Christine Belcikowski

Publications 4

En 1630. Joseph Balsamo à Revel, Haute-Garonne

Rédigé par Belcikowski Christine Aucun commentaire

Dans les Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Tarn, on trouve, datée de 1630, cette information étonnante :

balsamo_1630.jpg

E. Jolibois. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Tarn, p. 86. Imprimerie G.-M. Nouguiès. Albi. 1878.

J'ai cru sur le moment qu'il s'agissait du Joseph Balsamo, alias Cagliostro, qui se disait immortel, car possesseur d'un élixir d'éternelle jeunesse, qui a vécu en France de 1780 à 1786, qui a brillé à Versaille et qui s'est trouvé compromis dans l'affaire du collier de la Reine. De 1630 à 1680... Mais puisqu'il possédait l'élixir de l'éternelle jeunesse... 😈

J'ai voulu en savoir davantage. J'ai cherché des renseignements sur les ascendants de Joseph Balsamo, alias Cagliostro, du XVIIIe siècle, né à Palerme le 8 juin 1743, fils de Pietro Balsamo, négociant, et de Felicia Braconieri, fille de Felice Cagliostro. Ces renseignements sont rares, mais j'ai fini par en dénicher quelques-uns dans l'ouvrage de Marc Haven intitulé Le maître inconnu, Cagliostro : étude historique et critique sur la haute magie.

balsamo_famille.jpg

Marc Haven. Le maître inconnu, Cagliostro : étude historique et critique sur la haute magie, p. 296. Dorbon Aîné. Paris. Sans date.

Le nom de notre Joseph Balsamo de 1630 ne figure pas hélas dans les maigres renseignements fournis ci-dessus. On sait seulement que ce Joseph Balsamo est natif de Palerme et chevalier de la Sainte-Croix, i.e. membre d'un ordre de chanoines réguliers fondé le 14 septembre 1211 à Clairlieu-lez-Huy par Théodore de Celles, chanoine de Liège — Canonici Regulares S. Augustini Ordinis Sanctae Crucis ; en italien, Crocigeri.

Il se peut que « le seigneur Joseph Balsamo, chevalier de la Sainte-Croix, natif de Messine », porté en 1630 à planter une croix à Revel par « sa piété, zèle et dévotion » et pour « la distribution de sa précieuse, importante et excellente liqueur », soit un fils de Pietro Balsamo, marquis della la Limina, straticote de Messine, prince de Roccafiorita et titulaire de l'ordre espagnol de San Giacomo. Il se peut aussi qu'il ne le soit pas. On songe à un chevalier d'industrie. Fils de famille, chanoine, ou chevalier d'industrie ? L'un, au demeurant, n'empêche pas toujours l'autre.

messine.jpg

Ci-dessus : vue de Messine, Sicile.

On trouve sur le web une autre généalogie possible de ce Giuseppe Balsamo de 1630. Né circa 1570, mort 1643, il s'agirait d'un fils de Don Giovanni Francesco Balsamo, né circa 1552 à Messine, mort circa 1593 à Messine ; fils lui-même de Cesare Balsamo Bar, né circa 1532 à Messine ; fils lui-même de Pietro Balsamo Bar, né circa 1512 à Messine ; fils lui-même de Francesco Balsamo Bar, né circa 1480 à Messine ; fils lui-même d'Angelo Balsamo Bar (ca 1460-1707, Messine) ; fils lui-même de Tuccio Balsamo Bar, né circa 1410 ; fils lui-même de Nicolò Balsamo Bar, né circa 1390, marié à Nicoletta Parisi... L'usage du mot hébreu « bar », fils, indique qu'il s'agit initialement d'une famille juive.

revel.jpg

Impossible d'en savoir plus. Le Joseph Balsamo, passé à Revel, Haute-Garonne, en 1630, demeure un inconnu de l'histoire. C'est là, au demeurant, ce qui fait le charme de cette figure fugitive.

Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot yxui ?

Fil RSS des commentaires de cet article