Analogies – Voûtes

 

Ci-dessus, de gauche à droite : Hubert Robert (1733-1808), Crypto-portique, collection du comte Jean d’Heucqueville ; 12 août 2011, église Saint Etienne, Toulouse, cliché personnel.

 

Ci-dessus, de gauche à droite : Hubert Robert, La violation des caveaux des rois dans la basilique Saint-Denis, en octobre 1793 ; Hubert Robert, La Bièvre.

Le démon de l’analogie donne à voir ce qu’il y a de même au coeur de ce qui diffère, ici les avatars d’une forme que tantôt l’on assassine et que tantôt l’on sauvegarde. La forme est dans l’esprit avant d’être dans les choses. Gage de permanence, nonobstant les révolutions et l’universel écoulement de tout.

Ce contenu a été publié dans art, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Analogies – Voûtes

  1. Marguliew dit :

    Magnifique photo et magnifiques tableaux ! Et la voûte, toutes ces hauteurs qui la soutiennent, complexes, et la lumière dessus, tendent à rendre ces architectures pourtant réelles comme des espaces imaginaires, imaginés, mentaux ! Ta propre photo, elle même, ressemble plus à une peinture d’un lieu improbable, rêvé ! Il y a quelque chose dans ces architectures – telles qu’elles se dessinent, laissent déployer selon leurs géométries la lumière, la découpent, – de l’ordre d’une Idée représentée, quelque chose de pur et compliqué dans le simple, un concept tellement fort qu’il semble plus du domaine d’un absolu qui ne se pourrait qu’en pensée.

Les commentaires sont fermés.