Jumeaux obscurs

Rédigé par Christine Belcikowski 2 commentaires
Classé dans : Poésie Mots clés : aucun

Hypnos et Thanatos,
ô Reine de la nuit,
tes fils, jumeaux obscurs,
planent sur la table du soir et la soupe qui fume.

Obsidion et Oblivion,
ô Reine de la nuit,
tes autres fils jumeaux,
s'annoncent dans les lampes du Roi crépuscule,
ces lampes qui s'allument là-bas,
où les enfants s'attardent avant d'aller dormir.

Obsidion et Oblivion,
ô Reine de la nuit,
tes jumeaux ennemis,
se disputent le pas suspendu du sommeil et des songes,
et déjà, comme une noix qu'on casse,
le miroir du jour s'est fendu.

Obsidion et Oblivion,
ô Reine de la nuit,
tes enfants cachés dans nos draps,
se chassent l'un l'autre,
et dans leur jeu partagé,
nos âmes déshabitées
se font, se défont.

2 commentaires

#1  - silberman a dit :

Merci pour ce beau texte. Que j'aime recevoir vos poèmes !

Répondre
#2  - Christine Belcikowski a dit :

Merci de ce mot d'ami
Christine

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est le deuxième caractère du mot u3yizj ?

Fil RSS des commentaires de cet article