon

Élisabeth Pétronille de Mauléon, Nebias, baptisée le 5 avril 1768 (6) à Nébias, fille de Marc Antoine de Mauléon et de Suzanne Jeanne Françoise Rougier de Caraman.
Preuves de noblesse : 1l mai 1776. Pensionnée pour infirmités du 4 septembre 1781 au 5 avril 1788. Chanoinesse de Troarn à partir du 21 février 1788. Religieuse, après la Révolution.

14. Louise Françoise du Pac de Bellegarde

dupac_louise_francoise_1771.jpg

17 juillet 1771. Baptême de Louise Françoise Dupac de Bellegarde. Archives dép. de l'Aude. Bellegarde-du-Razès (1770-1792). Document 100NUM/5E32/2. Vue 11.

Louise Françoise du Pac de Bellegarde, née le 17 juillet 1771 à Bellegarde (Aude), fille de Jean Pierre Dupac de Bellegarde, chevalier de Saint Louis, et de Marie Thérèse de Gros. Il résulte d'une lettre de sa sœur à Mme de Chassan qu'elle a été, elle aussi, élève à Saint-Cyr. Elle se trouve d'ailleurs inscrite sur les listes Lavallée (7). Elle épouse le 11 octobre 1807 Louis Marie Anne du Puy Saint-Pierre, comte de Belvèze, chevalier de Saint Louis, chef d'escadron de cavalerie, fils de Jean Claude du Puy Saint-Pierre de Belvèze, baron de Belvèze, et d'Angélique de Bruyères Chalabre de Joyeuse.

15. Gabrielle Charlotte de Laurens

laurens_charlotte_1776.jpg

laurens_charlotte_1776_2.jpg

2 février 1776. Baptême de Gabrielle Charlotte de Laurens. Archives dép. de l'Aude. Puginier (1768-1794). Document 100NUM/5E300/3. Vues 44-45.

Gabrielle Charlotte de Laurens, baptisée le 2 février 1776 à Puginier, fille de Grégoire Alexandre de Laurens, seigneur de Biès et du Castelet, co-seigneur de Puginier, ancien capitaine d'infanterie, et d'Élisabeth Georgette de Loubens Verdalle.
Preuves de noblesse : 3 janvier 1785. Bulletin de sortie : 17 avril 1793.

16. Rose Camille du Fay

dufay_rose_1774_1.jpg

dufay_rose_1774_2.jpg

20 octobre 1774. Baptême de Rose Camille du Fay. Archives dép. de l'Aude. Carcassonne. Paroisse Saint Michel (1774). Document 100NUM/AC69/GG161. Vues 22-23.

Rose Camille du Fay, baptisée le 20 octobre 1774 à Carcassonne (paroisse Saint Michel), fille de Jacques Honoré du Fay, co-seigneur de Conques-sur-Orbiel, mousquetaire de la première compagnie de la garde du Roi, et de Jacquette Antoinette Montanier.
Preuves de noblesse : 23 avril 1784. Bulletin de sortie : 1er août 1792.

-----

1. Règlement pour entrer à la Maison royale de Saint Louis. Imprimerie de J. Lemesle. Paris. 1745.

2. Fleury Vindry. Les demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793). Librairie Honoré Champion. Paris. 1908.

3. Information empruntée à Fleury Vindry. L'année correspondante manque dans le registre paroissial.

4. Information empruntée à Fleury Vindry. L'année correspondante manque dans le registre paroissial.

5. Information empruntée à Fleury Vindry. L'année correspondante manque dans le registre paroissial.

5. Information empruntée à Fleury Vindry. L'année correspondante manque dans le registre paroissial.

6. Cf. Téophile Sébastien Lavallée. Histoire de la maison royale de Saint-Cyr (1686-1793). Furne et Cie. Paris. 1853.

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

2 commentaires

#1  - Dominique BELMER a dit :

Merci !

Répondre
#2  - LaBaronne a dit :

dont une de mes ancêtres Gabrielle Charlotte de Laurens à Puginier où les Laurens sont encore là !

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot qvqtr ?

Fil RSS des commentaires de cet article