Hélène monte à l’échafaud

Hélène, à la bravade,
sans son chapeau à plumes
ni sa robe à la reine,
montait à l’échafaud,
glorieuse, demi-nue
sous sa chemise rude.
— Cachez ce sein, par grâce,
Citoyenne, ce sein,
ce sein que je ne saurais voir,
dit Charles Henri Sanson,
le bourreau national.
— Mon sein n’est-il pas citoyen ?
lui rétorque la belle.
Et de dénuder l’autre,
avant qu’on la saisisse.
— La Liberté
éclairant le Peuple !
N’est-ce pas, Monsieur de Paris ?
Rire des Tricoteuses,
rire des Carmagnols.
Puis sa tête est tombée.
A la guillotine, ô gué !
On a purgé le corps français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *