Le monde se fait

Plus jeune que le péché,
Eve allait nue,
dans le jardin d’Eden,
nue de corps pas toujours,
car il y a l’hiver,
ses mains de froid,
mais nue d’âme
comme la fumée lente
du petit matin,
miracle d’un texte
qui s’écrit tout seul.
Plus jeune que le péché,
Adam porte sur lui
l’odeur des feuilles mortes
et du givre,
qui craquent sous son pas.
Le texte, à petit bruit,
continue de s’écrire.
Les bêtes des bois
retiennent leur souffle.
Il va neiger !
L’air prend un goût de feutre.
Les premiers flocons
s’éplument dans l’air.
Grou ! un vol de grues passe.
Neige en novembre
Noël en décembre,
là-bas dans la cabane,
sous le couvert du bois,
le monde se fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *