Comme le bruit d’une soie qu’on froisse

Entends le pas des autres,
comme le bruit d’une soie qu’on froisse,
fantôme parmi les fantômes,
oh ! l’invisibilité
de nos coeurs
battants,
oh ! la sourde lanterne
de nos pensées
muettes,
oh ! l’ombre portée
de nos années
profondes,
fantôme tu marches
parmi les fantômes,
les feuilles des platanes
tombent déjà,
nos biens sont de mainmorte,
nos partages
taisibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *