Le Rameau musical de Dun chante à Belpech

 

Le Rameau musical de Dun partait l’autre jour chanter à Belpech. J’ai suivi. Nous avons roulé au soleil couchant, franchi dans une gloire d’or la frontière invisible qui sépare le Midi-Pyrénées du Languedoc Roussillon, et gagné au-delà le beau pays de l’Aude. Voilà qui semble loin. Il y a de Mirepoix à Belpech cinq petites lieues seulement ! Que le monde, dit-il, est grand & spacieux ! C’est ici le rat de Lafontaine qui parle. Voilà les Apennins, & voicy le Caucase : La moindre taupinée étoit mont à ses yeux 1)Jean de Lafontaine, Fables, Livre VIII, IX, Le Rat et l’Huître. Sérieux, je me trouvais bien bête, car, de ma vie, jamais encore je n’étais allée à Belpech. Profitant de la répétition qui précède le concert, j’ai pris le temps de flâner dans les rues du village. J’étais, comme le rat, de ceux qui n’ont du monde aucune experience et sont aux moindres objets frappez d’étonnement

J’ai vu ainsi la maison Amigues et la maison de Curti, le pont sur la Vixiège, le clocher-mur de l’église Saint Saturnin, les ruines de la tour sur la colline, la place et le Monument aux Morts de David Albert, la coopérative, qui est ici comme une cathédrale du gras, et cette modeste allée de platanes au bout de laquelle la route s’en va toute seule, image puissamment terrestre, qui symbolise à mes yeux l’essence du vieux Midi.

Etant, comme je le disais plus haut, de ceux qui n’ont du monde aucune experience et sont aux moindres objets frappez d’étonnement, je n’ai pas manqué de m’arrêter devant une plaque de verre qui rappelle sur une vieille maison, dénuée de tout caractère particulier, un événement de l’histoire locale : « C’est d’ici qu’est parti en 17** le grand incendie… ». Belpech, 1300 habitants, se soucie d’apposer des plaques à fin de commémoration de son histoire locale. Dommage que l’on ne voie pas de telles plaques à Mirepoix, 3500 habitants.

Lorsque je retourne à l’église, l’ombre des arbres sur le mur de l’église se teinte déjà de la couleur du crépuscule. Je ne verrai rien, ou presque, du portail roman, qui s’enveloppe de voiles durant sa restauration. Seule sa partie supérieure demeure libre. On la voit ici en contre-plongée, rouge sur le bleu qui s’attarde là-haut dans le ciel.

Entrée par une porte latérale dans l’espace qui s’ouvre à ciel ouvert en amont du portail, je regarde depuis ce pronaos le grand mur se revêtir des couleurs violacées de la nuit, tandis que la porte, la rosace, puis les niches campanaires se parent de lueurs flamboyantes.

Ce portail, ainsi que deux chapelles dans l’église, date du XIIe siècle. La nef a été reconstruite au XIVe siècle.

L’église est dédiée à Saint Saturnin, sans doute Saint Saturnin de Toulouse († 250), plus tard connu sous le nom de Saint Sernin, qui fut évêque de Toulouse et qui mourut en martyr, attaché à un taureau.

Ce patronage indique que l’église faisait partie jadis de l’ensemble des biens et propriétés soumis à la juridiction de la puissante abbaye toulousaine de Saint Sernin. Le portail construit en briques roses est dit, au demeurant, de « style toulousain ».

Dans l’église, la répétition touche à sa fin. Le Rameau tout entier se tient là, le choeur, Pascale Bonnet pianiste, Christian Capet accordéoniste, et Colette maître de choeur. surpris d’avoir eu tout à l’heure la visite de quelques bellopodiens passionnés, venus en avant-garde pour profiter à l’aise (trad. : sous les lampes chauffantes) de la leçon de musique.

Je jette un dernier coup d’oeil aux ombres qui se tiennent derrière la grille des chapelles. Les barreaux sont tellement rapprochés que, même en le prenant par la tranche, j’ai du mal à glisser mon appareil entre ces barreaux pour photographier à bout de bras, d’où à l’aveugle, la statue sans tête, recouverte d’un voile, qui voisine avec un Jésus saint-sulpicien, et, à côté d’un bois orné d’un ange polychrome, le groupe de personnages de facture naïve qui encadrent un pathétique Christ en croix.

Sous le plastique qui le protège durant la restauration de la chapelle, se trouve le mausolée de Jean de Cojordan, qui fut évêque de Mirepoix de 1348 à 1361. Le mausolée date du XIVe siècle. Figuré en marbre, le corps de l’évêque repose sur un sarcophage en grès, décoré sur ses flancs de personnages sculptés. Le plastique fait à l’évêque une sorte de linceul. La vue du visage sous le plastique donne le frisson.

M. Jean-Paul Nicol, maire de Belpech, qui est présent dans l’église depuis le début de la répétition et qui a plaisamment salué les parents, les amis et autres soutiens moraux des chanteurs, vient accueillir devant l’autel le Rameau tout entier, splendide dans l’apparat des grandes mantes rouges. Il évoque à cette occasion les travaux de restauration qui rendront aux deux chapelles et au portail romans leur beauté initiale. Nous avons là « un trésor », dit-il, avant de laisser place aux musiciens.

De façon devenue traditionnelle, le concert commence par une petite pièce joyeuse à la faveur de laquelle le Rameau salue joliment son public, suite à quoi Pascale Bonnet et Christian Capet donnent à l’accordéon, avec une profondeur de sentiment chaque fois renouvelée, le Canon de Pachelbel.

Le Rameau revisite à l’occasion de cette soirée ses classiques, avec un programme composé de pièces courtes, parfois rares, empruntées de façon éclectique à la liturgie orthodoxe, aux maîtres de chapelle de l’âge baroque, aux grands du XIXe siècle, et à quelques compositeurs contemporains, russe, letton, américain, italien et espagnol. L’interprétation de ces pièces constitue autant de moments de prière. Les musiciens s’y adonnent avec la ferveur de ceux qui consacrent de longue date temps et travail aux patients requisits de leur art. Et même s’il y a une part de misère ou de deuil dans la prière, comme dans les Agnus Dei, les Ora pro nobis romains, ou dans le Gospody Pomilouy orthodoxe, ou encore dans le Signora delle cime de Giuzeppe De Marzi, la lumière l’emporte sur l’ombre, la joie revient toujours après la peine, et cette joie se lit sur le visage des musiciens, et elle se diffuse à l’ensemble de la communauté rassemblée dans l’église, parce que la musique est comme la mer : elle emporte les corps et les âmes et de la sorte les soulage de leur poids de cailloux, de leurs bagages de sable. Et il y a Andrew et Jean, qui présentent les morceaux en globish anglais ou russe : l’humour est sel de la prière !

Anne, Colette, Danièle, Dominique ; voix d’ange, mésange ; velours de l’alto. Colette, au centre, chante le bouleversant Ave Maria de Caccini, tant attendu. La nouvelle soprano, sur l’image de droite, c’est l’une des petites-filles de Colette.

Anne et Colette chantent ici à voix d’anges le premier mouvement du Motet pour la Sainte Vierge de Nicolas Bernier. Successeur de Marc Antoine Charpentier à la tête de la Maîtrise de la Sainte-Chapelle, Nicolas Bernier (1664-1734) est un maître de l’âge baroque, dont l’oeuvre se caractérise par sa volubilité jubilatoire et son goût de l’ornement. Bien que l’exécution en demeure périlleuse, je ne me lasse pas d’entendre ce Motet pour la Sainte Vierge, qui étire ses Alleluia radieux comme à Murano les soffiatori font des girandoles en verre filé.

Colette, d’une main de velours, (dompte) dirige « les hommes », dont Philippe, à gauche, le nouveau ténor, capable de pousser dans les « Ora pro nobis » de l’Ave Maria de Donizetti une voix de haute-contre !

Un brin de rire va bien, disais-je, au climat du concert, et plus essentiellement à l’approche du sacré. Regardez comme le grand Sébastien qui chante à gauche le sublime Panis Angelicus de César Franck, peine à contenir son hilarité quant aux variations russophones du clown Jean. Regardez comme « les basses » s’éjouissent en douce de l’intervention façon bagpipe qui fait la spécialité de leur compère Andrew. La musique sacrée n’est pas bégueule : ces hommes-là s’entendent comme larrons en foire !

Les chanteurs m’avaient dit avant le concert qu’ils craignaient que leurs voix ne se perdent dans cette nef gothique, plus vaste et plus haute de plafond que les conques romanes dans lesquelles ils donnaient leurs précédents concerts. Ils m’ont confirmé par la suite qu’ils s’entendaient à peine, à cause de l’effet de réverbération. J’ai trouvé, pour ma part, que les voix se paraient ici d’une étonnante transparence, et qu’ainsi baignées de lumière, elles touchaient à une mystérieuse intériorité.

Après le Swing low, sweet chariot dont le rythme joyeusement pérégrin emporte à la fois les musiciens et le public, le concert se conclut par un ultime Ave Maria, suivi, en bis, d’un chant d’amour dédié par un compositeur letton à la patrie natale. « La musique est un langage universel », rappelait jadis, au début de chaque cours, mon professeur de solfège.

Sauf exception peut-être en janvier prochain, le Rameau musical de Dun termine avec le concert de Belpech son programme de musique sacrée. Il reprendra sa tournée de concerts au printemps 2010 avec un programme de musique profane, élaboré autour du thème de la nature. Noël en décembre, au printemps le Rameau musical de Dun. Le ciel vous tienne en joie.

 

Pour en savoir plus sur Belpech et son patrimoine :
Couleur Lauragais : Balade du côté de Belpech
Base Mérimée : Accès géographique/Aude/Belpech

Pour revisiter les belles heures du Rameau musical de Dun :
Fête de fin de saison chez Colette
Quand le Rameau musical de Dun chante à la Bastide de Bousignac
Le Rameau musical de Dun chante aux Issards
Le Rameau musical de Dun – Une répétition chez Colette
Quand le Rameau musical de Dun chante à Vira
A l’église de Bensa, le Rameau musical de Dun

Notes   [ + ]

1. Jean de Lafontaine, Fables, Livre VIII, IX, Le Rat et l’Huître
Ce contenu a été publié dans art, Midi-Pyrénées, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Le Rameau musical de Dun chante à Belpech

  1. Martine Rouche dit :

    Histoire des Evêques de Mirepoix, Chanoine Robert (comme d’habitude ! )

     » Jean de Cojordan (1349-1361)
    Ce ne fut que cinq mois après la mort de Pierre de Lapérarède que Clément VI lui donna un successeur dans la personne de l’évêque d’Avignon, Jean de Cojordan, (23 janvier 1349). Le nouvel élu n’était point un étranger ; il avait vu le jour à Belpech (*) où sa famille, une des plus anciennes du Garnaguès, avait occupé les premières charges.
    (*) Belpech, petite ville du diocèse de Mirepoix, a donné à l’Eglise, trois évêques, Jean de Cojordan, évêque de Mirepoix, Raymond Dachon, évêque de Fréjus puis de Pamiers et Guillaume Curti, archevêque d’Albi et cardinal.
    Il fut d’abord curé d’Antioche, petite paroisse du diocèse de Mirepoix (aujourd’hui commune de Saint-Amans près de Belpech, Aude). Lorsqu’en 1335, le nouveau pape Benoit XII, appela auprès de lui quelques ecclésiastiques (Pierre Rotger, de Les Pujols, Guillaume Lombard et Jean Piscis tous trois chanoines de Mirepoix) de son ancien diocèse, pour leur confier certaines fonctions de la curie, Jean de Cojordan fut du nombre et devint chapelain du pape (9 janvier 1335). Quatre jours après, il reçut la charge plus importante de trésorier pontifical (12 janvier). Il fut ensuite chanoine prébendé de Béziers (19 janvier), archidiacre de Lunas, au même diocèse (28 mai). Dans le titre, il est appelé familier du pape et bachelier es décrets. […]
    Le blason de Jean de Cojordan, que l’on voyait encore en 1641 sculpté sur les murs de la chapelle actuelle de Saint-Maurice, dédiée alors à Saint-Nicolas, semblerait indiquer qu’il fit construire cette chapelle (la seconde après celle du chevet, du côté de l’épître), ou bien qu’il la décora et y fit placer l’autel. […]
    Les archives de l’abbaye de Boulbonne qui reçut probablement de l’évêque de Mirepoix quelques largesses, nous apprennent que le 9 octobre 1361, il fit son testament et qu’il légua tous ses biens aux pauvres de Belpech. Il mourut le jour même et fut enseveli dans la chapelle Sainte-Madeleine de l’église paroissiale de Belpech où l’on voit encore son tombeau. « 

  2. Martine Rouche dit :

    Jules de Lahondès, in Belpech de Garnagois :
     » L’arcature qui abritait le tombeau a été détruite, mais le sarcophage en pierre de talc, qui prend le poli du marbre sous le ciseau, est encore intact. L’évêque est allongé, les pieds appuyés sur un lion, vêtu de la chasuble, coiffé d’une mitre ornée d’ogives, de trilobes et de roses à redents. Les mains gantées sont croisées sur la poitrine, à côté de lui, la crosse accompagnée du sudarium a perdu sa volute. Un dais très élégant couronne la tête de l’évêque et au-dessous de ses pieds droits est sculpté son blason : un aigle au vol abaissé broché d’une bande. Sur la face du sarcophage, sept niches ogivales contiennent autant de statuettes en relief, représentant les personnes qui figurent habituellement dans les cérémonies funéraires, depuis l’acolyte jusqu’à l’évêque. « 

  3. Martine Rouche dit :

    Tu as donc vu la maison de Curti : il est intéressant qu’une maison garde trace de la famille Curti, dont Guillaume Curti fut archevêque d’Albi et cardinal. Des plaques précisant qui est né, qui a résidé, qui a bâti, qui a passé quelques années … séduisante idée à suivre, peut-être, effectivement …

  4. autissier dit :

    Pour la première fois à Belpech!!!!!!!! Impensable, vous chère Christine, la « crapahuteuse » « immodérée » de tous les sites à faire connaître sur votre blog!!!! Eh bien je suis ravie que ce soit le Rameau Musical qui vous ait poussée (enfin menée!!!) jusqu’à notre concert et je vous remercie encore une fois de plus pour ce compte-rendu. Nous reverrons ce lieu avec nos voix, pour 2012, puisque nous sommes invités à participer aux 700 ans de l’édifice. –

  5. Martine Rouche dit :

    Bravo à vous, Colette, et aux voix du Rameau musical ! Nous serons à Belpech en 2012 !

Laisser un commentaire