A Mirepoix – Le Béal gèle

 

Ce matin, en ce beau jour d’hiver de l’an de grâce 2011, je suis allée me promener du côté du moulin d’embas, et j’ai vu le Béal gelé en surface !

Une drôle de pensée m’est venue : je serais à Versailles anno 1709, celle du Grand Hiver, où l’on enregistrait à Paris une température de -30°, et je me trouverais ici au bord du Grand Canal, pris par les glaces, …

 

… ou encore devant le bassin d’Apollon vitrifié par le grand gel.

 

– Mirepoix n’a rien de Versailles ! me direz-vous.
Mutatis mutandis, si, si, un peu… C’est là ce qui est drôle.

 

Hiver au bord du bassin d’Apollon, hiver au bord du moulin d’embas, c’est toujours l’Hiver.

Ci-dessus de haut en bas : 1. Vue prise à Mirepoix, au bord du Béal, le 23 janvier 2011 ; 2. Le Char d’Apollon, photographié par Gérard Blot pendant l’hiver 1897- 1898 lors d’une campagne de restauration de la statuaire des façades et des jardins de Versailles et de Trianon ; 3. Vue de la façade et de la machine hydraulique du moulin d’embas ; 4. L’Hiver, estampe préparatoire à la réalisation de la statue de marbre décorant le pourtour du parterre du Nord dans les jardins de Versailles ; estampe et statue réalisées en 1680 par François Girardon ; 5. Vue de l’une des deux passerelles sur le Béal.

A lire aussi :
Le canal du moulin – 1. Du Countirou au pont de Raillette
Le canal du moulin – 2. Du pont de Raillette au moulin
Le canal du moulin – 3. Vers l'embouchure
On a vidé le Béal !

Ce contenu a été publié dans art, Midi-Pyrénées, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à A Mirepoix – Le Béal gèle

  1. Martine Rouche dit :

     » J’ai vu, sur le chemin de Paris à Valenciennes, en 1709, les désastres de la guerre ajoutés à ceux de la famine, du cannibalisme qui s’étendait partout. C’était horrible ! Je souhaite, comme tous ceux qui ont vécu cette épreuve épouvantable, que cela ne se reproduise jamais …
    Sur le visage de Watteau un sourire triste s’allume et s’éteint.
    – … Au moins pas tout de suite.  »

    Michel Nuridsany,  » Ce sera notre secret, Monsieur Watteau « , Flammarion, 2006, page 140.

  2. belle nature , pas morte…. mais gelée!
    – 30°, Dieu nous en préserve!!

Laisser un commentaire