Hélène et les dieux

Là haut, sur l’Olympe,
les dieux jouent aux dés.
Hélène a couru tout le jour
d’une boutique l’autre.
Les dés roulent.
Hélène a mal aux pieds.
Elle entre dans un parc
s’assied à l’ombre d’une statue,
et quitte ses stilettos.
Puis elle marche dans l’herbe
jusqu’au grand bassin.
Les jets d’eau sont comme nos pensées.
Leur élévation ainsi que leur chute
proviennent du même principe.
Oh ! marcher dans le grand bassin
tandis que la statue
s’éveille à l’odeur des roses !
Les dés roulent.
Hélène se rechausse
et s’engouffre dans le puits du métro.
Les dés roulent.
Un jour, ils vont écraser Hélène.
Comme ils le feront des autres,
comme ils le feront des siens.
Les dés ne souffrent pas d’exception.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *