Jean Louis Gaston de Saint-George, du château de Sibra au château de Cazaux

saint_georges_1826_1.jpg

 

saint_georges_1826_2.jpg

 

saint_georges_1826_3.jpg

 

saint_georges_1826_4.jpg

 

Archives dip. de l’Aude. Gueytes-et-Labastide. Document 100NUM/5E171/5. Actes… (1823-1832). Vue 47.

Le 22 octobre 1826, Jean Louis Gaston de Saint-George, âgé de quarante-cinq ans, propriétaire, domicilié au château de Cazaux, mairie de Gueytes, majeur, fils de Monsieur Jean Louis Gaston de Saint-George, propriétaire, et de Dame Elisabeth Deville [de Ville, ou d’Andreville sur d’autres actes], épouse à Gueytes-et-Labastide Jeanne Marie Françoise Jacquette Bernadine Clarice Montané, âgée de vingt-cinq ans, majeure, fille de feu Pierre Bernard Montané et de Dame Antoinette Dorothée Vaissières, demeurant à Toulouse, numéro trente rue Boulbonne…

Né en 1780 au château de Sibra, près de Lagarde, quatorzième des dix-huit enfants de Jean Gaston de Saint-George, lequel fut le dernier seigneur de Sibra, Jean Louis Gaston de Saint George est le lointain descendant d’un gentilhomme lombard, venu en France dans le sillage des armées de François Ier.

François Alexandre Aubert de La Chesnaye des Bois, dans son Dictionnaire de la Noblesse (1744), consacre à la famille Georgie, alias Saint-George 1A Lagarde et à Mirepoix, dans les registres les plus anciens, la famille se trouve mentionnée sous le nom de George. A partir du XVIIe siècle, elle prendra le nom de Saint-George. la notice suivante :

Georgie, alias Saint-George : famille noble qui possède la terre de Sibra près Mirepoix. Des certificats authentiques, donnés par le Marquis de Mirepoix , lieutenant-général des armées en Italie, et par quelques autres Officiers généraux, portent, suivant une notice envoyée, que cette famille, originaire d’Italie, était distinguée en Lombardie, et que Grégoire De Saint-George, sieur d’Aumont, gentilhomme Lombard, fut père de Philippe de Saint-George, ou Georgie, sieur d’Aumont, qui servit avec zèle dans les armées de François Ier, et vint en France. Il s’était acquis la bienveillance de Jean de Levis V, marquis de Mirepoix, lieutenant-général en Languedoc, qui l’engagea à faire des acquisitions près de Mirepoix. Il épousa Catherine de Bruyères, dont vint : Louis de Georgie, ou de Saint-George, seigneur de Sibra, qui, de son mariage avec Frise du Lac 2NdR : Frise du Lac, † 17 novembre 1615 à Lagardelle-sur-Lèze, Haute-Garonne., eut : Joseph De Georgie, seigneur de Sibra, marié avec Jeanne de Calouin, fille de Thomas, seigneur de la Calainiere en Anjou, et de Montoulivet en Languedoc, et de Bérengere de Cayres-Entraigues. Il en eut : Grégoire De Georgie, seigneur de Sibra, qui épousa Catherine de Villemur. Il fut confirmé dans sa noblesse par les commissaires du Roi, et de lui descendent les seigneurs actuels de Sibra. » 3François Alexandre Aubert de La Chesnaye des Bois. Dictionnaire de la Noblesse. Tome VII, p. 744. Chez Antoine Boudet, Imprimeur-Libraire. Paris. 1774.

Dans Documents et livres terriers concernant la seigneurie de Sibra et le prieuré de Notre Dame de Camon en Ariège (1975), à partir des dits documents et livres, lesquels mentionnent tour à tour les noms des seigneurs de Sibra, Joseph Laurent Olive esquisse une généalogie de la maison Saint-George, de 1597 à la Révolution :

    bertrandy_louise_1620.jpg

     

    Ci-dessus : 10 octobre 1620. Extrait du pacte de mariage de « Luize de Bertrand, fille légitime et naturelle du Sieur Barthélémy Bertrand et de Damoiselle Guillemette de George » ; petite-fille ou petite-nièce probable de Louis de George. Le mariage en question, comme on sait, ne se fera pas, puisque Louise de Bertrandy choisit d’être « en toute liberté » la compagne de Jean de Lévis Lomagne, dit « baron de Terride ».

  • Louis de George, mentionné en 1597
  • Philippe de George
  • Joseph de George, mentionné en 1612 et en 1645
  • Grégoire de Saint-George, mentionné 1658 et en 1669
  •  

    saint_george_mirepoix.jpg

     

    Compoix mirapicien de 1666. Lot nº 1304. Source : plan établi sur le site d’Alain Marmion. NB : rue del Rumat : aujourd’hui rue des Pénitents blancs ; rue de Cambajou : aujourd’hui rue Frédéric Soulié ; rue du Coin de Cambajou : aujourd’hui rue du Gouverneur Laprade ; rue du faubourg d’Amont : aujourd’hui avenue Victor Hugo.

    saint_george_mirepoix2.jpg

     

    Ci-dessus : description lot nº 1304 du compoix mirapicien de 1666. « Noble Joseph de Saint-George, sieur de Sibra, tient une maison en plancher au faubourg d’Amont, Me Bertrand Pauc [chanoine] marchant sur lui ; confronte d’auta ledit Me Bertrand Pauc, cers et midi les rues, aquilon ledit Pauc et Jean Cathala [bailli de Saint-Quentin] ; contient dix-sept cannes faible, de compoix seize sols…

    saint_george_mirepoix3.jpg

     

    Ci-dessus : vue des anciens lots n°ˢ 1302, 1303, 1304 du compoix mirapicien de 1666, aujourd’hui réunis.

    george_joseph_1623.jpg

     

    Ci-dessus : signature de Joseph de George, seigneur de Sibra. Archives départementales de l’Ariège. 5E2895. Minutes de Maître Bousquet à Camon. 18 décembre 1623.

  • Joseph de Saint-George, marié à Catherine de Corneille, mentionné en 1675 et en 1706. NdR : outre la propriété de la seigneurie de Sibra, Joseph de Saint-George tient à Mirepoix une maison en plancher au faubourg d’Amont (Lot n° 1304.)
  • Louis de Saint-George, mort jeune, fils aîné du précédent
  • Jean Gaston de Saint-George, frère cadet de Louis, mentionné en 1723 et en 1740. Testament le 8 février 1755
  • Jacques Philibert de Saint-George, marié à Marie Acher. NdR : fille d’un riche marchand de Sainte-Colombe-sur-l’Hers, celle-ci lui apporte 5 500 livres de dot 4Pierre Arches. Une fédération locale : la Confédération des Pyrénées. In Bulletin d’histoire économique et sociale de la Révolution française, p. 26. CTHS. Paris. 1972. Cf. également Christine Belcikowski. Stratégies matrimoniales au XVIIIe siècle dans le diocèse de Mirepoix et constitution du parti des marchands.
  • Jean Gaston de Saint-George, fils du précédent, mentionné en 1753 et en 1789.

De la lecture des registres paroissiaux de Lagarde et de Camon, je tire pour ma part le complément d’information 5NB : l’enquête de Joseph Laurent Olive dans Documents et livres terriers concernant la seigneurie de Sibra et le prieuré de Notre Dame de Camon en Ariège et celle de Pierre Arches dans « Une fédération locale : la Confédération des Pyrénées » in Bulletin d’histoire économique et sociale de la Révolution française comportent des erreurs concernant l’état civil de Jacques Philibert de Saint-George, Marie Pradier et Jean Gaston de Saint-George. La lecture minutieuse des registres paroissiaux m’a permis de rectifier certaines d’entre elles. qui suit :

saint_georges_1660.jpg

 

7 janvier 1660. Mort de Noble Joseph de Saint-George à Camon. Archives dép. de lAriège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG1 (1609-1660). Vue 29.

20 août 1692. Camon. Baptême d’Eustache Sulpice de Saint-George, fils de Noble Joseph de Saint-George, seigneur de Sibra, et de Demoiselle Catherine de Corneille. Parrain, Noble Gaston de Saint-George ; marraine, Demoiselle Marion de Saint-George, frère et soeur. 6Archives départementales de l’Ariège. Camon. Document 1NUM/242EDT/GG1 (1633-1726). Vue 48.

21 octobre 1702. Mirepoix. Baptême de Marc de Saint-George, fils de Jacques de Saint-George de Sibra et de demoiselle Thérèse Astruc. Parrain, Marc d’Affoire (?), de la paroisse de Lafage ; marraine, Demoiselle Janeton de Bauzil. 7Archives départementales de l’Ariège. Mirepoix. Document 1NUM6/5MI663 (1699-1722). Vue 84.

23 janvier 1709. Mirepoix. Sépulture d’autre Noble Jean de Saint-George, 55 ans. 8Archives départementales de l’Ariège. Mirepoix. Document 1NUM6/5MI663 (1699-1722). Vue 222.

saint_georges_acher_1742.jpg

 

Janvier 1742. Mariage de Jacques Philibert de Saint-George et de Marie Acher 9Marie Françoise Acher, née le 26 août 1720, fille de Jean Acher et de Françoise Pradier. Marraine, Marie Acher, soeur ou cousine de Marie Françoise Acher. Archives dép. de l’Aude. Sainte-Colombe-sur-l’Hers. Document 100NUM/AC336/GG4 (1706-1765). Vue 98.. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/3E87 (1737-1790). Vue 24.

saint_georges_gaston_1742.jpg

 

Premiers jours de septembre 1742. Ondoiement de Jean Gaston Philibert de Saint-George, fils de Jacques Philibert de Saint-George et de Marie Acher. Parrain, Jean Gaston de Saint-George 10Le nom est illisible sans l’acte ci-dessus ; mais on le connaît par le testament de Jean Gaston de Sain-George, qui « nomme et institue son héritier universel Jean Gaston de Saint-George, son neveu et filleul, seigneur de Sibra ». Ce testament se trouve cité par Joseph Laurent Olive, in Documents et livres terriers concernant la seigneurie de Sibra et le prieuré de Notre Dame de Camon en Ariège, p. 37. ; marraine Françoise Pradier, de Sainte-Colombe, mère de Marie Acher. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/3E87 (1737-1790). Vue 27, difficilement lisible.

saint_georges_deces_1742.jpg

 

15 septembre 1742. Mort de Noble Jacques Philibert de Saint-George. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/3E87 (1737-1790). Vue 27.

saint_georges_signature_1768.jpg

 

Signature de Noble Jean Gaston de Saint-George, seigneur de Sibra, lors du mariage de Jean Gaston de La Fontaine et de Demoiselle Catherine Castignoles en 1768. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 74.

Fils de Jacques Philibert de Saint—George, Jean Gaston de Saint-George, dernier seigneur de Sibra, épouse en 1765 Elisabeth Deville, fille du seigneur de Bénagues. Le couple aura dix-huit enfants, dont, quatorzième de la fratrie, le Jean Louis Gaston de Saint-George qui épouse, le 22 octobre 1826 à Gueytes-et-Labastide, Jeanne Marie Françoise Jacquette Bernadine Clarice Montané.

Voici la liste des dix-huit enfants :

1. 4 novembre 1766. Baptême de Marie Françoise Vincentine de Saint-George. Parrain, M. Vincent Deville, seigneur de Bénagues ; marraine, Dame Marie Acher. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 68. Autre enregistrement : document 1NUM/3E87 (1737-1790). Vue 148.

2. 12 octobre 1767. Baptême d’Anne Marie Victoire de Saint-George. Parrain, M. Acher, négociant de Sainte Colombe ; marraine, Dame Jeanne Marie Deville, de Nalzen. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 71.

3. 4 septembre 1768. Baptême d’Elizabeth Germaine Françoise de Saint-George. Parrain, M. Jean Joseph Acher de Sainte-Colombe ; marraine, Demoiselle Germaine de Ville Penailheu (?). Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 74.

4. 27 octobre 1769. Baptême de Jean Antoine Vincent de Saint-George. Parrain, Antoine Acher de Sainte-Colombe ; marraine, Demoiselle Germaine Deville de Malleou. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 80.

5. 26 janvier 1771. Baptême de Rosalie de Saint-George. Parrain, Noble Jean Baptiste Deville, de Molandier (?), gentilhomme de la chambre du Roi et chevalier de l’ordre de Saint Louis ; marraine, Demoiselle Jeanneton Acher. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/3E87 (1737-1790). Vue 171.

6. 24 mars 1772. Baptême de Marie Antoinette Victoire de Saint-George. Parrain, M. Antoine Delon, de la Tour [de Saint-Quentin] ; marraine, Demoiselle Victoire de Saint-George, soeur de la baptisée. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 86.

7. 8 mars 1773. Baptême de Marie Angélique Joseph de Saint-George. Parrain, Joseph Vernhes, de Bouches (?), procureur du roi de la vallée de Vicdessos, représenté par Antoine Delon, de la Tour ; marraine, Dame Marie Acher Saint-George. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 88. Marie Angélique Joseph de Saint-George épousera plus tard Marc Antoine André Vincent Vergnies-Bouischère (1773, Vicdessos-1839, Vicdessos), maître de forge, maire de Vicdessos, membre du Conseil Général de l’Ariège

8. 13 février 1774. Baptême d’Auguste Cyr de Saint-George. Parrain, Noble Jean Antoine Vincent de Saint-George, frère (19 ans) ; marraine, Marie Victoire de Saint-George, soeur. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 91. Le 8 février 1824, Noble Joseph Auguste Saint Cyr de Saint-Georges de Sibra épouse à Villasavary, dans l’Aude, Zoé Marguerite Léonarde Antoinette Desguilhots de Labatut, fille de Noble Louis Auguste Desguilhots de Labatut, ancien officier, capitaine d’infanterie, chevalier de l’ordre de Saint Louis, maire de Villasavary, et de Noble Françoise Jeanne Antoinette de Coll. Archives dép. de l’Aude. Villasavary. Document 100NUM/5E418/21 (1822-1824). Vue 152. Le 22 juillet 1830, « Noble Joseph Auguste de Saint-George Sibra, surnommé Saint Cyr, propriétaire, époux de Noble Dame Zoé Marguerite Eléonore Antoinette Desguilhots, habitant tous deux à Mirepoix », déclare la naissance de Louis Jean Antoine Zozime de Saint-George. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix. Document 1NUM/4E2347 (1826-1839). Vue 273. Joseph Auguste Saint Cyr de Saint George meurt le 20 mai 1837 à Mirepoix, « dans sa maison d’habitation sise rue de la porte d’Aval » (il s’agit de l’ancienne maison Montfaucon). Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix. Document 1NUM/4E2362 (1825-1838). Vue 621.

9. 12 février 1775. Baptême de Marie Antoinette Sophie de Saint-George. Parrain Jean Antoine Vincent de Saint-George, frère ; marraine, Marie Victoire de Saint George, soeur. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790) Vue 93.

10. 2 novembre 1775. Baptême de Antoine Auguste Saint Cyr de Saint-George. Parrain, Noble Jean Antoine Vincent de Saint-George, frère ; marraine, Marie Victoire de Saint-George, soeur ; substitués tous deux par Jacques Chaubet et Marie Labeur, domestiques du château. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 95. Veuf d’Henriette Marie Thérèse Bernard Guillon-Deleston, mort à Toulouse, rue Sainte-Ursule, le 14 novembre 1842. Archives municipales de Toulouse. Cote : 1E348. Décès 1842. Vue 312.

11. 30 avril 1776. Baptême de Marie Isabeau Henriette de Saint-George. Parrain, M. Me Pierre Teulière, prêtre curé de Genat (?) ; marraine, Demoiselle Marie Isabeau Deville de Malleou ; représentés tous deux par Jacques Chaubet et Marie Labeur, domestiques du château. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/3E87 (1737-1790). Vue 198. Epouse de Bernard Louis Thailhari, elle meurt à Mirepoix, le 3 septembre 1824, au quartier de l’Isle, section C nº 13. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix. Document 1NUM/4E2361 (1813-1824). Vue 486.

12. 30 mai 1778. Baptême de Baptiste Auguste Antoine Philibert Saint-George de Sibra. Parrain, Antoine de Saint-George de Sibra, frère ; marraine, Jeanne Rosalie de Sibra, soeur. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 100. Mort le 2 juillet 1781 à Camon. Archives dép. de l’Ariège. Camon. Document 1NUM/242EDT/GG6 (1773-1782). Vue 47.

13. 1779. « Né d’hier », baptême d’Auguste Emmanuel de Saint-George. Parrain, Philibert de Saint-George, frère ; Marie Anne Rosalie de Saint-George, soeur. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 107. Mort le 2 juillet 1781 à Camon. Archives dép. de l’Ariège. Camon. Document 1NUM/242EDT/GG6 (1773-1782). Vue 47.

saint_georges_gaston_1780.jpg

 

12. 25 juin 1780. Baptême de Jean Louis Gaston de Saint George.

14. 25 juin 1780. Baptême de Jean Louis Gaston de Saint George. Parrain, Noble Jean Baptiste Gaston de Saint-Sernin Puichéric ; marraine, Dame Louise Paule de Bruyères de Chatel, épouse de Noble Jean Louis de Saint-Sernin. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/3E87 (1737-1790). Vue 220.

15. 9 mai 1781. Baptême de Philibert de Saint-George de Sibra. Présents, Pierre Alégier et Joseph Abadie, qui n’ont su signer. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/242EDT/GG6 (1773-1782). Vue 47. Philibert Auguste Emmanuel de Saint-George, « né au château de Sibra, rentier, veuf d’Hélène Jacquette Gélis », mourra chez Dame Irma Sicard, sa fille, le 14 février 1861 à Lespinassière, dans l’Aude. Archives dép. de l’Aude. Lespinassière. Document 100NUM/5E200/9 (1853-1862). Vue 293.

16. 10 mai 1782. Baptême de Paul Hilaire de Saint-George. Parrain, Antoine Acher ; marraine, Marie Victoire de Saint-George, soeur. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 116.

17. 23 novembre 1784. Baptême de Marie Rose Saint-George Sibra. Parrain, Antoine Auguste Sibra, frère ; marraine, Marie Angélique Sibra, soeur. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 125.

18. 19 février 1786. Baptême de Pierre Germain Marie de Saint-George. Parrain, Noble Pierre Germain de Cazemajou de Niort, syndic du diocèse de Mirepoix ; marraine, Marie George de Montaut de Lasset, dame d’Escueillens 11Marie George de Montaut Brassac, fille de fille de Jean de Montaut, seigneur de Brassac, épouse de Noble Pierre de Lasset, seigneur d’Escueillens.. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/140EDT/GG5 (1747-1790). Vue 135.

En 1779, soit l’année de la naissance d’Auguste Emmanuel de Saint-George, douzième de ses enfants, « M. de Saint-George Sibra, père de nombreux enfants près de Mirepoix », adresse à l’Intendance du Languedoc une demande de secours et il obtient le secours en question, à l’instar d’autres pères et mères de famille nombreuse, tels M. de Saint-Prix, du diocèse de Viviers ; M. d’Uston, lieutenant des maréchaux de France ; Mme la comtesse de Toulouse-Lautec ; Guillaume Marie Lecomte, chevalier de Malte, aide-major au régiment de la Couronne ; M. Goirand de La Baume, d’Uzès ; M. de Durban ; M. Acher, ancien ingénieur de l’armée, à Castelnaudary ; M. Lafont de Raissac, du diocèse d’Albi ; Madame de Sabonadière, veuve d’un négociant de Nîmes ; M. de Troy, maître chirurgien à Gaillac ; M. d’Aigaliers, cévenol résidant à Saint-Sauvy de Saint-Brès ; Mme Le Page, veuve Drulhe. 12Marcel Gouron. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Hérault. Archives civiles (articles C 4.668 à C 6.890. Tome V. Intendance de Languedoc. Subdélégations de l’Intendance. Bureau des Finances. Gouvernement militaire général de Languedoc. Montpellier. Archives dép. 1960.

La maison de George, alias Saint-George, se trouve depuis 1597 à la tête de la petite seigneurie de Sibra, Pastouret et Sermet, achetée pour la somme de 200 écus au prieuré de Camon, le 14 juin 1597, lors d’une vente par adjudication décidée pour cause de dette par le prieur Jacques de Villemur.

saint_georges_censives1.jpg

 

Ci-dessus : montant des droits seigneuriaux perçus par les seigneurs de Sibra de 1597 à 1706. Source : Joseph Laurent Olive. Documents et livres terriers concernant la seigneurie de Sibra et le prieuré de Notre Dame de Camon en Ariège, p. 21. NB. Pugnère : mesure de grain ; 1 pugnère = 23,31527 litres ; 4 pugnères font un setier.

En 1645, la seigneurie compte 25 maisons. La superficie des terres rurales données en emphytéose se monte à 112 seterées environ (65,50 ha). La famille de Saint-George ajoute désormais aux droits qu’elle réclame le fermage du moulin bladier, qui se monte à 7 setiers (534,8 litres) de blé par an. Mais elle peine régulièrement à obtenir de ses emphytéotes le paiement des droits et du fermage considérés.

Le 28 mai 1706, suite à la mise en demeure initiée par Jacques Philibert de Villemur, abbé de Boulbonne et prieur de Camon, qui se réclame de la succession de feue Catherine de Villemur, épouse de feu Grégoire de Saint-George, Joseph de Saint-George, fils des précédents, rétrocède la seigneurie de Sibra, Pastouret et Sermet, contre la somme de 1793 livres, au monastère de Camon « pour que ledit monastère en jouisse et dispose, tout ainsi que le seigneur prieur de Camon était en droit de faire avant ledit contrat d’adjudication du 7 juillet 1597, qui deviendra nul et non avenu. Ledit monastère en jouira suivant la clause de la transaction entre messire Jacques Philibert de Villemur, abbé de Boulbonne et prieur de Camon, et le révérend père syndic du monastère de Lagrasse passée devant Me Boyer notaire de Toulouse le 20 février 1699 et homologuée au parlement de Toulouse le 3 mars suivant. » 13Joseph Laurent Olive. Documents et livres terriers concernant la seigneurie de Sibra et le prieuré de Notre Dame de Camon en Ariège, p. 25.

saint_georges_censives_camon.jpg

 

Ci-dessus : montant des droits seigneuriaux dus au prieuré de Camon par la famille Saint-George à partir de 1706. Source : Joseph Laurent Olive. Documents et livres terriers concernant la seigneurie de Sibra et le prieuré de Notre Dame de Camon en Ariège, p. 33.

A partir de 1706, la famille Saint-George ne jouit donc plus de la seigneurie. Elle devient de fait le principal emphytéote du prieuré de Camon. Mais elle conserve la jouissance du château et de toutes marques seigneuriales.

sibra_chateau.jpg

 

Ci-dessus : Extrait de l’acte de reconnaissance signé par Noble Louis de George en 1713 à la demande du prieur de Camon. Document reproduit par Joseph Laurent Olive, in Documents et livres terriers concernant la seigneurie de Sibra et le prieuré de Notre Dame de Camon en Ariège, p. 32. NB. Tinel : salle basse où mangent les domestiques dans une grande maison ; sol : aire ; hière : aire sur laquelle on bat le blé.

Le 18 novembre 1712, soucieux des charges financières qui découlent de la propriété de la seigneurie de Sibra, le prieuré de Camon choisit de se défaire à nouveau de la dite seigneurie. Le prieur de Camon signe à Camon devant Maître Vidalat, notaire de Mirepoix, l’acte de revente de la seigneurie de Sibra à Dame de Corneille, veuve de Joseph de Saint-George, pour la somme de 2600 livres tournois 14Joseph Laurent Olive. Documents et livres terriers concernant la seigneurie de Sibra et le prieuré de Notre Dame de Camon en Ariège, p. 62.

Par la suite, comme suggéré en 1779 par sa demande de secours auprès de l’Intendance du Languedoc, Jean Gaston de Saint-George peine derechef à obtenir de ses emphytéotes le paiement des droits et fermages de ses terres de Sibra.

acher_marie_1787.jpg

 

Ci-dessus : 25 novembre 1787. Mort de Dame Marie Acher, épouse de défunt Philibert de Saint-George, seigneur de Sibra. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/3E87 (1737-1790). Vue 269.

En 1787, Jeanne Acher, soeur de Marie Acher, héritière de Jean Acher, leur père, dont les biens sont évalués à 46 755 livres six sols, lègue à Jean Gaston de Saint-George, son neveu, la totalité de sa fortune. Lq famille Saint-George trouve ainsi à redorer son blason, deux ans à peine avant la tourmente de 1789.

Le sort de la famille Saint-George durant la Révolution demeure mal connu. Nommé administrateur du district en 1790, Jean Gaston de Saint-George se trouve ensuite arrêté et emprisonné à Foix pour avoir laissé son château « servir de repaire aux prêtres fanatiques et à tous les ennemis de la liberté ». L’un de ses fils, dénommé seulement « Fils Saint-George » 15Joseph Laurent parle ici d’un fils prénommé Jules. Mais aucun Jules ne figure dans la liste des dix-huit enfants de Jean Gaston de Saint-George., dirige pendant ce temps l’atelier de fabrication de salpêtre installé dans le château de Lagarde. Libéré à la fin de l’année 1793, mais ruiné par la suppression des droits féodaux et par la perte de ses terres, déprimé par la perte de son épouse (cf. infra), circa 1811 il vend son château à Pierre Espert, natif de Lagarde, qui est devenu général d’Empire, puis baron et vicomte.

deville_deces_1809.jpg

 

Ci-dessus : 20 octobre 1809. Mort de Madame Marie Elizabeth [De]Ville, épouse de Noble Jean Gaston de Saint-George. Archives dép. de l’Ariège. Lagarde. Document 1NUM/5MI737 (1792-1819). Vue 538.

Dame Marie Elizabeth [De]Ville n’aura pas vécu la perte de la maison où elle a mis au monde dix-huit enfants. Elle meurt, « en son château » encore, le 20 octobre 1809.

130918_sibra1.jpg

 

Ci-dessus : vue du château de Sibra après les transformations opérées dans les années 1820 par Pierre Espert, ainsi que Jean Marc Jean Baptiste Espert, ses frères, et avant la mutation de style troubadour initiée par Alcide Villary de Fajac, promoteur de la ligne de chemin de fer Pamiers-Mirepoix-Limoux, à partir de 1880 16Cf. La dormeuse blogue 2 : Dans le parc du château de Sibra..

sibra_vestiges.jpg

 

Ci-dessus : aujourd’hui, seuls vestiges de l’ancien château de Sibra, conservés dans le parc du nouveau château, construit par Pierre Espert, puis métamorphosé par Alcide Villary de Fajac.

saint_george_deces_1821.jpg

 

13 septembre 1821. Mort de Noble Jean Gaston de Saint-George de Sibra. Archives dép. de l’Ariège. Mirepoix. Document 1NUM/4E2361 (1813-1824). Vue 385.

Après la vente de son château, Jean Gaston de Saint-George se retire à Mirepoix, dans une petite maison située au nº 123 de la section C, rue des Pénitents blancs, où, veuf de Dame Elizabeth [De]Ville, il mourra le 13 septembre 1821. Achetée à Raymond Rivel, cette maison a été, au moins jusqu’en 1791, la propriété de Barthélémy Clauzel et Jacques Clauzel, curé de Caignac 17Plan 2 nº 179 du compoix de 1666 ; cf. La dormeuse blogue 2 : A Mirepoix – Moulon de la rue Cambajou, porte del Rumat, rue Paraulettes, rue Caramaing, rue St Amans, le Bascou et partie du faubourg d’Amont..

C’est de cette petite maison que Jean Gaston de Saint-George est dit propriétaire sur l’acte de mariage de Jean Louis Gaston de Saint-George, enregistré le Le 22 octobre 1826 à Gueytes-et-Labastide. L’acte de mariage en question ne précise pas si Jean Louis Gaston de Saint-George, dit également propriétaire, est propriétaire du château de Cazaux, dans lequel il réside, ou si, propriétaire d’un bien situé ailleurs, il se trouve être locataire seulement du dit château. C’est là, d’après moi, l’hypothèse la plus vraisemblable.

Il semble bien qu’après la mort de Gabriel de Béon Cazaux, le château et les terres de la Bastide de Cazaux soient revenus à Mathieu Antoine de Mauléon Narbonne et à Elisabeth Françoise Perrette Emilie de Mauléon Narbonne, fils et fille de François de Mauléon Narbonne et de Marie Marguerite de Béon Cazaux. Il faut attendre le 11 mars 1826 pour que soit publié le décret des « liquidations faites par la Commission d’Indemnité, au profit des anciens propriétaires ou ayant-droit des anciens propriétaires de biens-fonds confisqués ou aliénés révolutionnairement » 18Cf. Christine Belcikowski. Après la Révolution, à Gueytes-et-Labastide et au château de Cazaux….

Il semble également que les dites liquidations aient traîné ou suscité des difficultés successorales, puisque dans les rôles de population de Gueytes-et-Labastide, le château de Cazaux ne fait l’objet d’aucun propriétaire désigné avant 1851, date à laquelle Albin Douays, fils d’un marchand drapier de Chalabre, en devient le nouveau propriétaire, si lontemps attendu 19Cf. Ibidem..

On supposera toutefois que Jean Louis Gaston de Saint-George échappe désormais à l’infortune de son père, puisqu’en la personne de Jeanne Marie Françoise Jacquette Bernadine Clarice Montané, il épouse à la fois la nièce de Jacques Bernard Marie Montané [de La Roque], président du tribunal révolutionnaire de 1792 à 1794, et la fille unique d’un marchand fortuné. Il vivra par la suite au nº 30 de la rue de la Pomme, à Toulouse.

sibra_cartepostale.jpg

 

Ci-dessus : face au parc, vue du nouveau château de Sibra en 1910.

cazaux_chateau.jpg

 

Ci-dessus : vue du château de Cazaux, à Gueytes-et-Labastide, durant l’hiver 2015.

References   [ + ]

1. A Lagarde et à Mirepoix, dans les registres les plus anciens, la famille se trouve mentionnée sous le nom de George. A partir du XVIIe siècle, elle prendra le nom de Saint-George.
2. NdR : Frise du Lac, † 17 novembre 1615 à Lagardelle-sur-Lèze, Haute-Garonne.
3. François Alexandre Aubert de La Chesnaye des Bois. Dictionnaire de la Noblesse. Tome VII, p. 744. Chez Antoine Boudet, Imprimeur-Libraire. Paris. 1774.
4. Pierre Arches. Une fédération locale : la Confédération des Pyrénées. In Bulletin d’histoire économique et sociale de la Révolution française, p. 26. CTHS. Paris. 1972. Cf. également Christine Belcikowski. Stratégies matrimoniales au XVIIIe siècle dans le diocèse de Mirepoix et constitution du parti des marchands.
5. NB : l’enquête de Joseph Laurent Olive dans Documents et livres terriers concernant la seigneurie de Sibra et le prieuré de Notre Dame de Camon en Ariège et celle de Pierre Arches dans « Une fédération locale : la Confédération des Pyrénées » in Bulletin d’histoire économique et sociale de la Révolution française comportent des erreurs concernant l’état civil de Jacques Philibert de Saint-George, Marie Pradier et Jean Gaston de Saint-George. La lecture minutieuse des registres paroissiaux m’a permis de rectifier certaines d’entre elles.
6. Archives départementales de l’Ariège. Camon. Document 1NUM/242EDT/GG1 (1633-1726). Vue 48.
7. Archives départementales de l’Ariège. Mirepoix. Document 1NUM6/5MI663 (1699-1722). Vue 84.
8. Archives départementales de l’Ariège. Mirepoix. Document 1NUM6/5MI663 (1699-1722). Vue 222.
9. Marie Françoise Acher, née le 26 août 1720, fille de Jean Acher et de Françoise Pradier. Marraine, Marie Acher, soeur ou cousine de Marie Françoise Acher. Archives dép. de l’Aude. Sainte-Colombe-sur-l’Hers. Document 100NUM/AC336/GG4 (1706-1765). Vue 98.
10. Le nom est illisible sans l’acte ci-dessus ; mais on le connaît par le testament de Jean Gaston de Sain-George, qui « nomme et institue son héritier universel Jean Gaston de Saint-George, son neveu et filleul, seigneur de Sibra ». Ce testament se trouve cité par Joseph Laurent Olive, in Documents et livres terriers concernant la seigneurie de Sibra et le prieuré de Notre Dame de Camon en Ariège, p. 37.
11. Marie George de Montaut Brassac, fille de fille de Jean de Montaut, seigneur de Brassac, épouse de Noble Pierre de Lasset, seigneur d’Escueillens.
12. Marcel Gouron. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Hérault. Archives civiles (articles C 4.668 à C 6.890. Tome V. Intendance de Languedoc. Subdélégations de l’Intendance. Bureau des Finances. Gouvernement militaire général de Languedoc. Montpellier. Archives dép. 1960.
13. Joseph Laurent Olive. Documents et livres terriers concernant la seigneurie de Sibra et le prieuré de Notre Dame de Camon en Ariège, p. 25.
14. Joseph Laurent Olive. Documents et livres terriers concernant la seigneurie de Sibra et le prieuré de Notre Dame de Camon en Ariège, p. 62.
15. Joseph Laurent parle ici d’un fils prénommé Jules. Mais aucun Jules ne figure dans la liste des dix-huit enfants de Jean Gaston de Saint-George.
16. Cf. La dormeuse blogue 2 : Dans le parc du château de Sibra.
17. Plan 2 nº 179 du compoix de 1666 ; cf. La dormeuse blogue 2 : A Mirepoix – Moulon de la rue Cambajou, porte del Rumat, rue Paraulettes, rue Caramaing, rue St Amans, le Bascou et partie du faubourg d’Amont.
18. Cf. Christine Belcikowski. Après la Révolution, à Gueytes-et-Labastide et au château de Cazaux…
19. Cf. Ibidem.

Leave a Comment