Presen d’un froumatgé d’Andorro qué fourec fayt à moussur Goudouli

boissiere_goudouli

 

« Bezi, per aquesté messatgé
Bous recebrets un bel froumatgé,
Qué la crabo del cel a fayt
Ambé la cremo dé soun layt,
Dins lé sé d’aquelos monterons
Qué ban tira las tararaignos,
Dan lour cap toundut é pelat,
Del planché del moundé estelat :
Aquo’s un instrumen d’Andorro,
Qué bal may qué bostro mandorro,
Ni qué lé biuloun dé Pounset
Per tout qu’albédos à la set.
La gloire n’a poun d’autre ibori
Pel burin dé soun escritori ;
Febus sen serbis d’un crouquet
Per colofonio à soun arquet,
Benus tiro d’aquel froumatgé
Lé bermilhou dé soun bisatgé,
L’innocenço soun amadou,
Nostro vido soun poulidou
Mentré qué les ans é la houros
Fan bira sas débanadouros ;
Bacchus lé fa serbi dé grays
Per la carrioles dé sous chays ;
Las Musos n’unton à l’escolo
L’aissel dé lour carriol qué bolo,
E porto toun noum merbeillous,
Despey aquel flubé orgueillous
Qué fa brounzi coum’un miraclé
La glorio dé nostré Bazaclé,
Jusquos aquel qué dins lé lieyt
Del soulel pisso cado neyt.
Aquos lé gran amic del flascou,
Carmantran s’en serbis dé cascou ;
Amour, aquel gaigno-petit,
Per agusa soun apetit,
N’a poun d’autro peyro ni molo ;
Aquos la plus milhouno colo
Dan qué las bounos amistas
Poscon uni las boulountats ;
Aquos lé prezen qué bous mando
Moussul Conté, qué mé demando
Ount pot aros fa resplandi
Sa clartat, l’Apollon moundi,
Estounat dé n’augi noubelos
Dé sas dibinos caramelos. » 1Pouésíos dé Pierré Goudouli é d’autrés Pouétos dé Toulouso, pp. 142-144 ; à Toulouso, dé l’imprimario dé Caunes, à la carriero des Tournurs, 1830.

Boissiéro

Louis de Boissière (?-1627), alias Boissiéro, a été avocat au parlement et secrétaire d’Adrien de Monluc Montesquiou (1571-1646), lui-même grand protecteur des arts et des lettres toulousains, par ailleurs petit-fils du célèbre Blaise de Monluc. Cf. passim : Christian Anatole, Peire Godolin, 1580-1649, Université de Toulouse-Le Mirail, 1994 ; Véronique Garrigues, Adrien de Monluc, 1571-1646. D’encre et de sang, Presses universitaires de Limoges, 2006.

J’ai choisi le poème de Boissière reproduit ci-dessus, pour le charme de sa veine baroque, un brin macaronique. Il a été publié pour la première fois à la suite du Ramelet Moundi, « tresièmo floureto », de Goudouli, et dans Las Obros, de Goudouli aussi. Le nom de Boissière et les titres des deux pièces de vers qui nous restent de lui se trouvent mentionnés page 230 dans l’Essai sur l’histoire littéraire des patois de la France aux XVIe et XVIIe siècles, ouvrage publié en 1859 par le docteur J. B. Noulet, aux éditions J. Téchener, Paris.

Une autre fois, je reproduirai ici un poème de Goudouli en personne.

References   [ + ]

1. Pouésíos dé Pierré Goudouli é d’autrés Pouétos dé Toulouso, pp. 142-144 ; à Toulouso, dé l’imprimario dé Caunes, à la carriero des Tournurs, 1830.

Leave a Comment

  • Anne-Marie Dambies at 7 h 30 min

    Ce n’est pas l’odeur du fromage qui me réveille!! mais l’évocation de mon ancêtre !!
    Quel bon choix !!!

    • La dormeuse at 7 h 32 min

      Bonjour, Anne Marie,
      Quelle surprise ! Tu veux bien nous en dire plus ?