Ici, Pâris

Pâris a perdu Hélène.
Il l’a vue descendre à la station Pyramides,
et pffftt…
Il l’a longtemps recherchée.
Le numéro que vous avez composé n’est plus attribué.
The number you have dialed is no longer assigned
El número que ha marcado ya no se asigna
Die gewählte Rufnummer wird nicht mehr zugewiesen
Numer jest już przypisany
Набранный номер больше не назначен
ダイヤルした番号は割り当てられていません
您拨打的号码已不再分配
Un jour, il s’est demandé si ce n’était pas elle déjà
qui avait été tuée dans un accident de voiture,
à la sortie de Sète, en 1940.
Là haut, sur l’Olympe,
les dieux jouent aux dés.
Il suffit d’une valise
projetée dans l’habitacle
depuis le coffre arrière.
Un autre jour, il a songé aussi à cette autre Hélène,
mère de l’empereur Constantin,
qui était partie en Terre Sainte,
c’était dans les années 320,
chercher la Vraie Croix.
Il est parti à Rome,
histoire de voir le mausolée d’Hélène,
Mais on lui a dit qu’en vérité,
dans le sarcophage
de PORPHYRE ROUGE,
point de reliques d’Hélène.
Damned,
les reliques ont été volées !
Il a voyagé encore,
par terre et par mer.
Plus tard, il s’est souvenu
qu’Hélène lui avait laissé,
dans un tiroir de la commode,
un petit flacon
marqué Νηπενθής.
Népenthès.
Bois-le maintenant,
lui a dit une voix.
Il l’a bu,
et il a oublié Hélène.

Une pensée sur “Ici, Pâris”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *