Au Carmel de Pamiers

 

 

 

Le Carmel de Pamiers est aujourd’hui déserté. Lorsque j’ai visité pour la première fois la chapelle, les soeurs n’étaient plus que cinq. L’une d’entre elles, qui faisait office de tourière, nous a dit qu’elle prierait pour nous. Puis les soeurs sont parties rejoindre un autre Carmel. Elles ne pouvaient plus entretenir un ensemble de bâtiments conventuels beaucoup trop vaste pour elles cinq. J’ai appris avec tristesse que la petite soeur tourière, soeur Mélanie, est morte depuis lors. Le Carmel de Pamiers désormais est à vendre.

Michel Detraz, historien, membre de la commission diocésaine d’Art Sacré, proposait dernièrement une visite guidée de l’ensemble du couvent. J’ai été heureuse de pouvoir découvrir à sa suite ce lieu chargé d’âme, où certaines religieuses ont vécu plus de soixante ans. L’espace y demeure – pour combien de temps encore ? – empreint d’une profonde sérénité.

Deux des ailes du couvent datent du XVIIe siècle. Les deux autres ailes, qui ferment le quadrilatère autour du cloître, ont été construites au XIXe siècle et dotées de façades à l’identique. La belle simplicité du style classique s’est trouvée ainsi parfaitement conservée.

 

 

Derrière ses façades classiques, le couvent abrite de belles voûtes d’ogive. Ici laissées nues, les croisées sont ailleurs soulignées par un simple parement de briques. Point d’autres ornements. La simple perfection des formes suffit à la beauté du lieu.

 

Le couvent se trouve placé sous la protection de Saint Joseph. Celui-ci, portant l’Enfant, figure au dessus des portes principales et, comme on le verra dans la suite de cet article, au-dessus du grand retable qui fait face à la grille de la clôture, dans la chapelle principale du couvent.

 

Deux vues prises dans une galerie du cloître. On foule dans la galerie les pierres tombales des soeurs qui sont mortes ici et ont été enterrées là où elles ont vécu.

 

Cette salle date du XIIIe siècle. C’est celle de la petite maison médiévale dans laquelle les soeurs se sont installées au XVIIe siècle, lors de leur arrivée à Pamiers. Suite à l’achat de cette première maison, les soeurs ont acquis peu à peu d’autres maisons du même type, jusqu’au moment où disposant d’une superficie suffisante, elles ont fait bâtir le couvent en y intégrant ces maisons initiales. La salle photographiée ci-dessus a servi plus tard de resserre.

 

Dans le jour tamisé qui tombe des persiennes, la cuisine du Carmel.

 

Fait du bois coupé dans les forêts du marquis de Gudannes, père d’une fille entrée en religion au Carmel de Pamiers, l’escalier date du XVIIe siècle. Il conduit à l’étage où se trouvent les cellules habitées par les soeurs. Le couvent a pu accueillir, dans le passé, jusqu’à trente religieuses.

 

Vues de la première chapelle du couvent. On a enseveli ici les supérieures de la communauté qui sont mortes durant le temps de leur charge.

 

Vu depuis les fenêtres du Carmel, le clocher, de style gothique toulousain, de l’église Saint Antonin, ancienne cathédrale de Pamiers. François de Caulet, évêque de Pamiers de 1644 à 1680, y est enterré. Homme de sensibilité janséniste, il a mené combat pendant treize ans, dans le cadre de l’affaire de la Régale, contre la politique gallicane de Louis XIV. Persécuté par l’administration royale, il meurt dans le plus grand dénuement en 1680.

 

Ci-dessus, de gauche à droite : 1. Une autre salle ancienne, servant de réserve ; 2. La salle de travail des religieuses et la grande table à coudre, sur laquelle les religieuses confectionnaient des aubes pour les communiantes.

 

Voici le portail et la façade de la chapelle baroque construite au XVIIIe siècle. Compte tenu de la pente descendante du terrain, la chapelle a dû être surélevée afin que le choeur atteigne à la hauteur des bâtiments conventuels. Cette surélévation a pour effet de porter la façade très haut dans le ciel, par là d’en magnifier le surgissement pour qui, montant vers elle, la voit paraître en contre-plongée.

 

 

La chapelle, en hommage au Christ de la Transfiguration, ruisselle d’or. Derrière le maître autel, copie de la Transfiguration peinte par Raphaël en 1519-1520, une toile de Jean-Baptiste Despax (1710-1773) invite le regard des fidèles à s’élever jusqu’à la Pietà surplombante.

 

L’or des autels et des tabernacles ourle d’un éclat ciselé les symboles de l’Agneau et de l’Esprit Saint.

 

 

Installé perpendiculairement au maître autel, le retable de Saint Joseph fait face à la grille de la clôture. Les précieuses plaques d’or représentent des scènes de la Nativité et de la Fuite en Egypte. Au-dessus du retable, Saint Joseph figure en statue, portant l’Enfant.

 

En dessous du retable, un bas-relief représente la Sainte Famille, dans un climat de simplicité tendre et touchante.

 

 

Je me suis attardée devant la grille de la clôture. Le maillage plus serré que l’on voit dans la partie supérieure de cette grille était autrefois celui de la grille toute entière. J’ai scruté un moment l’espace qui s’ouvre derrière la grille. La vie s’en est un jour retirée. Reste l’absence, le vide. L’impression d’étrangeté vient ici de ce que la solitude d’un tel lieu demeure désormais impossible à consoler.

 

C’était la porte d’entrée du Carmel de Pamiers.

A lire aussi : Visite à la chapelle du Carmel de Pamiers

Ce contenu a été publié dans art, Midi-Pyrénées, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Au Carmel de Pamiers

  1. Martine Rouche dit :

    Choeur clos, choeur ouvert, pour reprendre le titre d’un livre de Bernard Chedozeau …

  2. cassagnes dit :

    triste et admirative pour ce vestige … Mon Dieu faites revenir des petites soeurs dans ce lieu si beau…
    Que dire d’autre, Prier pour un lieu semble invraisemblable, mais pour qu’il ne sombre bas dans le profane…
    Plaise à Dieu.
    Constance

  3. gascon gerard dit :

    j’ai vu ce carmel à vendre sur plusieurs sites immobiliers n’est il pas possible afin de garder ce lieu de memoire de reunir quelques passionnes de le reprendre pour y redonner vie sous une forme d’associations de benevoles afin de ne pas laisser ce carmel tomber aux mains de promotteurs avides et le saccager je reste à l’ecoute de toutes suggestions gerard

  4. Jean Marie dit :

    Pas étonnant que beaucoup de Carmels et autres Ctés contemplatives ferment. C’est bien triste ! Oui ! Et pour causes. Si les supérieures d’il y a plusieurs années avaient étaient moins rigides, moins archaïques, les vocations, pour celles qui ont eu cet appel, auraient pu rentrer et prendre la relève assurant ainsi la continuité de vie de ces lieux. Il y en a eu ! Les anciennes supérieures sont peut-être en train de rendre des comptes Là Haut…, en Purgatoire !… Les soeurs qui sont restées ont récolté ce qui a été semé et n’ont que leurs beaux yeux pour pleurer. Châtiment de Dieu ? Quant à celles qui auraient pu rentrer, appel vérifié, souffrent les conséquences douloureuses d’un monde sectaire dérivatif et fermé. Elles continuent malgré tout leur mission de consacrées contemplative, dans le secret, mais au milieu du monde. Car considérées comme des épaves par l’Église elle-même, hélas ! Et elles sont plus nombreuses qu’on ne le croit. Dure réalité ! Jeanne-Marie

Laisser un commentaire