Breloques, ou pièces fugitives, publiées en 1782 à Toulouse par Jean Baptiste Arroux de La Serre

breloques1782

 

Ci-dessus : Jean Baptiste Arroux de La Serre, Breloques ou recueil de pièces fugitives. Deux pièces sont en occitan, dont une cantate « dans le dialecte du pays » (pp. 97, 114), accompagnée d’un glossaire (p. 102). Ouvrage imprimé sans doute par Dominique Desclassan.

L’Espilletto, odo

Uno tendr’amouretto
De mon cor sé sasis
Per uno Pastouretto
Qu’es belo que rabis.
La gracio dount campéjo
Soun trop huroux troupel,
Fa qu’on brullo d’embéjo
D’estré soun Pastourel.

On nou pot sé desfendré
De soun ayré bésiat,
La bébé, ni l’entendré
Sans estr’estasiat.
Uno poumo rougetto
A mens de bermillou
Que sa raro bouchetto
Qu’embauma de douçou.

Las rosos muscadettos
É la flou del bouyssiou
Cedoun à sas poupettos
L’audour é la blancou.
Hurouso la manetto
Qu’un joun en tout aunou
Forçara l’espilleto
Qué las ten en prisou ! 1Breloques, ou pièces fugitives, p. 114.

Fragment du même auteur

Souis els soun dos estellettos
Dont l’amistouso clartat
Espellis mill’amourettos
Dins lou cor lou may tourrat.
Soun sé que ternis l’albastré,
Sa bouchetto de coural,
Rebiscoularion un Pastré,
Quand seri’al darnié badal. 2Ibidem, p. 116.

References   [ + ]

1. Breloques, ou pièces fugitives, p. 114.
2. Ibidem, p. 116.

Leave a Comment