VanBinh, sculpteur de métaux, expose à la galerie de la Porte d’Amont

 

Etonnant de voir comme la monumentalité habite la petite galerie de la Porte d’Amont à Mirepoix, comme elle respire ici, dans le fluide du jour qui émane des deux grandes fenêtres et qui se trouve réfléchi par le blanc des murs lisses. Signées VanBinh, quelques grandes sculptures de bronze, d’aluminium ou d’acier, peuplent actuellement la galerie de leur présence tranquillement mystérieuse. Le mystère est dans la matière, d’apparence brute, magmatique, empreinte encore du souvenir de la fusion, ou somptueusement ouvragée de stries, rehaussée d’or, oxydée, peinte, cirée, vernie, ou encore pliée, tordue, à la façon d’un matériau industriel. La tranquillité est dans la forme, haute souvent, simple, pure, balançant chaque fois entre symbolisme et abstraction.

Ces sculptures viennent de Villardonnel, dans les Corbières, où VanBinh a son atelier depuis 1999. L’artiste évoque sur son site les techniques de création qu’il met en oeuvre dans son atelier, et il propose une vidéo du travail réalisé lors de la création de la sculpture intitulée Origine, oeuvre qui a été exposée au Salon International des Beaux Arts de Béziers 2011 qui a obtenu le Grand Prix de la Ville de Béziers et la Médaille de la ville de Béziers.

 

 

 

Van Binh crée aussi, en collaboration avec le compositeur serge André, des « sculptures sonores« . Les émotions de la sculpture se manifestent aussi dans les sons qui accompagnent le travail au sein de l’atelier. Serge André use des sons qu’il enregistre dans l’atelier de VanBinh pour composer à partir de ce matériau concret, frère du métal, de courtes pièces qui constituent, à la façon de l’ombre portée, la musique « portée », qui suit de la sculpture en naissance. La musique ainsi « portée » se trouve enregistrée sur le CD qui accompagne la petite sculpture photographiée ci-dessus, et sur la clé USB qui se trouve incluse, et ainsi rendue disponible, dans la sculpture elle-même.

 

Laurent Adam, dont je ne sais rien, dédie aux sculptures de VanBinh une suite de beaux textes poétiques qu’on peut lire à la galerie de la Porte d’Amont. L’un de ces textes, intitulé « Fil à plomb », dit le sentiment de profonde humanité qui émane de l’oeuvre de Van Binh.

 

Le marcheur devient phare
Le vertical dans la tempête
Reliant le ciel à la terre
Reliant l’homme
Aux hommes

Laurent Adam, Fil à plomb

 

 

Sans regarder nulle part
Et sans rien voir
Il montre le chemin
Non pas guide prétentieux
Ou loup solitaire
A la tête de la meute
Mais fil à plomb
Reliant les hommes et les éléments
Pour ouvrir le chemin

Laurent Adam, Fil à plomb

Rien de commun ici entre celui qui « sans rien voir montre le chemin » et l’aveugle qui, chez Pieter Bruegel l’Ancien, mène derrière lui les autres aveugles à l’abîme 1Cf. Pieter Bruegel l’Ancien, La parabole des aveugles, tableau peint en 1568, conservé au musée de Capodimonte, à Naples.. « Fil à plomb… pour ouvrir le chemin », la fonction de tout artiste est là. L’oeuvre de VanBinh, dans sa dimension symbolique, le rappelle fortement.

A voir jusqu’au 23 avril 2012
Galerie de la Porte d’Amont
10 Cours Louis Pons Tande, 09500 Mirepoix
06 22 40 58 45
laportedamont@gmail.com

A lire aussi : VanBinh sculpteur de métaux, site personnel de l’artiste.

Notes   [ + ]

1. Cf. Pieter Bruegel l’Ancien, La parabole des aveugles, tableau peint en 1568, conservé au musée de Capodimonte, à Naples.
Ce contenu a été publié dans art, Midi-Pyrénées, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.