Allo ! Cassandre !

Dans mon sommeil, Cassandre me téléphonait :
— Pauvres de nous, dont c’était le dernier jour dans la ville,
nous ornons nos sanctuaires de frondaisons festives !
— Mais qu’est-ce que tu racontes, Cassandre ?
— Je me souviens de l’avenir.
Hélène et Pâris, Pénélope et Ulysse,
Hécube et Priam, Andromaque et Hector,
Clytemnestre et Agamemnon,
Electre et Oreste…
Pauvres de nous !
Je cherche Troie ici.
Car ici est notre demeure.
— Mais qu’est-ce que tu racontes, Cassandre ?
— Je suis la voix du Sphinx.
Bourdelle m’a sculptée.
Tu m’as vue au musée.
— Mais qu’est-ce que tu racontes, Cassandre ?
— Les dés roulent.
Je suis la septième face du dé,
celle qu’on voit quand on est mort,
quand les jeux qui sont faits.
— Mais qu’est-ce que tu racontes, Cassandre ?
Où es-tu ?
_ Je suis en Turquie.
Je visite Issarlik.
— Rentre vite !
Dans mon sommeil, Cassandre me téléphonait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *