Au vieux cimetière de Mirepoix, la tombe de la famille Arnaud

mirepoix_arnaud1

 

A propos de Madame Arnaud, modèle de la petite Mme Lestelle dans Dansons La Trompeuse de Raymond Escholier, j’ai cherché et retrouvé au vieux cimetière de Mirepoix le tombeau de la famille Arnaud. Celui-ci s’élève non loin du tombeau de la famille Escholier, au pied du mur qui borne le cimetière du côté de l’avenue Victor Hugo.

Sur la stèle qui s’élève au-dessus du tombeau de la famille Arnaud, on déchiffre malaisément, constituée dans un ordre qui échappe, la liste de noms suivante :

    mirepoix_arnaud2

     

  • Jacques Germain Auguste Arnaud, ancien aide de camp du Maréchal Clauzel, décédé le 25 (?) juin 1865…. Pour info : Né de Jacques Arnaud, bourgeois, et de Jeanne Marie Denat, Jacques Germain Auguste Arnaud a été baptisé à Mirepoix le 6 avril 1788. Parrain, le sieur Jacques Robert, ancien officier. Marraine, Dame Suzanne Courtois, veuve Denat. Devenu capitaine il sera élevé au grade de chevalier de la Légion d’honneur le 9 novembre 1814 1Cf. Base Léonore. Arnaud, Jacques Germain Auguste.. Il terminera sa carrière en tant qu’officier.
  •  

    mirepoix_arnaud3

     

  • Maurice Arnaud, né le 5 mai 1822, décédé le 2 mars 1872
  •  

    mirepoix_arnaud4

     

  • Héloïse Arnaud, née Baile, [épouse de Jacques Germain Auguste Arnaud], 1798-1875
  •  

    mirepoix_arnaud5

     

  • Paul Arnaud, [marié à Maria Chloé Larivière], 1821-1900
  •  

    mirepoix_arnaud6

     

  • Joséphine Arnaud, née Brustier [mariée à Maurice Arnaud le 14 février 1855], 1835-1901
  •  

    mirepoix_arnaud7

     

  • Jacques Arnaud, [fils de Paul Arnaud et de Maria Chloé Larivière ; marié à Marie Bories] 1861-1953.

 

Joseph Laurent Olive, éditeur des Quarante lettres de Norbert Baillé, [oncle de Frédéric Soulié], officier de la Grande Armée, à sa fiancée 2Joseph Laurent Olive, Quarante lettres de Norbert Baillé, officier de la Grande Armée, à sa fiancée, Tirage limité, Imprimerie du Champ de Mars à Saverdun, s. d., consacre dans la postface de cet ouvrage deux pages rapides à l’histoire aventureuse d’Héloïse Baile, épouse de Jacques Germain Auguste Arnaud. Il précise toutefois que, malgré l’homonymie, il n’existe aucun lien de parenté entre la famille de Norbert Baillé, oncle de Frédéric Soulié, et celle d’Héloïse Baille.

Héloïse Baile, ou Baille, née à Saint-Domingue, est la fille de Jean Baille et de Madeleine Arnal, elle-même fille de François Arnal et de Josephine Yncellin, originaire de Montréal au Canada.

Madeleine Arnal épouse, très jeune, Jean Baile, qui, après lui avoir donné un fils, retourne à Toulouse pour y installer un commerce.

En 1793, suite à la publication du décret d’abolition de l’esclavage, François Arnal, averti par un esclave des violences qui se préparent à l’encontre des colons, prend la mer avec sa famille, i.e. son épouse, son fils et ses filles, dont Madeleine et le fils de Jean Baille, ainsi que son esclave fidèle. François Arnal et son fils périssent dans les flots au cours de ce voyage. Le reste de la famille ainsi que l’ancien esclave , au terme de cette navigation dramatique, touchent un peu plus tard au port de Philadelphie. Madeleine Arnal et ses soeurs obtiennent là d’être rapatriées en France. Celles-ci s’installent à Saint-Jean de Verges, tandis que Madeleine Arnal et son fils rejoignent à Toulouse Jean Baille. La naissance d’heloïse Baille est le fruit de ce regroupement à Toulouse.

En 1815, pendant la Terreur blanche, Madeleine Arnal rencontre à Toulouse Marie Henriette Adam, épouse créole de Bertrand Clauzel, alors désorientée par la fuite de son mari en Amérique après le retour des Bourbon. Les deux femmes se lient d’amitié et, en témoignage de reconnaissance, Madame Clauzel ménage le mariage d’Héloïse Baille avec le commandant Arnaud, aide de camp de son mari. Compagnon de Bertrand Clauzel sur le front d’Italie, puis en Espagne, Norbert Baillé 3A lire aussi à propos de Norbert Baillé : La dormeuse blogue 2 : A Mirepoix, quatre certificats de civisme en l’an II ; Christine Belcikowski : Soeur Annette et Frère Lubin, ou un couple d’amoureux en l’an IV. parle dans ses lettres du « petit Arnaud », qu’il a vu débarquer aux armées tout jeunot, et qui, dans le rôle du Candide, a su amuser toute la compagnie. Jacques Germain Auguste Arnaud mûrira par la suite et deviendra commandant.

Paul Arnaud est l’un des fils de Jacques Germain Auguste Arnaud et d’Héloïse Baille. Il épouse en 1859 Maria Chloé Larivière, ou Marie Françoise Chloé Larivière, née en 1838 d’Alcide Larivière (1798-1852) et d’Anne Marie Belondrade (1804-1871), descendante de Jean Paul Lafont du Carlat, seigneur de Dahuze, coseigneur de Lanoux. Le couple aura un fils, Jacques Germain Dominique Arnaud (1861-1953), marié à Marie Bories, enterré lui aussi au vieux cimetière de Mirepoix.

On remarque que le nom de Maria Chloé Larivière ne figure pas sur le tombeau des Arnaud à Mirepoix. Issu d’une vieille famille mirapicienne, Raymond Escholier, qui, dans sa jeunesse, a entendu parler du couple Arnaud, évoque dans son roman Dansons la trompeuse la mésentente des époux et la triste fin de Madame Arnaud, incomprise, moquée, morte seule et abandonnée le 29 novembre 1901. Il semble que la famille Arnaud n’ait point voulu recueillir le nom de cette originale. Je ne sais pas si Madame Arnaud, née Maria Chloé Larivière, alias Madame Lestelle dans Dansons la Trompeuse, a été enterrée à Mazerettes, où elle demeurait, dans l’ancienne résidence d’été des évêques de Mirepoix. Les tombes plus anciennes, dans le cimetière de Mazerettes, ont été déménagées pour faire place à des tombes nouvelles. Parle plus bas, si c’est d’amour, au bord des tombes.

mirepoix_arnaud8

 

A droite de la tombe principale de la famille Arnaud, dans le vieux cimetière de Mirepoix, s’élève la tombe de [Marie] Clotilde Eulalie Arnaud, née Vidalat, mariée à Paul Jean Baptiste François Arnaud le 6 novembre 1826, décédée dans sa soixante-neuvième année le 27 octobre 1869. Cf. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix. Document 1NUM/4E2365 (1865-1873). Vue 136. Née le 4 brumaire an IX (26 octobre 1800), Marie Clotilde Eulalie Arnaud était l’une des filles de Jean Bonaventure Vidalat et de Marie Rivel 4Cf. Christine Belcikowski. Jean François Vidalat, né à Mirepoix. Un électron libre des années révolutionnaires.. Le 6 novembre 1826, elle épousait en la personne de Paul Jean Baptiste François Arnaud, né le 14 pluviôse an IV (3 février 1796) 5Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix. Document 1NUM1/5MI666 (1793-An V). Vue 340., âgé de 30 ans, propriétaire, l’un des fils de feu Monsieur Jacques Arnaud, aussi propriétaire, décédé à Mirepoix le 8 thermidor an IV (26 juillet 1796), et de Dame Jeanne Marie Denat. Marie Clotilde Eulalie Arnaud, épouse de Paul Jean Baptiste François Arnaud, était en conséquence la belle-soeur de Jacques Germain Auguste Arnaud et d’Héloïse Baille.

References   [ + ]

1. Cf. Base Léonore. Arnaud, Jacques Germain Auguste.
2. Joseph Laurent Olive, Quarante lettres de Norbert Baillé, officier de la Grande Armée, à sa fiancée, Tirage limité, Imprimerie du Champ de Mars à Saverdun, s. d.
3. A lire aussi à propos de Norbert Baillé : La dormeuse blogue 2 : A Mirepoix, quatre certificats de civisme en l’an II ; Christine Belcikowski : Soeur Annette et Frère Lubin, ou un couple d’amoureux en l’an IV.
4. Cf. Christine Belcikowski. Jean François Vidalat, né à Mirepoix. Un électron libre des années révolutionnaires.
5. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix. Document 1NUM1/5MI666 (1793-An V). Vue 340.

Leave a Comment