Analogies – La Sainte Face dans la nature

 

Ci-dessus, de gauche à droite : négatif du visage du suaire de Turin, 1898 ; chose vue au bord du Douctouyre.

L’analogie ajoute de la profondeur au monde. Elle donne à voir avant, plus obscur aussi. Loin de moi, ce à quoi je ne pensais pas m’apparaît soudain. Sans pourquoi, sinon peut-être en vertu d’une vague ressemblance de formes, – celle de deux branches, entre lesquelles, au-dessus de la rivière, drossé par l’eau de l’hiver, un visage de paille se forme. Et pourquoi pas la Sainte Face sur l’eau ? Saint Paul dit bien dans l’Epître aux Romains 1Saint Paul, Epître aux Romains, VIII, 19. que « la Création à l’unisson gémit et souffre dans l’attente tendue, l’αποκαραδοκια (apokaradokia), de la Révélation ». Mystérieuse téléologie, qui invite à lire dans toute figure de hasard le signe, la promesse, de quelque signification autre, encore en souffrance.

Notes   [ + ]

1. Saint Paul, Epître aux Romains, VIII, 19.
Ce contenu a été publié dans La dormeuse, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.