Légendes urbaines – Pax huic domui…

 

PAX HUIC DOMUI NI(HI)L INTRET MALI 1945… La maison sur laquelle on lit cette inscription se trouve à Mirepoix, rue Victor Hugo. Je ne sais rien sur cette maison, sinon qu’elle appartenait en 1766 à Jean Ambal, maître de musique à Bélestat (plan 2 n°146 du compoix de 1766) ou à Jacques Carey (plan 2 n°147). Le temps a passé depuis lors, les générations, les propriétaires, les événements…

L’inscription intrigue, en raison de son caractère lettré. Parfois repris sur les cadrans solaires, le PAX HUIC DOMUI vient de l’évangile de Saint Mathieu, dans sa leçon latine, en X, v.12 :

12. Intrantes in domum, salutate eam dicentes : pax huic domui.
Entrant dans la maison, saluez-la, disant : Paix à cette maison.

Le PAX HUIC DOMUI gagne en force encore au regard des versets qui suivent :

13. Et si quidem fuerit domus illa digna, veniet pax vestra super eam ; si autem non fuerit digna, pax vestra revertetur ad vos.
14. Et quicumque non receperit vos, neque audierit sermones vestros ; exeuntes foras de domo, vel civitate, exeutite pulverem de pedibus vestris.
15. Amen dico vobis : Tolerabilius erit terrae Sodomorum et Gomorrhaeorum in die judicii quam illi civitati.

13. Et si cette maison en est digne, la paix viendra en elle ; et si elle n’en est pas digne, votre paix reviendra sur vous.
14. Lorsque quelqu’un ne vous recevra point et n’écoutera point vos paroles, sortez de cette maison et de la ville, et secouez la poussière de vos pieds.
15. En vérité, je vous le dis, Sodome et Gomorrhe au jour du jugement seront traitées avec moins de rigueur que cette ville.

De façon plus curieuse, le NIL INTRET MALI se trouve reproduit d’une mosaïque romaine trouvée dans le sol, en 1842, lors de l’édification d’une fontaine sur l’ancienne place Saint Michel (aujourd’hui place Mozart) à Salzbourg, et scellée dans la base de marbre offerte à cette intention par Louis Ier de Bavière. Située au centre de la place, face à l’église Saint Michel, la fontaine est elle-même surmontée d’une statue de Saint Michel, l’archange psychostase et psychopompe, qui terrasse le diable et assure ainsi le possible du salut des âmes.

HIC HABITAT (FELICITAS), NIHIL INTRET MALI, Ici règne la félicité, que rien du mal ne puisse y entrer, dit l’inscription antique.

La date spécifiée à la suite de l’inscription mirapicienne, 1945, confère à cette dernière une portée que tout passant est à même de mesurer. On se souviendra par ailleurs que l’église du vieux cimetière de Mirepoix porte le nom de Notre Dame et Saint Michel.

Ce contenu a été publié dans Légendes urbaines, Midi-Pyrénées, Moulons de Mirepoix, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Légendes urbaines – Pax huic domui…

  1. Martine Rouche dit :

    Magnifique !

  2. Gironce dit :

    Intéressante, cette histoire de Sodome et Gomorrhe. L’accueil de Dieu est donc plus important que les moeurs…
    Cette Parole continue de m’interpeller, et invite à la réflexion. Dieu pardonne même au dernier des derniers, pourvu qu’il Le reconnaisse.

    Dernière info, il faudrait dire plus exactement  » l’Immaculée Conception de Notre Dame et Saint Michel  » : c’est écrit dessus. Ce vocable interpelle, car il est plus ancien que ce que l’on croit couramment . La chapelle a été bâtie en 1664. Le dogme de l’Immaculée Conception ayant été promulgué en 1854. Quelle modernité !

  3. Martine Rouche dit :

    Pour Jacques : d’où le respect, l’admiration et la grande amitié trans-temporelle que nous (les trois amies) vouons à Anne d’Escale, nièce de l’évêque Pierre de Donnaud, femme extraordinaire (pléonasme ? ……… ) qui voulut et fit construire cette église pour le nouveau cimetière du temps. Eglise pour laquelle elle eut le permission du Chapitre d’utiliser des pierres de l’église de Payssels et de la métairie de Paraulettes, si ma mémoire est bonne.
    (Mon ordinateur refuse l’orthographe correcte du patronyme de Demoiselle Anne … )

  4. Gironce dit :

    J’aurais écrit cette très belle exergue en occitan. Qui a bien pu, en 1945, vouloir ce texte sur sa maison ? Sans doute un lettré, un ecclésiastique peut-être un peu pédant. Le latin, c’est très beau; l’occitan est aussi chantant, sinon davantage. Bertat vos aus ?
    Martine, votre mémoire est n’est jamais prise en défaut. Je vous envie…

  5. Gironce dit :

    Je sais une église au fond d’un hameau… Interprétée par Jean Lumière, chanteur célèbre du début du 20e. S. Une onction de bonheur.

  6. H Rumeau dit :

    Ma mère m’a bercé avec cette chanson !
    Vous pouvez la réentendre là :
    http://www.youtube.com/watch?v=AFkuiQtWKWY

Les commentaires sont fermés.