Le style de glace ardente, recuit et congelé comme l’abstraction de Robespierre, dixit Baudelaire

Rédigé par Christine Belcikowski Aucun commentaire
Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Dans la seconde partie des Paradis artificiels (1860), ouvrage qui consiste pour partie en une sorte de commentaire des Confessions d'un mangeur d'opium anglais (1822) de Thomas de Quincey, Baudelaire rapporte comment, par un soir d'hiver, le jeune Thomas de Quincey, à la faveur d'une équipée d'écolier, déambule dans Londres à la recherche d'un asile pour la nuit et de quelque chose à manger, comment il trouve refuge dans la maison louée par un homme presque toujours absent, et comment il y fait la connaissance d'une petite fille dont il ne saura jamais ce qu'elle faisait là.

« Dans ses années plus mûres, un 15 août, jour de sa naissance, un soir à dix heures, l’auteur [Thomas de Quincy] a voulu jeter un coup d’œil sur cet asile de ses anciennes misères. À la lueur resplendissante d’un beau salon, il a vu des gens qui prenaient le thé et qui avaient l’air aussi heureux que possible ; étrange contraste avec les ténèbres, le froid, le silence et la désolation de cette même bâtisse, lorsque, dix- huit ans auparavant, elle abritait un étudiant famélique et une petite fille abandonnée. Plus tard il fit quelques efforts pour retrouver la trace de cette pauvre enfant. A-t-elle vécu ? est-elle devenue mère ? Nul renseignement. Il l’aimait comme son associée en misère ; car elle n’était ni jolie, ni agréable, ni même intelligente. Pas d’autre séduction qu’un visage humain, la pure humanité réduite à son expression la plus pauvre. Mais, ainsi que l’a dit, je crois, Robespierre, dans son style de glace ardente, recuit et congelé comme l’abstraction : "L’homme ne voit jamais l’homme sans plaisir !" » (1)

baudelaire_robespierre2.jpg

Image issue de la fusion d'un détail de la photographie récemment découverte sur laquelle apparaît ou semble apparaître Baudelaire (2), et d'un détail du tableau d'Alfred Loudet sur lequel figurent dans une conversation animée Robespierre, Danton et Marat (3).

« L’homme ne voit jamais l’homme sans plaisir ! » Baudelaire détourne ici un propos que Robespierre a tenu lors de la séance du 18 floréal an II (7 mai 1794) à la Convention dans son Discours sur les rapports des idées religieuses et morales avec les principes républicains et sur les fêtes nationales. Robespierre dit exactement dans ce discours que « les hommes ne se voient pas sans plaisir » (4), de telle sorte qu'en les rassemblant dans des fêtes nationales, au titre de « l'éducation publique », on peut « les rendre meilleurs. »

.

Lire la suite de Le style de glace ardente, recuit et congelé comme l’abstraction de Robespierre, dixit Baudelaire

Maximilien de Robespierre et Jacques Louis David vus par Jean-Luc Seigle en 2004

Rédigé par Christine Belcikowski Aucun commentaire
Classé dans : Histoire, Poésie, Art Mots clés : aucun

david_robespierre.jpg

De gauche à droite : Jacques Louis David, autoportrait, 1794 ; Maximilien de Robespierre au matin du 10 thermidor an II, par André Émile Larcher (actif entre 1879 et 1896).

Jean-Luc Seigle (Clermont-Ferrand, 1955-2020, Caen), romancier, scénariste, dramaturge, évoque en 2004 dans Le sacre de l'enfant mort la vie et l'œuvre de Jacques Louis David après le le 27 janvier 1816, date de l'exil à Bruxelles auquel le peintre se trouve obligé par son passé de Conventionnel régicide. Hanté par le souvenir de Robespierre, dont il fut un proche et qu'il estime avoir trahi pour n'être pas mort avec lui le 10 Thermidor et pour avoir peint ensuite le Sacre de l'empereur Napoléon Ier et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804, Jacques Louis David cherche, en brossant en 1822 une deuxième version du Sacre de l'empereur Napoléon Ier et couronnement de l'impératrice Joséphine... à percer le secret du lien qu'il continue d'entretenir avec l'Incorruptible disparu.

Lire la suite de Maximilien de Robespierre et Jacques Louis David vus par Jean-Luc Seigle en 2004

Robespierre vu par Julien Gracq en 1947, puis dans un inédit de 2000

Rédigé par Christine Belcikowski Aucun commentaire
Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

gracq_robespierre.jpg

De gauche à droite : Julien Gracq (1910-2007) ; incipit du manuscrit du discours de Robespierre du 26 juillet 1794 —son dernier discours.

Robert [Pierre] Desnos et autres sectateurs de la révolution surréaliste des années 1920 ont vu en la personne de Robespierre une figure des puissances du rêve — « Nous sommes tous à la merci et nous nous devons de subir son pouvoir à l'état de veille » — et l'un de ces prophètes qui « dirigent aveuglément les forces de la nuit vers l'avenir, l'aurore parle par leur bouche, et le monde ravi s'épouvante ou se félicite » (1). C'est avec ravissement que le Corsaire Sanglot, double imaginaire de Robert [Pierre] Desnos, « assiste aux guillotinades de la Terreur. Et c’est la procession des admirables et des méprisables. Le bourreau, d’un geste renouvelé et toujours identique à lui-même, soulève des têtes tranchées. Têtes d’aristocrates ridicules, têtes d’amoureux pleines de leur amour, têtes de femmes qu’il est héroïque de condamner. Mais, amour ou haine, pouvaient-elles inspirer d’autres actes. Une montgolfière de papier passe légèrement au-dessus du théâtre révolutionnaire. Le marquis de Sade met son visage près de celui de Robespierre. Leurs deux profils se détachent sur la lunette rouge de la guillotine et Corsaire Sanglot admire cette médaille d’une minute » (2).

Sans avoir jamais appartenu au mouvement surréaliste, Julien Gracq, dans les années 1940, s'en est rapproché, et il développe alors, concernant « ce qui donne à la figure de Robespierre son rayonnement sans égal », un discours comparable à celui d'André Breton et des siens. Mais, soixante ans plus tard, son discours a changé. En la personne d'un Robespierre, « l'amant si distingué de la République et de la vertu », Julien Gracq ne voit plus que « l'Ubu de la guillotine ».

Lire la suite de Robespierre vu par Julien Gracq en 1947, puis dans un inédit de 2000

Robespierre vu par Gaston Crémieux en 1871

Rédigé par Christine Belcikowski Aucun commentaire
Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Gaston Crémieux (Nîmes, 22 juin 1836-20 novembre 1871, Marseille), avocat, journaliste, écrivain, est l'auteur d'une tragédie en cinq actes et en vers intitulée Le 9 Thermidor. Il s'agit d'une œuvre posthume, rédigée en prison avant la mort de son auteur, fusillé le 20 novembre 1871 sur l’ordre du gouvernement de la troisième République pour avoir présidé la Commune de Marseille et appelé en mars 1871, du haut du balcon de l'Hôtel départemental, à la solidarité de Marseille avec la Commune de Paris. (1)

cremieux_robespierre.jpg

Gaston Crémieux (Nîmes, 22 juin 1836-20 novembre 1871, Marseille, fusillé), in Recueil. Figures et scènes de la Commune de Paris, photographie Eugène Appert (1830-1891), 1871-1873 ; Maximilien de Robespierre (Arras, 6 mai 1758- 28 juillet 1794, 10 thermidor an II, Paris, guillotiné), estampe anonyme, château de Versailles.

Lire la suite de Robespierre vu par Gaston Crémieux en 1871

En 1873, un éloge paradoxal de Robespierre par Jules Barbey d'Aurevilly

Rédigé par Christine Belcikowski Aucun commentaire
Classé dans : Histoire Mots clés : aucun

Jules Amédée Barbey d'Aurevilly (Saint-Sauveur-le-Vicomte, Manche, 2 novembre 1808-23 avril 1889, Paris), issu d’une ancienne famille normande catholique, paysanne et contre-révolutionnaire, anoblie en 1756, devenue par la suite proche des chouans, s'illustre d'abord par une vie de dandy romantique, puis retourne à la foi de son enfance à partir de 1845. Parallèlement à son œuvre littéraire, dont la postérité tient Les Diaboliques (1874) pour son chef d'œuvre, il devient sous le sobriquet de « connétable des Lettres », un critique littéraire et un polémiste redouté. Émule des penseurs contre-révolutionnaires, de ceux qu'il nomme des « hommes supérieurs » ou des « prophètes du passé » — Joseph de Maistre, Louis de Bonald, François René de Chateaubriand, Félicité de Lamennais et Antoine Blanc de Saint-Bonnet —, « il ne cesse de déplorer l’éclatement de l’après 1789, tout en demeurant fasciné par cet éclatement, ne pouvant dès lors écrire que par subversion, pour renverser les signes et les discours révolutionnaires » (1).

Après avoir signé le 10 mai 1871 le traité de Francfort qui met fin à la guerre avec l'Allemagne, puis écrasé l'insurrection de la Commune de Paris, Adolphe Thiers est élu président de la République le 31 août 1871. Partisan d'une « république conservatrice », il se heurte rapidement à la majorité monarchiste de la Chambre. Le 27 avril 1873, Charles de Rémusat, ministre des Affaires étrangères et ami d'Adolphe Thiers, se présente à la députation à Paris et il est battu par Claude Désiré Barodet, républicain progressiste, anticlérical notoire, qui a mené campagne contre le candidat du gouvernement. Adolphe Thiers voit dans la défaite de Charles de Rémusat un désaveu de sa politique. Il démissionne de la présidence de la République le 24 mai 1873.

Lire la suite de En 1873, un éloge paradoxal de Robespierre par Jules Barbey d'Aurevilly