Mirepoix et le canal du Midi…

calages

 

Ci-dessus : à Mirepoix, emplacement de l’ancien grenier à sel, où, de 1639 à 1641, aux côtés d’Henri de Calages, Pierre Pol Riquet a exercé la charge d’officier de la gabelle, et où il a commencé de nourrir son projet de construction d’un « canal des deux mers ».

Nostre Pierre Pol Riquet, qui a exercé à Mirepoix la charge d’officier du sel de 1639 à 1641, a rêvé que Mirepoix fût relié via l’Hers au canal du Languedoc, aujourd’hui renommé canal du Midi. Il mentionne en effet Mirepoix dans une lettre adressée à Colbert le 20 décembre 1664… »

« Peut-estre, Monseigneur, trouverez -vous mauvais qu’un petit homme comme moy porte ses pensées si haut, et vous oze parler avec tant de franchise. Je vous en demande excuse, et je vous supplie de faire considération que, quoyque je sois petit, la matière dont je vous entretiens estant grande, il ne se peut pas faire que je ne m’eslève au-dessus de moy-mesme, regardant en cecy la magnifficence et la grandeur de nostre prince, l’extrême capacité de ses ministres, et le fort attachement qu’ilz ont pour le service et pour l’accroissement de la gloire de Sa Majesté.

Vous considérerez, s’il vous plaît, Monseigneur, que ce canal, communiquant la Garonne au Rosne, donnera sujet à toutes les villes de ceste province de faire des despences en leur particulier pour avoir de petitz canaux qui communiquent à celluy-cy. Je remarque qu’il n’y a pas une d’elles à qui la nature n’en présente les moyens : l’Albigeois le peut faire par sa rivière du Tarn, le Castrois par celle d’Agout, le Foix par l’Ariége, le Mirepoix par le grand Lers 1Lers : graphie ancienne de l’Hers., Besiers par celle d’Orb, Pezenas par l’Eraut, Montpellier par un ancien canal que le temps a ruiné et par sa rivière de Lez, Lunel par sa Robine, Nismes par sa fontaine, et Tholouze, Castelnaudary, Carcassonne et Narbonne s’y rencontrent scituez dessus, aussy bien que toutes les villes du long du Rosne.

Je vous ay cy-devant escrit, Monseigneur, que la jonction des rivières de la Montaigne-Noire, leur conduite aux Naurouzes, les chaussées, les magazins d’eau et la mine dont mention est faite cy-dessus, estoit l’embarras, et ce qui fesoit le plus de peyne à Messieurs les commissaires et expertz. Il est vray que cella n’est point sans difficulté ; et comme je suis celluy qui ay donné le premier branle à ce dessein, je serois au désespoir si ces difficultez en empêchoient la réussite ; et c’est aussy pour cella qu’au refus de tous les autres je veux bien m’ engager par un forfait à ceste difficille besogne, tout ainsy que je vous l’ay cy-devant escrit. Je la feray à un prix très raisonnable et modique, avec ceste stipulation que je ne pourray recevoir aucun argent de mon forfait, que je n’aye fait connoistre par une démonstration sensible ou, pour mieux m’expliquer, par une petite rigole 2Cf. La dormeuse blogue 3 : Une balade avec les Amis de Riquet – Dans la forêt de Ramoundès, la rigole d’essai du canal du Midi., qu’il est possible de mener toutes lesdites rivières aux pierres de Naurouze… » 3Lettre de Pierre Pol Riquet de Bonrepos à Jean Baptiste Colbert (ministre d’Etat) datée du 20 décembre 1664, à Montpellier. Les Correspondances administratives sous le règne de Louis XIV. Année 1855. Volume 4. Numéro 1, pp. 15-21.

References   [ + ]

1. Lers : graphie ancienne de l’Hers.
2. Cf. La dormeuse blogue 3 : Une balade avec les Amis de Riquet – Dans la forêt de Ramoundès, la rigole d’essai du canal du Midi.
3. Lettre de Pierre Pol Riquet de Bonrepos à Jean Baptiste Colbert (ministre d’Etat) datée du 20 décembre 1664, à Montpellier. Les Correspondances administratives sous le règne de Louis XIV. Année 1855. Volume 4. Numéro 1, pp. 15-21.

Leave a Comment