Robinson et le rire de la mer

Debout face à la mer
qui dégueule,
en même temps que son rire,
Jonas et la baleine,
et aussi les espars
de tant de nefs d’antan
qui ont coulé comme du marbre,
Robinson s’époumone,
à l’instar du jeune Démosthène,
διαρθροῦν εἰς τὸ στόμα ψήφους λαμβάνοντα 1Plutarque. Vie des hommes illustres. IV, 11. Vie de Démosthène.
qui tente d’articuler face à la mer,
la bouche pleine de cailloux
,
Robinson s’époumone
à l’endroit des vaisseaux
qui passent sans l’entendre,
— Ces cailloux sont durs à mâcher !
Et la mer de bailler
aux cailloux, aux oiseaux,
à l’univers entier.
Et l’espoir de couler
comme un vieux marbre blanc.

Plus tard, à Londres,
où il fait sombre et froid
Robinson s’ennuie
d’avoir à lire et à relire
sa vie dans le journal 2Le 3 décembre 1713, Richard Steele publie dans le journal The Englishman le récit des véritables aventures d’Alexandre Selkirk, récit qui a inspiré le Robinson Crusoë (1719) de Daniel Defoë.
à la clarté des lampes.
Et les cintres du XVIIIe siècle
de bailler au-dessus de lui,
et de rire comme poissons en caque.

Robinson, un jour,
repart à la nage.
Il s’est noyé en 1721
au large des côtes de l’Afrique.

References   [ + ]

1. Plutarque. Vie des hommes illustres. IV, 11. Vie de Démosthène.
2. Le 3 décembre 1713, Richard Steele publie dans le journal The Englishman le récit des véritables aventures d’Alexandre Selkirk, récit qui a inspiré le Robinson Crusoë (1719) de Daniel Defoë.

Une réponse sur “Robinson et le rire de la mer”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *