Le printemps vient

Le jardin ramène sa fraise,
il se pare, soir et matin,
d’un collier de chants d’oiseaux.
Un bouquet de violettes, jolie Madame !
Le printemps vient, t’invitant à jouer aux dés
une main d’oublies.
Mais les dés sont pipés.
La Dame n’est plus jeune,
et oublies et violettes,
et un oiseau qui chante plus haut,
— faut-il rougir ? —
te ramènent au souvenir du pensionnat,
de l’uniforme, du missel,
des leçons de vertu
que les bonnes soeurs font aux filles.

Les Pyrénées brasillent au loin.
Cherche l’archer
caché dans l’image.

2 réponses sur “Le printemps vient”

  1. Trés poetique, on sais bien que dans ce coin ce petit printemps de fevrier peut être deçevant mais on l’accepte avec gratitude même savant que viennent les gros pluies avant notre petit sortie de quelque mois dans les beau temps comme on dit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *