A Mirepoix, quatre certificats de civisme en l’an II

 

Ci-dessus : Jacques Louis David, Le Serment du Jeu de Paume, détail.

Aujourd’hui douzième prairial 2e année [31 mai 1794] de la république une et indivisible à six heures du soir en séance publique & ordinaire

nous soussignés maire officiers municipaux & membres du conseil général de la commune de Mirepoix, réunis en conseil général de la commune dans la grande salle de la maison commune de Mirepoix à l’effet de délibérer si c’est le cas d’accorder un certificat de civisme aux citoyens Jean François Vincent Baillé capitaine au 4e Bataillon de l’Ariège, Norbert Baillé adjudant général à l’armée d’Italie 1)En 1793, l’armée d’Italie cantonne son théâtre d’opération au littoral et à l’arrière-pays des Alpes-Maritimes. Le 19 décembre 1793, elle remporte le siège de Toulon. Le 21 septembre 1794, elle sort victorieuse du premier combat de Dego. Son chef d’artillerie est un certain Bonaparte…, Melchior Soulié adjoint à l’état major de la même armée, Maurice Vincent Baillé Secrétaire général du district de Mirepoix tous de la présente commune, après nous être assuré que les noms des dits Jean François Vincent Baillé, Norbert Baillé, Melchior Soulié, Maurice Vincent Baillé ont demeuré affichés sur la porte de la maison commune de Mirepoix pendant trois jours consécutifs sans qu’il nous soit parvenu aucune réclamation & [barré] après avoir mis la matière en discussion & entendu l’agent national

Ci-dessus : Le siège de Toulon fin août-19 décembre 1793, in Les guerres de la Révolution (1884) de Camille Pelletan, p. 84. A la fin du mois d’août 1793, la ville s’est livrée à la flotte anglaise. Bonaparte, d’août à décembre, mène le siège.

Le conseil Général a unanimement délibéré d’accorder un certificat de civisme au citoyen Jean François Vincent Baillé âge de … de la taille de … 2)1 pied = 32,48 cm ; 1 pouce = 27,07 mm cheveux & sourcils …

Bouche moyenne, menton mo… les yeux … nez …
front grand, visage ovale ;
2°. au citoyen Norbert Baillé âgé de trente ans, de la taille de cinq pieds quatre pouces [1m73 environ], cheveux et sourcils châtains, bouche grande, nez moyen, menton rond, front moyen, visage ovale ; 3°. au citoyen Melchior Soulié, âgé de 30 ans, de la taille de cinq pieds trois pouces [1m69 environ], cheveux et sourcils noirs, les yeux noirs, bouche grande, nez relevé, menton aplati, front grand, visage ovale ; 4°. enfin au citoyen Maurice Vincent Baillé, âgé de vingt-six ans, taille de cinq pieds deux pouces [1m68 environ], boiteux, cheveux et sourcils châtains, bouche grande, les yeux châtains, nez moyen, front moyen, menton carré, visage ovale, en conséquence nous certifions à qui il appartiendra que les dénommés de l’autre part ont donné depuis le commencement de la révolution et tout le temps qu’ils ont resté dans notre commune des marques de civisme le plus pur & le plus grand attachement à la révolution, en témoignage de quoi nous avons délivré le présent certificat de civisme…

[Signatures] : Boudouresques, Vidalat, Donnezan, Clauzel, Cairol, Bertrand, Gorguos…

Les quatre certificats de civisme délivrés par la commune de Mirepoix le 12 prairial an II [31 mai 1794] intéressent, comme on l’aura reconnu, quatre ascendants de l’écrivain Frédéric Soulié. (François) Melchior Soulié épouse le 8 pluviôse an VI [27 janvier 1798] Jeanne Marie Baillé, soeur de Jean François Vincent, de Norbert et de Vincent Maurice Baillé. Melchior Frédéric Soulié naît de (François) Melchior Soulié et de Jeanne Marie Baillé, le 23 décembre 1800 à Foix.

Notes   [ + ]

1. En 1793, l’armée d’Italie cantonne son théâtre d’opération au littoral et à l’arrière-pays des Alpes-Maritimes. Le 19 décembre 1793, elle remporte le siège de Toulon. Le 21 septembre 1794, elle sort victorieuse du premier combat de Dego. Son chef d’artillerie est un certain Bonaparte…
2. 1 pied = 32,48 cm ; 1 pouce = 27,07 mm
Ce contenu a été publié dans Frédéric Soulié, Midi-Pyrénées, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à A Mirepoix, quatre certificats de civisme en l’an II

  1. Martine Rouche dit :

    Les certificats de résidence (obligatoires en 1793 pour pouvoir circuler hors le lieu d’habitation habituel) , puis les certificats de civisme, sont des documents absolument précieux à analyser. Les premiers comportent en particulier la description physique des personnes, ce qui permet d’imaginer, voire de rêver … Ce sont aussi des textes intéressants à considérer, aussi bien du point de vue linguistique (le vocabulaire descriptif n’est pas le même selon que l’on était grand ou misérable … ) que du point de vue  » vie quotidienne  » : la date du certificat de résidence de Jacques Vidal, par exemple, permet de fixer de façon précise son départ pour le poste de directeur de l’observatoire d’astronomie de Toulouse.
    Le document que tu présentes a une particularité notable (et non expliquée ! ) : c’est le seul certifcat de civisme (quadruple ! ) qui fournisse une description physique, même incomplète, des impétrants. Il est difficile, par ailleurs, de savoir de façon définitive si les autorités locales faisaient comparaître les éventuels certifiés, ou si ceux-ci faisaient volontairement la démarche. Il y a autant d’arguments pour l’une et l’autre hypothèses.
    Autre curiosité pour ces certificats de civisme : la réponse du comité qui les délivre est toujours favorable, à deux exceptions près : DENAT PIERRE JEAN BAPTISTE, neveu, le 21. 09. 1793 pour lequel l’avis finit par être favorable : le procureur avait d’abord refusé, puis après délibération du conseil général, il y a 8 voix favorables (B. Combes, Cassé, Rouzaud, Pons, Rigail, Brustier, Boudouresques, Simorre) et 4 contre (Rouger, maire, Alibert officier municipal, Mario officier municipal et Malroc notable).
    La deuxième exception est CLAUZEL PIERRE pour lequel la réponse demeure définitivement négative.

Laisser un commentaire